L’Encyclopédie/1re édition/LAITRON

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  LAITON
LAITUE  ►

LAITRON, s. m. (Hist. nat. Bot.) sonchus, genre de plante à fleur, composée de demi-fleurons, portés chacun sur un embyron, & soutenus par un calyce épais qui prend une figure presque conique en meurissant. Dans la suite les embryons deviennent des semences garnies d’aigrettes & attachées à la couche. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Des 13 especes de laitrons de Tournefort, ou des 15 de Boerhaave, j’en décrirai deux générales, qui sont les plus communes, & qui d’ailleurs sont employées en Medecine, le laitron rude ou épineux, & le laitron doux ou uni.

Le laitron rude ou épineux est appellé sonchus asper par Gérard & autres ; sonchus asper, laciniatus par Tournefort J. R. H. 474 ; sonchus minor, laciniosus, spinosus par J. B. 2. 1026 ; en anglois the prickly sow-thistle.

Sa racine est fibreuse & blanchâtre ; sa tige est creuse, angulaire, cannelée, haute d’environ deux piés & chargée de feuilles, dont les plus basses sont longues, roides, dentelées par les bords, d’un verd foncé, luisantes, garnies d’épines, piquantes. Les feuilles qui croissent sur la tige, & qui l’environnent pour ainsi dire, ont deux oreilles rondelettes, & sont moins coupées que les feuilles inférieures. Ses fleurs croissent en grand nombre au sommet de la tige ; elles sont composées de demi-fleurons, & ressemblent à celles de la dent de lion, mais elles sont plus petites & d’un jaune plus pâle. La partie inférieure des pétales est panachée de pourpre. Elles sont placées dans des calices écailleux & longuets. Elles dégenerent en un duvet, qui contient des semences menues & un peu applaties.

Le laitron doux ou uni, que le vulgaire appelle laceron doux, palais de lievre, se nomme en Botanique, sonchus lavis, sonchus laciniatus, latifolius, sonchus laciniatus, non spinosus ; en anglois, the smooth sow-thistle.

Elle pousse une tige à trois piés de haut, creuse, tendre & cannelée. Ses feuilles sont unies, lisses & sans piquans, dentelées dans leurs bords, remplies d’un suc laiteux, rangées alternativement, les unes attachées à de longues queues, & les autres sans queues. Ses fleurs naissent aux sommités de la tige & des branches par bouquets à demi-fleurons, jaunes, quelquefois blancs. Quand ces fleurs sont passées, il leur succede des fruits, qui renferment de petites semences oblongues, brunes, rougeâtres, garnies chacune d’une aigrette.

Ces deux laitrons fleurissent en Mai & Juin ; ils croissent par-tout, dans les blés, dans les vignobles, sur les levées & le long des chemins. Ils rendent, quand on les broye, un suc laiteux & amer. Ils contiennent un peu de sel, semblable à l’oxysal diaphorétique de sala, dissous dans beaucoup de soufre ; d’où vient que les Medecins attribuent à ces plantes des propriétés adoucissantes, rafraichissantes & modérement fondantes ; mais les jardiniers curieux les regardent comme des herbes pullulantes, nuisibles, qui prennent par-tout racine, à cause de leurs semences à aigrettes ; de sorte qu’ils ne cessent de les arracher de leurs jardins pour les donner au bétail, lequel s’en accommode à merveille. (D. J.)

Laitron, (Mat. med.) laitron ou laceron doux, polais de lievre ; laitron ou laceron épineux, & petit laitron ou terre-crêpe. Ces plantes sont comptées parmi les rafraîchissantes destinées à l’usage intérieur. Elles sont peu d’usage. (b)