L’Encyclopédie/1re édition/LATANIER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

LATANIER, s. m. (Botan.) sorte de palmier des îles Antilles, & de l’Amérique équinoxiale. Il pousse une tige d’environ six à sept pouces de diametre, haute de 30 à 35 piés & plus, toujours droite comme un mats, sans aucune diminution sensible. Le bois de cet arbre est roide & fort dur, mais il diminue de solidité en approchant du centre, n’étant dans cette partie qu’un composé mollasse de longues fibres qu’il est aisé de séparer du reste de l’arbre, lorsqu’il a été coupé & fendu dans sa longueur. Le sommet du latanier est enveloppé d’un rézeau composé d’une multitude de longs filets droits, serrés, & croisés par d’autres filets de même espece, formant un gros cannevas qui semble avoir été tissu de mains d’hommes ; entre les circonvolutions de cette espece de toile, sortent des branches disposées en gerbe ; elles sont plates, extrèmement droites, fermes, lisses, d’un verd jaunâtre, longues d’environ trois piés & demi, larges à-peu-près d’un pouce, épaisses de deux ou trois lignes dans le milieu de leur largeur, & tranchantes sur les bords, ressemblant parfaitement à des lames d’espadon ; chaque branche n’est proprement qu’une longue queue d’une très-grande feuille qui dans le commencement ressemble à un éventail fermé, mais qui se développant ensuite, forme un grand éventail ouvert, dont les plis sont exactement marqués, & non pas un soleil rayonnant, ainsi que le disent les RR. PP. Dutertre & Labat, qui en ont donné des figures peu correctes.

Le tronc de l’arbre, après avoir été fendu & nettoyé de sa partie molle, comme on l’a dit ci-dessus, sert à faire de longues gouttieres ; on emploie les feuilles pour couvrir les cazes ; plusieurs de ces feuilles étant réunies ensemble, & leurs queues après avoir été fortement liées, composent des balais fort-commodes : on en fait aussi des especes de jolis parasols, en forme d’écrans ou de grands éventails que les Asiatiques peignent de diverses couleurs ; & les Caraïbes ou Sauvages des îles, se servent de la peau solide & unie des queues, pour en fabriquer le tissu de leurs ébichets, matatous, paniers, & autres petits meubles très-propres.