L’Encyclopédie/1re édition/LITHARGE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  LITÉS
LITHIASE  ►

LITHARGE, s. f. (Pharmac. & Mat. méd.) : on emploie indifféremment en Pharmacie celle qui est appellée litharge d’or, & celle qui est appellée litharge d’argent.

Cette matiere se purifie & se divise pour les usages pharmaceutiques en la reparant ou la pulvérisant à l’eau. Voyez Préparation Pharmac. & Pulvérisation, Chimie & Pharmac.

La litharge est de toutes les préparations de plomb la plus employée en Médecine pour l’usage extérieur : elle est sur-tout un ingrédient très-ordinaire des emplâtres. Elle fait la base ou constitue le corps d’un grand nombre. Voyez Emplatre.

Elle entre aussi dans la composition de plusieurs onguens ; le plus simple, le mieux entendu, celui ou la litharge est véritablement dominante, & jouissant de ses propriétés ; celui en même tems qui est le plus usité, c’est le nutritum vulgaire. Voyez Nutritum.

Elle entre encore dans l’onguent dessicatif rouge, dans l’égyptiac, dans l’onguent de la mere, l’onguent des apôtres, &c. dans un grand nombre d’emplâtres, dans la pierre médicamenteuse, &c.

La litharge, est ainsi que les autres préparations de plomb, dessicative, répercussive & réfrigérante. Voyez Plomb.

On peut employer la litharge, & on l’emploie même fort communément à préparer le vinaigre & le sel de saturne, dont nous parlerons au mot Plomb. (b)