L’Encyclopédie/1re édition/MARTIN-PÊCHEUR

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MARTIN-PÉCHEUR, PÊCHEUR, MERLE D’EAU, ASTRE, MAMIER, DRAPPIER, s. m. aspedo, ispida, (Hist. nat. Orn.) oiseau qui pese une once un quart ; il a six pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; l’envergure est de dix pouces, le bec a près de deux pouces de longueur ; il est épais, fort, droit, pointu & noir, à l’exception de l’angle que forment les deux branches de la piece de dessous, qui est blanchâtre. Dans la plûpart des martins-pécheurs, sa partie supérieure du bec déborde un peu la partie inférieure ; il y en a au contraire qui ont la partie inférieure plus longue que la partie supérieure. La langue est courte, large, pointue ; le dedans de la bouche est jaunâtre ; les narines sont oblongues.

Le menton est blanc, mélé d’un peu de roux ; le milieu du ventre est d’un roux pâle ; le bas-ventre, les côtés & les plumes qui sont sous la queue sont de couleur rousse foncée, de même que celles qui sont sous les aîles. Les plumes de la poitrine sont d’une couleur rousse encore plus foncée, & leur extrémité est légérement teinte de gris. Il y a une large bande qui va depuis le cou jusqu’à la queue en passant au milieu du dos, qui est d’une très-belle couleur bleue peu foncée, mais fort éclatante. Quand on oppose l’oiseau au jour, cette couleur prend une teinte de verd. Si on regarde de fort près ces plumes bleues, on apperçoit sur quelques-uns une petite bande noire transversale. Le dessus de la tête est d’un noir verdâtre avec des bandes transversales bleues : il y a entre les narines & les yeux une tache rousse ; on en voit une autre au-delà des yeux de même couleur ; & plus bas sur les côtés du cou, une autre beaucoup plus grande de couleur blanche roussâtre, au-dessous de ces taches, il y a une bande de couleur bleue verdâtre. Chaque aile a vingt-trois grandes plumes, dont les trois premieres sont les plus longues ; toutes les grandes plumes, & celles du premier rang qui le recouvrent, ont les barbes extérieures bleues, & les intérieures brunes. Les plumes des autres rangs sont d’un verd foncé, excepté la pointe qui est bleue ; cette pointe bleue n’est pas marquée sur les plus petites plumes qui sont près de la côte de l’aîle : les grandes plumes de l’épaule qui s’étendent sur les deux côtés du dos sont d’un verd brun. La queue est courte, elle n’a qu’un pouce & demi de longueur ; elle est composée de douze plumes, toutes d’une couleur bleue obscure ; le tuyau est noir. Les pattes sont courtes, noirâtres par-devant, & rougeâtres par-derriere, de même que la plante des piés.

On dit qu’on trouve dans le nid de cet oiseau jusqu’à neuf petits. Willughby dit en avoir vû cinq dans un creux d’une demi-aune de profondeur sur la rive d’une petite riviere. Willughby, voyez Oiseau.