L’Encyclopédie/1re édition/ORFRAIE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  ORFORD
ORFROY  ►

ORFRAIE, s. f. (Hist. nat. Ornithol.) croc-pescherot, ossifrague, aigle de mer, haliœtus, aquila marina, nisus veterum. Wil. oiseau de proie qui est presque aussi gros que l’aigle doré, il a six piés neuf pouces d’envergure, & trois piés quatre pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; les pattes étendues n’excedent pas la queue, dont la longueur est d’un pié ; celle du bec est de quatre pouces depuis la pointe jusqu’aux coins de la bouche ; la tête & le cou sont couverts de plumes longues & étroites. Il y a entre les yeux & les narines & sous la gorge de petites plumes semblables à des poils. Les couleurs dominantes de cet oiseau sont la couleur de rouille, le brun, & le blanchâtre ; les plumes qui recouvrent le dessus de l’origine de la queue sont presque entierement blanches, à l’exception de l’extrémité qui est noirâtre ; le ventre est de couleur blanchâtre & mêlé de larges taches de couleur de rouille ; les plumes des aîles sont d’un brun tirant un peu sur le fauve-maron ; la queue est composée de douze plumes, les deux du milieu sont presque entierement brunes, à l’exception de l’extrémité qui est noire ; elles ont toutes des taches blanches éparses confusément ; la membrane qui couvre la base du bec est jaune ; les pattes sont couvertes de plumes jusqu’à environ le milieu de leur longueur, le reste est d’un jaune vif, de même que les doigts ; les ongles sont d’un beau noir & très-crochus : on trouve cet oiseau en Europe. Ornith. de M. Brisson, tom. I. Voyez Oiseau.

Orfraie. Voyez Glorieuse.