L’Encyclopédie/1re édition/PARIETAUX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PARIETAIRE
PARIEUR  ►

PARIETAUX, os parietaux, (Anat.) ce sont deux os du crâne, ainsi nommés parce qu’ils forment les parois ou les côtes de la tête. Voyez Crane.

On les appelle aussi ossa bregmatis & ossa sincipitis.

Les os ont la figure d’un quarré, & on y distingue 1°. deux faces, une latérale, externe, convexe, unie & polie ; une latérale, interne, concave, inégale & remplie de sillons formés par les battemens de l’artere de la dure-mere : on donne à l’assemblage de ces sillons le nom de feuille de figuier. 2°. Quatre bords, un supérieur, un inférieur, arrondi, taillé en biseau & inégal ; un antérieur & un postérieur inégal. 3°. Quatre angles, un supérieur antérieur, un supérieur postérieur, un inférieur postérieur, un inférieur antérieur, le plus saillant de tous. 4°. Une empreinte demi-circulaire, à deux pouces environ du bord inférieur, face externe. 5°. Un trou le long du bord supérieur près de l’angle postérieur ; ce trou ne se trouve pas toujours. 6°. Une portion de gouttiere le long du bord supérieur, face interne. 7°. Un petit canal ou une gouttiere par où passe l’artere de la dure-mere, situé sur l’angle antérieur inférieur, face interne. 8°. Une petite partie de la gouttiere des sinus latéraux, située sur l’angle postérieur inférieur, face interne.

Ces os sont articulés ensemble par suture sagittale avec le coronal, par suture coronale avec l’occipital, par suture lambdoïde avec le temporal, par suture temporale, & avec le sphénoïde par suture sphénoïdale. Voyez Coronal, Temporal, &c.

Quelquefois l’os parietal devient monstrueux par son épaisseur. M. Morand a fait voir à l’académie des Sciences le parietal gauche d’un crâne humain, qui avoit neuf lignes & demi d’épaisseur ; il n’avoit point de diploë, & sa substance étoit serrée comme celle de l’ivoire. Du reste, il avoit tous les caracteres d’un parietal, par ses autres dimensions : des vaisseaux de la dure-mere, gravés sur la table interne, ne paroissoient pas en avoir logés de plus gros ; on n’a point su l’origine de cet os singulier par son épaisseur. M. Morand l’avoit reçu d’un de ses amis, qui étoit pour lors employé à l’armée de Westphalie, & qui le lui avoit envoyé comme une piece curieuse. Hist. des l’acad. des Scienc. année 1742. (D. J.)