L’Encyclopédie/1re édition/PATÉ

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PATE
PATELENE  ►

PATÉ, s. m. en terme de Pâtissier ; c’est un ouvrage de Pâtisserie, une préparation de quelque viande particuliere, comme bœuf, venaison, agneau, ou autre chose semblable bien assaisonnée, mise en pâte & cuite au four. On fait aussi des patés de veau, des pâtés de cerf, des pâtés de roignons, de moëlle, &c.

Patés chauds, ce sont des pâtés que les Pâtissiers appellent ainsi, parce qu’on les sert chauds, & après y avoir introduit une sauce en les tirant du four.

Paté ou Patée, terme de Blason, dont on se sert pour désigner une croix, petite à son centre, & qui s’élargit vers les extrémités. Voyez les Pl. du Blas. Il porte de fable à la croix patée d’argent, du nom de croix. Prantauroux, d’argent, à la croix patée d’azur.

Paté, en terme de Boutonnier, c’est un marteau de bois, plus ou moins plat & grand, couvert d’une semelle de chapeau sur lequel on pose le bouillon. Les poids inégaux du chapeau l’empêchent de couler, ce à quoi sa forme ronde est assez sujette. Voyez Bouillon. Le paté s’arrête sur le bord éleve de l’établi, par deux cloux à crochets enfoncés dans le corps du paté, la pointe renversée en en-bas.

Paté, terme de Brocanteur, ce sont plusieurs petites curiosités qu’on assemble pour vendre ou acheter en bloc, parce qu’elles ne sont pas assez considérables pour les estimer & évaluer en particulier. Il y a quelquefois dans l’achat de ces sortes de patés, de petits hasards favorables. (D. J.)

Paté, (Jardinage.) les Terrassiers disent d’un terrein un peu élevé, tel qu’une butte, qu’on a dessein de couper, qu’ils ont un paté ou crête de terre à arraser.

Paté, (Orfevre-Joaillier.) c’est l’assemblage de plusieurs especes de pierres de nature & forme différentes, que l’on expose en vente ; on appelle cela communément, vendre ou acheter un paté de pierres.

Paté de cheveux, terme de Perruquier, c’est une quantité de cheveux mis & fortement roulés sur des bilboquets, pour leur donner la frisure, qu’on enferme dans la pâte faite avec cette partie de la farine qui est la moindre de toutes, qu’on appelle des recoupettes, après qu’ils ont été bouillis & sechés.

Les Perruquiers pour faire leur paté ; dressent leurs cheveux entre deux feuilles de papier, & les Patissiers y mettent la pâte qu’ils font cuire dans leur four, jusqu’à ce qu’elle ait à peu-près les trois quarts de sa cuisson.

Paté, (Géog. mod.) royaume d’Afrique dans le Zanguebar, sur la côte de Mélinde. La capitale est dans une ile du même nom, qui ferme la baie de Formose du côté du midi ; cette ville est à un degré de latitude méridionale. (D. J.)

Patée, s. f. terme de Rotisseur, les Rotisseurs & les Poulaillers appellent patée, une pâte qu’ils font avec des recoupes de son, dont ils donnent à manger à la volaille pour l’engraisser. (D. J.)