L’Encyclopédie/1re édition/PERDUELLIO

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PERDU
PERE  ►

PERDUELLIO, (Hist. Rom.) nos auteurs traduisent toujours ce mot par rébellion, crime de rébellion ; mais ce n’est point cela, perduellio étoit un crime qu’on poursuivoit devant le peuple dans ses assemblées par centuries. On appelloit perduellis, celui qui étoit coupable de quelque attentât contre la république ; les anciens donnoient le nom de perduelles aux ennemis, comme on le voit dans Plaute, Amphit. act. I. sc. j. v. 94. On réputoit coupable de perduellion celui qui avoit violé les lois qui favorisoient le droit des citoyens, & la liberté du peuple : tel étoit, par exemple, celui qui avoit donné atteinte à la loi Porcia, établie l’an de Rome 556 par P. Porcius Loeca tribun du peuple, ou à la loi Sempronia ; on en trouve un exemple concernant la loi Porcia dans Valere Maxime, exemple 3. La premiere de ces lois, défendoit de battre ou de tuer un citoyen romain ; la seconde, défendoit de décider de la vie d’un citoyen romain sans l’ordre du peuple, à qui appartenoit le droit légitime de se réserver cette connoissance ; aussi étoit-ce un crime de leze-majesté, ou de perduellion des plus atroces, que d’y donner atteinte. Voyez ce qu’en dit Ciceron, Verr. liv. I. ch. v. Tite-Live, l. XXVI. c. iij. (D. J.)