L’Encyclopédie/1re édition/RAVENNE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  RAVENDSARA
RAVENSBERG  ►

RAVENNE, (Géog. mod.) ville d’Italie, dans l’état de l’Eglise, capitale de la Romagne. Elle étoit autrefois sur les bords de la mer, & en est aujourd’hui éloignée de trois milles, à 16 lieues au levant de Bologne, à 15 au sud-est de Ferrare, & à 68 au nord de Rome, dans un terroir un peu marécageux, mais fertile en fruits, en vin & en gibier.

Cette ville est très-ancienne, car ce furent M. Marcellus & M. Scipion qui la subjuguerent l’an 520 de la fondation de Rome. Elle fut déclarée ville municipale, à laquelle les Romains accorderent l’exemption de toutes sortes de contributions, & le droit de se gouverner selon les lois. Elle fut embellie par quelques empereurs romains, qui y fixerent leur séjour. Théodoric, roi des Ostrogoths, en fit le siege de son empire.

Ravenne devint ensuite la capitale de l’exarchat, dignité qui dura plus de 170 ans sous quinze exarques. Elle est aujourd’hui sous la domination du pape, qui la gouverne par des légats, mais elle est extrémement déchue, pauvrement bâtie, dépeuplée, & de moitié moins grande que Ferrare. Elle a plusieurs couvents d’hommes & de filles, & deux académies, qui cultivent tristement un peu de belles-lettres & de mauvaise poésie. Les ouvrages même de ceux qui ont compilé son histoire & ses fastes, comme Rubens, Thomaïus, Jerôme Faber, Pasolin & Corneus, se trouvent à peine dans quelques bibliotheques d’Italie.

L’archevêché de Ravenne, auquel sont attachés de grandes prérogatives, est fort ancien. Son archevêque avoit autrefois le titre de primat d’Italie, & portoit les mêmes marques d’honneur que le pape ; il étoit seigneur temporel de plusieurs villes, bourgs, & villages, dans toute l’étendue de l’exarchat ; sa jurisdiction ecclésiastique n’est encore aujourd’hui que trop considérable. Long. de Ravenne 34. 50. lat. 44. 20.

Honorius & Valentinien III. tinrent longtems leur cour à Ravenne, & y moururent. Honorius étoit un prince sans esprit & sans mérite. Lui & son frere Arcadius, empereur d’Orient, sont célebres dans l’histoire par leur foiblesse & leur pusillanimité. Tous deux furent menés par leurs ministres, comme les troupeaux sont conduits par les bergers. Tous deux esclaves dans leurs palais, enfans dans le conseil, étrangers aux armées, ne conserverent que quelque tems l’empire, que parce qu’ils le donnerent tous les jours. Tous deux moururent jeunes ; Arcadius, l’an 408 de J. C. à 31 ans ; Honorius, en 423, à 39 ans ; & c’est sous celui-ci que l’empire d’Occident s’affaissa tout-à-coup.

Valentinien III. né à Ravenne, ne la releva pas ; il tua de sa propre main son meilleur général, & fut assassiné lui-même à l’âge de 30 ans, en 455, par ordre de Pétrone Maxime, dont il avoit corrompu la femme, & qui s’empara du trône après son assassinat.

Pierre Damien, cardinal dans le xj. siecle, étoit natif de Ravenne. Il travailla à rétablir la discipline dans les monasteres, & mourut en 1073, à 66 ans. Ses ouvrages ont été recueillis en quatre tomes in-folio, & pourroient être réduits en quatre feuilles, pour avoir la connoissance suffisante de l’histoire ecclésiastique du siecle de ce pieux cardinal. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Ravenne, l’exarchat de, (Géog. mod.) c’étoit autrefois une grande contrée de l’Italie, qui demeura aux Grecs dans le tems de la décadence de leur empire. Ils y tenoient un gouverneur, qu’ils appelloient exarque, & parce qu’il faisoit sa résidence à Ravenne, on nomma ce pays l’exarchat de Ravenne. Il renfermoit l’Emilie, & les villes de Ravenne, de Bobbio, de Cesena, de Forlimpopoli, de Forli, de Faenza, d’Imola, de Bologne, de Ferrare, de Comachio, d’Adria, & de Gabellum, avec leurs territoires. Ainsi, cet exarchat contenoit la Romagne, prise dans sa plus grande étendue. On y joignoit quelquefois la Pentapole, dont les cinq villes étoient Rimini, Pisauro, Fano, Ancone, & Osmo. (D. J.)