L’Encyclopédie/1re édition/SÉDRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SÉDRE, s. m. (Hist. mod.) le grand-prêtre de la secte d’Haly, chez les Persans. Voyez Mahométisme.

Le sédre est nommé par le sophi de Perse, qui confere ordinairement cette dignité à son plus proche parent.

La jurisdiction du sédre s’étend à tout ce qui a rapport aux établissemens pieux, aux mosquées, aux hôpitaux, aux colleges, aux tombeaux & aux monasteres ; il dispose de tous les emplois ecclésiastiques, & nomme tous les supérieurs des maisons religieuses ; ses décisions en matiere de religion, sont reçues comme autant d’oracles infaillibles, il juge de toutes les matieres criminelles, dans sa propre maison, sans appel, & il est sans contradiction, la seconde personne de l’empire.

Néanmoins le caractere du sédre n’est pas indélébile, il quitte souvent sa dignité, pour occuper un poste purement séculier ; son autorité est balancée par celle du mudsitchid, ou du premier théologien de l’empire.