L’Encyclopédie/1re édition/SÉMÉLÉ

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

SÉMÉLÉ, (Mythol.) Le lecteur sait la fable de Sémélé mere de Bacchus ; quelque galanterie de cette princesse, dont l’issue ne fut pas heureuse, en est peut-être l’origine. Pausanias dit que Cadmus s’étant apperçu de la grossesse de Sémélé, la fit enfermer dans un coffre ; qu’ensuite ce coffre abandonné à la merci des flots, fut porté chez les Brasiates en Laconie, & que ces peuples ayant trouvé Sémélé morte, lui firent de magnifiques funérailles. Le faux Orphée appelle Sémélé déesse & reine de tout le monde. Il ne paroît pourtant pas que son culte ait été fort en vogue. On trouve dans une pierre gravée, rapportée par Béger, ces mots : les génies tremblent au nom de Semélé, d’où on peut inférer que Sémélé avoit reçu du maître des dieux, quelque autorité sur les génies ou divinités inférieures. Philostrate dit que quand Sémélé fut brûlée à l’arrivée de Jupiter, son image monta jusqu’au ciel ; mais qu’elle étoit toute noircie par la fumée de la foudre. (D. J.)