L’Encyclopédie/1re édition/SIMIA

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SIMENIE
SIMILAIRE  ►

SIMIA, (Chimie.) c’est le nom que les Arabes modernes donnent à une partie de la chimie prise dans sa plus ample signification : car, selon les idées les plus communes parmi eux, la chimie proprement dite, ne s’exerce que sur les sucs & sur les essences des plantes, quoique, par extension, elle comprenne la préparation des métaux & des minéraux, qui sont particulierement l’objet de ce que les Arabes appellent simia. Cependant lorsqu’ils parlent de la chimie en général, & des merveilleux effets qu’elle produit, ils joignent toujours les mots de kimia & de simia, pour comprendre toutes les opérations que l’on fait par le moyen du feu, tant sur les métaux & les minéraux, que sur les animaux & les plantes.

Ils donnent aussi le nom de simia à un autre art, qui a pour objet les noms & les nombres, dont on tire une espece de divination, de la même maniere que des points & des lignes, par le moyen de la géomancie. Cette science des noms va bien loin, parce qu’elle comprend aussi celle des noms des esprits, & leur invocation ; & dans le livre intitulé kitah al anwar, le livre des lumieres, on trouve 28 alphabets de la simia pour faire des talismans, afin d’attirer les esprits, & d’en tirer divers usages ; de sorte qu’ils définissent cette science, l’art de connoître les esprits supérieurs, & de faire descendre jusqu’à nous leurs vertus, pour obtenir ce que nous desirons.

Le mot de simia vient des mots arabes sam & samat, qui signifient les veines d’or & d’argent qui se trouvent dans les mines. Les Arabes attribuent l’invention de la simia à Ammonius, & celle de la kimia ou chimie proprement dite, à Kirum ou Carum, c’est-à-dire à Chiron le centaure, précepteur d’Achile, qu’ils prétendent, selon M. d’Herbelot, n’être autre chose que le coré de Moïse. Voyez ses articles Simia & Kimia. (D. J.)