L’Encyclopédie/1re édition/SINGE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

SINGE, s. m. simius, (Hist. nat. Zoologie.) Il y a grand nombre d’especes de singes. La plûpart de ces animaux ont plus de rapport avec l’homme que les autres quadrupedes, sur-tout pour les dents, les oreilles, les narines, &c. ils ont des cils dans les deux paupieres, & deux mamelles sur la poitrine. Les femelles ont pour la plûpart des menstrues comme les femmes. Les piés de devant ont beaucoup de rapport à la main de l’homme ; les piés de derriere ont aussi la forme d’une main, car les quatre doigts sont plus longs que ceux du pié de devant, & le pouce est long, gros & fort écarté du premier doigt ; aussi se servent-ils des piés de derriere comme de ceux de devant pour saisir & empoigner. Il y a des singes qui ont dans la mâchoire d’en-bas une poche ou sac de chaque côté où ils serrent les alimens qu’ils veulent garder. Voyez synop. anim. Rai, mém. pour servir à l’hist. natur. des anim. dressé par M. Perrault, part. II.

M. Brisson, Regne anim. a divisé les différentes especes de singes en cinq races.

Race premiere. Ceux qui n’ont point de queue, & qui ont le museau court.

Le singe. Il y a plusieurs especes de singes, qui ne different entr’elles que par la grandeur ; elles ont beaucoup de rapport à l’homme par la face, les oreilles & les ongles. Les fesses sont nues ; le poil de ces animaux est de couleur mêlée de verdâtre & de jaunâtre. On les trouve en Afrique.

L’homme des bois, ourang outand bout ; cet animal est des Indes orientales ; il ressemble plus à l’homme qu’aucune autre espece de singe ; son poil est court & assez doux.

Le singe de Ceylan. La levre supérieure de ce singe est fendue comme celle d’un lievre ; les ongles sont plats & arrondis, excepté celui de l’index des piés de derriere, qui est long, recourbé & aigu ; le poil du dos a une couleur noirâtre, & celui du ventre, des bras & des piés, une couleur cendrée jaunâtre.

Race deuxieme. Les singes qui n’ont point de queue, & dont le museau est alongé : on leur a donné le nom de cynocephales.

Le singe cynocephale. Il ne differe du singe qu’en ce qu’il a le museau plus alongé. Il y a des cynocephales de différentes grandeurs : on les trouve en Afrique.

Le singe cynocephale de Ceylan. Il a les oreilles rondes, larges, transparentes, nues, & de couleur cendrée claire, les jambes longues & menues ; elles n’ont que peu de poil : celui du corps a beaucoup de rapport à la laine ; il est long, doux comme de la soie, de couleur roussâtre, plus foncée sur le dos du mâle que sur le ventre ; & au contraire plus foncée sur le ventre de la femelle que sur le dos. L’ongle de l’index de chaque pié est long, recourbé & pointu ; les autres sont plats & arrondis.

Race troisieme. Les singes qui ont une queue très-courte.

Le babouin. Il se trouve dans les deserts de l’Inde ; il est à-peu-près de la grandeur d’un dogue, & il ressemble à cet animal par la forme du museau ; il a les fesses nues & rouges, les jambes courtes, les ongles très-aigus, un peu recourbés, & la queue fort courte & relevée.

Race quatrieme. Les singes qui ont la queue longue & le museau court : on leur a donné le nom de cercopitheques.

Le sapajou brun. La longueur de ce singe est de 13 pouces, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue, qui est longue de 14 pouces & demi ; cet animal la roule en spirale, & l’applique autour des corps auxquels il veut s’attacher ou se suspendre. Le poil est noir sur la tête, & de couleur brune plus foncée sur le dos que sur le ventre.

Le sapajou noir. Ce singe ressemble au précédent par la conformation de la queue ; il est à-peu-près de la grandeur du renard ; ses poils sont longs, brillans, & couchés les uns sur les autres, noirs sur tout le corps, excepté les piés & une partie de la queue, qui ont une couleur brune ; le poil du menton & de la gorge est plus long que celui du corps. On trouve ce sapajou au Brésil.

Le sapajou cornu. Il a quatorze pouces de longueur depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue, qui est longue de quinze pouces, & conformée comme celle des deux sapajoux précédens. Celui dont il s’agit a sur la tête deux bouquets de poil en forme de cornes, d’où vient son nom de sapajou cornu. Le sommet de la tête, le milieu du dos, la queue, les jambes de derriere, & les quatre piés sont noirs ; les autres parties du corps ont une couleur brune ; les ongles sont longs & obtus.

Le sapajou à queue de renard. Il n’a que six pouces de longueur depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue, qui est longue de dix pouces ; les poils du corps sont longs & noirs, excepté la pointe qui est blanche ; ceux de la gorge & du ventre ont une couleur blanche sale ; les poils de la face sont très-courts & blanchâtres ; ceux de la queue sont très-longs & noirs ; il n’y a que les ongles des pouces qui soient courts & arrondis. On trouve ce sapajou dans la Guyane.

Le petit singe negre : il est noir ; on les trouve au Brésil.

Le singe de Guinée : les couleurs de ce singe ressemblent presqu’à celles du dos d’un lievre ; il a la tête petite & la queue longue.

Le singe musqué : il est ainsi nommé, parce qu’il a une odeur de musc ; son poil est long & de couleur blanche teinte de jaunâtre.

Le sapajou jaune : il a sept pouces & demi de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue d’un pié, & garnie de longs poils ; les oreilles sont rondes & couvertes de poils assez longs, & de couleur blanche sale. Ce sapajou a le poil très-fin & très-doux, de couleur blanchâtre sur la partie inférieure du corps, de couleur mêlée de brun, de jaunâtre, & de blanchâtre sur la partie supérieure, & de couleur jaune-roussâtre sur les piés ; le bout de la queue est noir, & le reste a la même couleur que le dessus du corps. Les ongles des pouces sont courts & arrondis. On trouve cet animal à Ceylan & dans la Guyane ; il y en a de la même espece à Cayenne ; ils sont appellés singes de nuit.

Le singe varié : il a onze pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue d’environ quinze pouces. Les oreilles sont longues ; la face est noire ; le poil a une couleur mêlée de jaune & de noir sur le dessus de la tête & du cou, une couleur noire sur la partie extérieure des jambes de devant & sur les quatre piés, une couleur brune-noirâtre, mêlée d’une teinte de jaune & de roux sur les jambes de derriere, & une couleur blanche sur le dessous du corps & sur la partie intérieure des jambes. Les poils des joues & des côtés du cou sont longs, blancs à leur origine, & mêlés de noir & de jaune sur le reste de leur longueur : il y a de chaque côté près de l’origine de la queue une petite tache blanche ; les ongles des pouces sont courts & arrondis.

Le tamarin : il se trouve au Bresil. Le poil est assez long, & de couleur grise, teinte de noir sur le corps, de couleur noire mêlée de gris sur le front, & de couleur rousse sur la queue.

Le petit singe lion : on lui a donné ce nom, parce qu’on a trouvé quelque ressemblance entre sa tête & celle du lion. Il n’a qu’environ sept pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue de douze pouces & demi. Ce singe a de longs poils doux comme de la soie ; ceux du corps ont une couleur blanche teinte de jaune ; les poils qui entourent la face, ont une couleur rousse-foncée ; ceux de la poitrine une couleur rousse-jaunâtre ; ceux de la queue une couleur blanche-jaunâtre ; & ceux des jambes de devant & des quatre piés une couleur rousse. Les ongles des pouces des piés de derriere sont courts & arrondis : on trouve ce petit singe au Brésil.

Le petit singe de Para : il n’a que sept pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue de douze pouces & demi. Sa face & ses oreilles sont d’une couleur rouge très vive. Le poil du corps est long, doux comme de la soie, & d’un gris-blanc argenté ; le poil de la queue a une couleur de marron ; l’entrée est approchante du noir : les ongles des pouces des piés de derriere sont larges, plats & arrondis.

Le singe à queue de rat : il a été ainsi nommé parce que sa queue ressemble à celle d’un rat. Elle est grosse & longue à proportion du corps qui est très-petit. Ce singe a le nez court, les yeux enfoncés, la face blanchâtre & ridée, le bout du nez & le tour de la bouche noirs, les oreilles grandes & nues, & les ongles courts & applatis. La tête est ronde en-devant & couverte jusqu’à la racine du nez par des poils d’une couleur noire qui tire sur le rouge : les poils du derriere de la tête qui est un peu alongé, sont noirâtres. La peau est nue depuis le menton jusqu’au ventre & à la partie intérieure des cuisses. Le poil du dos a une couleur rouge moins foncée que celui du devant de la tête ; la partie extérieure des cuisses, les piés & les reins, n’ont que peu de poil qui est d’un jaune-clair : cet animal se trouve en Amérique.

Le sagoüin : il n’a que sept pouces & demi de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue de onze pouces & entourée d’anneaux alternativement bruns, noirâtres & gris-blancs. Tous les poils de cet animal sont fins & doux : chacun de ceux du dos est en partie roux, en partie brun & en partie gris-blanc : le brun & le gris-blanc sont disposés de façon qu’ils forment des bandes transversales. Les poils du dessous du corps & des jambes ont aussi du brun & du gris-blanc ; la tête & la gorge sont brunes : il y a une tache blanche au-dessous du nez entre les yeux & de longs poils blancs autour des oreilles. Les ongles des pouces des piés de derriere sont courts & arrondis : cet animal se trouve au Bresil.

Le singe à queue de lion : il est ainsi nommé, parce que sa queue est terminée par un bouquet de longs poils, & nue dans le reste de sa longueur comme celle du lion. Tout le corps a une couleur jaune, teinte de brun, excepté la gorge & la poitrine qui sont blanches.

Le singe-lion : le nom de ce singe vient de ce qu’il a comme le lion de longs poils en forme de criniere sur le cou & sur la poitrine ; ces poils sont blanchâtres ; le museau brun.

Le singe verd : il a quinze pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à sa queue qui est longue de quatorze pouces. Le poil est de couleur mêlée de gris & de jaunâtre sur le dessus de la tête & du dos, de couleur grise sur la queue & sur les côtés & l’extérieur des jambes, de couleur blanche sur l’intérieur des jambes & sur la partie inférieure du corps : les joues ont de longs poils blancs : les poils sont courts & arrondis.

Le grand singe de la Cochinchine : il a environ deux piés de longueur depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue d’un pié neuf pouces. Les joues ont de longs poils d’un blanc jaunâtre ; il y a sur le cou un collier de couleur de marron pourpré ; la face, les jambes & les piés de derriere sont de la même couleur ; le dessous de la tête, le corps & les bras sont gris ; le front, le dessus des épaules, les cuisses & les piés de devant ont une couleur noire ; les avant-bras & la queue sont blancs ; il y a une tache blanche sur le dos près de la queue : les ongles des pouces sont courts & arrondis.

Le singe de Guinée à barbe jaunâtre : on trouve aussi ce singe au Bresil. Il a le museau bleuâtre, la plus grande partie du corps de couleur noirâtre mêlée d’une couleur d’ambre, le ventre de couleur grise-bleuâtre, les jambes & les piés noirs, & la queue d’un roux-jaunâtre depuis le milieu de sa longueur jusqu’à l’extrémité. Les joues & les oreilles ont une grande quantité de longs poils d’un blanc-jaunâtre.

Le singe rouge de Cayenne : il est très-gros & d’un rouge-bay foncé. Une conformation particuliere de l’os hioïde rend le son de sa voix effroyable lorsqu’il crie.

Le singe blanc à barbe noire.

Le singe noir à barbe blanche.

Le singe de Guinée à barbe blanche : on trouve aussi ce singe au Bresil. Il est de couleur brune avec de petits points blancs, excepté sur la poitrine & sur le ventre qui sont blancs en entier.

Le singe barbu : il est ainsi nommé, parce qu’il a une barbe longue d’environ six pouces. Son poil est court, lisse, luisant, & de couleur noire mêlée de brun, excepté sur la poitrine & sur la partie antérieure du ventre, où il est blanc.

Le singe barbu à queue de lion : ce singe a été ainsi nommé parce qu’il a une barbe blanche, longue de neuf pouces, & comme le lion, un bouquet de poil au bout de la queue. Les poils de la partie supérieure du corps ont une couleur noire, mêlée de brun ; ceux de la partie inférieure sont blancs & longs : les ongles different peu de ceux de l’homme.

Le singe noir d’Egypte : il a de longs poils autour de la face.

Le singe roux d’Egypte : il est de la taille d’un grand chat ; il a une chevelure blanche autour de la face qui est noire.

Le petit singe du Mexique : il a environ sept pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à l’origine de la queue qui est longue à peu-près d’un pié. La face est noire & nue jusqu’au-delà des oreilles ; le dessus du corps a une couleur mêlée de brun & de roux ; le dessous & les quatre piés sont blanchâtres ; la queue est en partie rousse & en partie noire : les ongles des pouces des piés de derriere sont larges, plats & arrondis.

Le belzebut : ce singe a quinze pouces de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui est longue de deux piés, terminée en pointe, & nue sur sa face inférieure, depuis les deux tiers de sa longueur jusqu’à l’extrémité : cette partie est revêtue d’une peau sillonnée comme celle de la plante des piés. Aussi cet animal se sert-il de sa queue comme d’une cinquieme jambe : il embrasse, il saisit, il empoigne, pour ainsi dire, avec l’extrémité de sa queue ce qu’il veut porter à sa bouche. La face de ce singe, les oreilles, la tête, la partie antérieure du dos, la partie extérieure du bras, de la cuisse & la jambe, l’avant-bras, les piés & la queue sont noirs ; la partie postérieure du dos est d’un brun-noirâtre ; les côtés sont roux ; la gorge, la poitrine, le ventre, la partie intérieure du bas de la cuisse & de la jambe sont d’un blanc-sale & jaunâtre : il n’y a que quatre doigts aux piés de devant.

Race cinquieme. Les singes qui ont la queue longue & le museau alongé : on leur a donné le nom de cercopitheques cinocephales.

Le cercopithe-cinocephale : il ne differe du singe qu’en ce qu’il a une queue & le museau alongé. Il y a des cercopiteques-cinocephales de différentes grandeurs : on les trouve en Afrique.

Le makaque : il a plus d’un pié de longueur, depuis le sommet de la tête jusqu’à la queue qui n’est longue que d’un pié, & courbée en arc. Le poil a les mêmes couleurs que celui du loup ; les narines sont fendues & élevées ; il n’y a point de poil sur les fesses : on trouve cet animal dans le royaume d’Angola & dans la Guyane.

Le magot ou tartarin : il est à peu-près de la grandeur d’un dogue ; il a le nez gros, nud, cannelé & de couleur violette ; les poils ont une couleur grise blanchâtre ; ceux de la partie antérieure du corps sont très-longs : on trouve cet animal en Asie & en Afrique.

M. de la Condamine nous apprend, Mém. de l’académie 1745, que les singes sont le gibier le plus ordinaire & le plus du goût des indiens de l’Amazone. Quand ils ne sont pas chassés ni poursuivis, ils se laissent approcher de l’homme sans marquer de crainte. C’est à quoi les sauvages de l’Amazone reconnoissent quand ils vont à la découverte, si un pays est neuf, ou n’a pas été fréquenté par des hommes. Dans tout le cours de la navigation sur ce fleuve, on en voit un si grand nombre & tant d’especes différentes, que la seule énumération en seroit ennuyeuse. Il y en a d’aussi grands qu’un levrier, & d’autres aussi petits qu’un rat, non-seulement les sapajous y sont communs ; mais il y en a d’autres plus petits encore, difficiles à apprivoiser, dont le poil est long, lustré ordinairement de couleur marron, & quelquefois moucheté de fauve ; ils ont la queue deux fois aussi longue que le corps, la tête petite & quarrée, les oreilles pointues & saillantes comme les chats ; ceux-ci ne ressemblent point aux autres singes, ayant plutôt l’air & le port d’un petit lion. On les nomme pinches à Maynas, & tamarins à Cayenne.

Les anciens, mém. de l’académie des Scienc. ont décrit l’anatomie du singe ; mais il y faut joindre les Remarques de M. Hunauld qui sont dans les mémoires modernes de la même académie, année 1735. En général, on a montré depuis long-tems tant de curiosité pour la dissection du singe, qu’on a donné souvent & représenté des parties de cet animal, comme tirées de cadavres humains. Galien a montré l’exemple à ses successeurs ; & je crois que Vésale lui-même a fait une ou deux fois cette petite supercherie.

Singe, s. m. (Architect.) machine composée de deux croix de S. André, avec un treuil à bras, ou à double manivelle, qui sert à enlever des fardeaux, à tirer la fouille d’un puits, & à y descendre le moilon & le mortier, pour le fonder. Daviler. (D. J.)

Singe, s. m. terme de Perspective, c’est un instrument de perspective qui sert à copier des tableaux, & à les reduire du grand au petit pié, ou du petit pié au grand, dans la proportion requise ; mais le vrai mot est pantographe. Voyez Pantographe. (D. J.)