L’Encyclopédie/1re édition/SISYMBRIUM

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SISTRE

SISYMBRIUM, s. m. (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleurs en croix, composée de quatre pétales. Le pistil sort du calice & devient dans la suite un fruit ou une silique, composée de deux lames appliquées sur une cloison qui la divise en deux loges. Elle renferme des semences ordinairement arrondies. Ajoutez aux caracteres de ce genre, le port des especes qui le composent. Tournefort, I. R. H. Voyez Plante.

Tournefort compte douze especes de ce genre de plante ; entre lesquelles nous décrirons la plus communc, sisymbrium aquaticum, foliis in profundas lacinias divisis, filiquâ breviori, I. R. H. 226. Nous ajouterons un mot de sisymbrium annuel, à feuilles d’absynthe.

La racine du sisymbrium aquatique à feuilles lacinées, est oblongue, grosse comme le petit doigt ; blanche, âcre, piquante & bonne à manger. Elle pousse des tiges à la hauteur de trois ou quatre piés ; cannelées, creuses & quelquefois rougeâtres. Ses feuilles sont oblongues, pointues, découpées profondément, dentelées en leurs bords, disposées alternativement le long des tiges.

Ses fleurs naissent aux sommets des rameaux, soutenues par des pédicules longs & grèles, composées chacune de quatre pétales, jaunes, disposées en croix & à six étamines. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succede de petites siliques, courtes, divisées intérieurement en deux loges qui renferment des semences menues & presque rondes. Cette plante croît dans les fossés pleins d’eau, dans les rivieres, aux lieux marécageux ; elle fleurit en été, & passe pour apéritive.

Le sisymbrium à feuilles d’absynthe, a la racine annuelle. Elle pousse des tiges à la hauteur d’environ deux piés, divisées en plusieurs rameaux, revêtues de feuilles nombreuses, finement découpées, blanchâtres, d’un goût douçâtre mêlé d’une légere acrimonie. Ses fleurs naissent en grand nombre au sommet des branches, composées chacune de quatre pétales disposées en croix, de couleur jaune-pâle. Il leur succede des siliques longuettes, grèles, remplies de semences menues, rondes & rougeâtres. Cette plante croît sur les vieux murs, aux lieux rudes, incultes, pierreux, sablonneux ; elle fleurit en été. Sa semence est connue des herboristes sous le nom de thalitrou ; les pauvres gens l’emploient dans quelque liquide pour arrêter la dyssenterie & le dévoiement. (D. J.)