L’Encyclopédie/1re édition/SYNNADA, orum

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SYNGRAPHE
SYNNEMENON  ►

SYNNADA, orum, (Géog. anc.) ville de la grande Phrygie, & voisine de celle de Docimia ou Docimeum. Elle n’étoit pas grande du tems de Strabon, l. XII. qui en parlant de cette ville dit, non magna urbs. Il ajoute que le marbre de Synnada étoit en grande réputation. Tite-Live & Ptolomée écrivent aussi Synnada au nombre pluriel.

Etienne le géographe rapporte, qu’on disoit qu’Acamas errant après la guerre de Troye, arriva dans la Phrygie ; qu’y ayant trouvé le prince du pays assiégé par ses ennemis, il lui donna du secours, & devint maître d’une contrée où il bâtit cette ville. Il ajoute qu’Acamas, pour peupler sa ville, rassembla plusieurs Macédoniens venus de Grece, & qui s’étoient établis en Asie ; & que de ces gens ramassés pour demeurer en un même lieu, que dans la suite les habitans du voisinage corrompirent en celui de Synnada, on donna d’abord à la ville le nom de Synnæa ; on trouve le mot ΣΥΝΝΑΔΕΩΝ sur diverses médailles anciennes. Plusieurs auteurs écrivent encore le nom de cette ville Synnas, adis ; de ce nombre est Martial, livre IX. épigramme 76.

De marmore omni, quod Carystos invenit
Quod Phrygia Synnas, Afra quod nomas mittit.


Prudence, adv. Symmach. l. II. v. 246. suit la même ortographe.

Et quæ saxa Paros secat, & quæ punica rupes,
Quæ viridis Lacedæmon habet, maculosaque Synnas.


Stace, l. I. Silvar. Carn. V. v. 36. dit aussi :

Sola nitet flavis Nomadum accisa metallis
Purpura, sola cavo Phrygiæ quam Synnados auro
Ipse cruentavit maculis lucentibus Atys.

Ces témoignages nous font voir que la ville de Synnada, fournissoit un marbre précieux & tacheté. Ce marbre étoit blanc avec des taches rouges, ou couleur de pourpre, comme le remarque Pline, liv. XXXV. ch. j. qui au liv. V. ch. xxix. écrit Synnada, dæ, & donne cette ville pour le lieu où se faisoient les assemblées générales de la province. Si cela est, il falloit que quoique très-petite, elle fût considérable ; car les Romains ne mettoient les tribunaux que dans les villes de quelque importance. Dans la suite on vit Synnada, capitale de la Phrygie salutaire, & métropole de la province. (D. J.)