L’Encyclopédie/1re édition/TARIN ou TIRIN

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TARIJA
TARINATES  ►

TARIN ou TIRIN, s. m. (Hist. nat. Ornithologie.) citrinella, oiseau qui ressemble à la linotte par la forme de la tête & de tout le corps ; il a la tête & le dos verds, & le croupion d’un verd jaunâtre ; le derriere de la tête & le cou ont une couleur cendrée ; il y a cependant des individus dont le sommet de la tête, la face supérieure du cou, & les plumes des épaules sont en partie d’un jaune verdâtre & en partie bruns ; toute la face inférieure de cet oiseau a une couleur verte, à l’exception des plumes qui entourent l’anus qui sont blanchâtres. Les mâles ont le dessus de la poitrine & le ventre d’un beau jaune. La queue a deux pouces de longueur, elle est entierement noire, à l’exception de l’extrémité des barbes des plumes qui a une couleur verdâtre. Les grandes plumes des aîles ont la même couleur que la queue, & les petites sont vertes ; certains individus ont l’extrémité des grandes plumes, & celles du second rang blanches, & la queue un peu fourchue. Cet oiseau chante très-agréablement. Willughbi, Ornit. Voyez Oiseau.

Tarin, (Monnoie.) monnoie de compte, dont les banquiers & négocians de Naples, de Sicile & de Malthe, se servent pour tenir leurs livres. Le tarin à Naples vaut environ dix-huit sols de France, & à Malthe il vaut vingt grains, ce qui revient presqu’au même. Savary. (D. J.)