L’Encyclopédie/1re édition/THORACHIQUE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  THORA
THORAE  ►

THORACHIQUE, canal, (Anatom.) conduit par lequel le chyle est porté dans le cœur. C’est un canal mince & transparent qui s’étend le long de l’épine du dos, entre la veine azygos & l’aorte ; passe derriere l’aorte à gauche, monte derriere la veine souclaviere gauche, & s’ouvre dans la partie postérieure de cette veine attenant le côté externe de la jugulaire interne.

Il mérite toute l’attention des physiciens ; car, comme dit Cowper, si nous considérons dans ce canal ses diverses divisions & inoculations, le grand nombre des valvules qui s’ouvrent de bas en haut, sa situation avantageuse entre la grande artere & les vertebres du dos, & que c’est-là où vont se décharger les vaisseaux lymphatiques qui rapportent la lymphe des poumons & des parties voisines, nous trouverons que tout conduit à la démonstration de l’art suprème que la nature emploie pour avancer le chyle, & pour le pousser perpendiculairement de bas en-haut.

Pecquet s’est illustré par la découverte qu’il fit en 1651 de ce reservoir du chyle dans l’homme ; c’est encore par lui que nous savons évidemment que les veines lactées portent le chyle à ce reservoir, qu’il passe de-là par des veines particulieres à-travers la poitrine jusqu’à la hauteur de l’épaule gauche, entre dans la veine souclaviere, & est porté droit au cœur. Il faut en voir la figure dans Cowper, car la plûpart des autres anatomistes ont représenté d’après Eustachi, le reservoir du chyle tel qu’il est dans la bête.

Il importe d’observer que le canal thorachique est exposé à des jeux de la nature. Pecquet a trouvé, en 1657, dans un sujet, que ce canal communiquoit avec la veine émulgente, & dans un autre sujet avec la veine lombaire droite. Il se termine dans les uns par une ampoule, & dans les autres par plusieurs branches réunies ; il est encore quelquefois double, un de chaque côté, & quelquefois accompagné d’appendices pampiniformes.

Il montre dans les bêtes des variations, comme dans l’homme. On sait que dans les chiens & les autres animaux qui n’ont point de clavicule, ce canal se décharge ordinairement dans la veine de la patte antérieure gauche ; mais Pecquet & Verheyen ont vu ce conduit se décharger dans la veine de la patte antérieure droite. Bartholin a trouvé une des deux branches qui s’inseroit dans la veine de la patte antérieure gauche, & une autre dans la droite. Enfin Vanhorne a eu occasion de voir l’une des deux branches s’ouvrir dans la veine jugulaire. (D. J.)

Les arteres thorachiques, ou mammaires externes, viennent de l’axillaire qui fournit trois ou quatre rameaux, qui se distribuent au grand & au petit pectoral, au grand dentelé, au grand dorsal & à toutes les parties circonvoisines ; elles communiquent avec les mammaires internes & les intercostales. On peut les distinguer par rapport à leur situation, en antérieure, en moyenne & en inférieure.