L’Encyclopédie/1re édition/TOURNETTE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  TOURNESOL
TOURNEVIRE  ►

TOURNETTE, s. f. (Outil d’ouvriers.) petit instrument de bois qui sert à devider de la soie, du fil, de la laine, du coton, &c. Les tournettes sont toujours doubles, & sont composées de deux cylindres de bois léger qui ont chacun leur pivot, sur lequel elles tournent. Les pivots sont attachés sur une planche qui leur sert de pié. (D. J.)

Tournette, en terme de Blondiers ; c’est une espece de lanterne, montée sur un banc à la hauteur de deux piés & demi. Devant la lanterne est planté dans le dessus du banc un bâton qui l’éleve à la même hauteur, de ce bâton en part horisontalement un autre d’un bon pié de long qui soutient la soie autour de la tournette sans qu’elle puisse tomber au pié ; & enfin un autre encore plus petit que celui-ci, qui empêche la soie de remonter quand on la dévide, & qui soutient les centaines découpées, jusqu’à ce qu’on les retire des tournettes. Voyez Découper.

Il faut deux tournettes pour découper & pour dévider, l’une à un bout, & l’autre à l’autre ; souvent on dévide sur le devidoir, voyez Devidoir, mais toujours on découpe aux tournettes, le devidoir étant trop petit de circonférence.

Tournette, terme de Boutonnier ; c’est un ustensile dont les Boutonniers se servent pour dévider la soie ou poil de chevre sur les rochets par le moyen d’un rouet ; la tournette est composée d’une table, sur laquelle sont assujettis perpendiculairement deux broches disposées de maniere, qu’on peut les éloigner ou les approcher, selon la largeur des écheveaux que l’on veut dévider. On passe dans ces broches deux especes de lanternes qui tournent sur ces broches, comme sur leur axe. Voyez la figure, Planche du Boutonnier-passementier.

Tournette, ce sont parmi les Cardeurs, deux roues de bois ausquelles l’arbre du devidoir communique le mouvement qu’il reçoit d’une manivelle que l’on tourne.

Tournette, terme de Chandelier ; les Chandeliers appellent aussi des tournettes, les devidoirs sur lesquels ils devident la méche de leur chandelle pour la mettre en pelotes. (D. J.)