L’Encyclopédie/1re édition/TRITÉE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  TRITE

TRITÉE, (Géog. mod.) Tritea, ville du Péloponnèse, dans l’Achaïe propre, selon Strabon, liv. VIII. pag. 341. Hérodote, Plutarque, Polybe, Thucydide & Etienne le géographe, font mention de cette ville. Pausanias, liv. VII. c. xxij. qui écrit Tritia, dit qu’elle étoit en terre ferme, à six-vingt stades de Pheræ, & qu’elle étoit de la dépendance de Patra, parce qu’Auguste l’avoit ainsi voulu.

Avant que d’entrer dans la ville, ajoute-t-il, on voit un magnifique tombeau de marbre blanc, plus précieux encore par les peintures de Nicias, que par les ouvrages de sculpture dont il est orné. Une jeune personne d’une grande beauté est représentée assise dans une chaise d’ivoire : à côté d’elle est une de ses femmes qui lui tient une espece de parasol sur la tête : de l’autre côté, c’est un jeune garçon qui n’a point encore de barbe ; il est vêtu d’une tunique, & d’un manteau de pourpre par-dessus ; près de lui est un esclave, qui d’une main tient des javelots, & de l’autre des chiens de chasse qu’il mene en lesse.

Les auteurs ne s’accordoient pas sur la fondation de cette ville. Les uns lui donnoient pour fondateur Celbidas, originaire du Cumes en Opique : d’autres disoient que Tritia, fille du fleuve Triton, après avoir été prêtresse de Minerve, fut aimée du dieu Mars, & que de ce commerce naquit Menalippus, qui bâtit une ville, & du nom de sa mere l’appella Tritia.

On voyoit dans cette ville un temple que les gens du pays nommoient le temple des grands dieux. Leurs statues n’étoient que de terre : on célébroit leur fête tous les ans avec les mêmes cérémonies, que les Grecs avoient coutume de pratiquer à la fête de Bacchus.

Minerve avoit aussi son temple à Tritia, avec une statue de marbre, & qui étoit d’un goût moderne du tems de Pausanias : les habitans prétendoient qu’anciennement il y en avoit une autre qui avoit été portée à Rome. Ces peuples observoient religieusement de sacrifier tous les ans au dieu Mars & à Tritia.

On ne connoît, dit Pausanias, liv. VI. c. xij. dans toute la Grece, d’autre ville du nom de Tritée, que celle qui est en Achaïe. Il se peut faire néanmoins, ajoute-t-il, que du tems d’Hégésarque, Tritée fut une ville d’Arcadie, & qu’elle en ait été démembrée, comme quelques autres qui sont soumises au gouvernement d’Argos. Pausanias fait cette remarque parce que dans une ancienne inscription, les habitans de Tritée étoient qualifiés Arcadiens ; ce qui pouvoit être vrai dans le tems que cette inscription avoit été faite. (D. J.)