L’Encyclopédie/1re édition/VALÉTUDINAIRE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  VALETTE
VALEUR  ►

VALÉTUDINAIRE, s. m. (Médecine.) ce terme est plus en usage parmi les gens qui ne font pas profession de médecine, que parmi les Médecins même ; cependant il a rapport à la Medecine, & est employé pour signifier une personne dont la santé est ou chancelante, ou délicate, ou souvent altérée par différentes maladies qui lui arrivent par intervalles.

En général les femmes, les enfans, les vieillards, & parmi les adultes les pléthoriques, les mélancoliques, les hypocondriaques, & enfin les phthisiques sont généralement valétudinaires ; de sorte que valétudinaire peut s’appliquer à tous ceux qui ont quelque maladie chronique, ou qui sont fort sujets aux maladies chroniques.

Le régime des valétudinaires doit être fort différent de celui que l’on prescrit, ou que l’on permet aux gens qui jouissent d’une santé égale & constante ; on doit employer toutes les précautions imaginables pour soutenir leur délicatesse & leur foiblesse contre toutes les maladies qui les menacent.

1°. Les alimens doivent être eupeptiques, aisés à digérer, pris en petite quantité, suivis d’un exercice modéré ; la boisson sera différente selon les circonstances : mais on évitera l’usage des liqueurs, & encore plus leur abus.

2°. Les passions seront tranquilles & calmes ; le chagrin & les autres excès de l’ame seront défendus.

3°. Le sommeil sera prolongé, & on défendra l’usage de tout ce qui pourra le troubler.

Les remedes seront appropriés, mais on se gardera d’en faire une habitude & une coutume ; & comme les remedes demandent un régime convenable, on aura soin de régler le régime pendant leur usage.