L’Encyclopédie/1re édition/ZINC

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

ZINC, s. m. (Hist. nat. Minéralog. Chimie & Metallurgie.) en latin zincum, speauter, marcasita aurea, spelter, cadmia metallica, &c.

C’est un demi-métal qui, à l’extérieur, est un peu plus blanc que le plomb, quand ce métal a été quelque tems exposé à l’air ; mais à l’intérieur il est rempli de facettes bleuâtres. Il a de la tenacité & souffre les coups de marteau jusqu’à un certain point, ce qui fait qu’on ne peut point le pulvériser. Il entre promptement en fusion & avant que de rougir, après quoi il s’allume, & fait une flamme d’un beau verd clair, ce qui prouve qu’il est très-chargé de parties inflammables ; par la déflagration il se réduit en une substance légere & volatile, que l’on nomme fleurs de zinc. Mais le caractere qui le distingue, c’est sur-tout la propriété qu’il a de jaunir le cuivre.

Ce n’est que depuis peu d’années que l’on connoît la nature du zinc ; rien de plus inexact que ce que les anciens auteurs en ont écrit. Le célebre Henckel a lui-même méconnu cette substance, il l’a regardée comme un avorton minéral. D’autres ont regardé le zinc comme une composition, & ont été jusqu’à donner des procédés pour le faire, Becher dit que c’est une substance minérale, qui tient le milieu entre l’antimoine, la marcassite & la cadmie. M. Lemery confond le zinc avec le bismuth ; d’autres ont dit que c’étoit une espece d’étain. Actuellement on est convaincu que le zinc est un demi-métal, qui a des propriétés qui lui sont particulieres, qui a des mines qui lui sont propres.

Il n’existe point dans la nature de zinc natif, c’est-à-dire, tout pur, & sous la forme métallique qui lui est propre ; c’est toujours par l’art qu’on le tire des mines qui le contiennent, & alors même ce n’est point par la fusion, c’est par la sublimation qu’on l’en retire.

La principale mine du zinc, & qui contient plus abondamment ce demi-métal, est la calamine ; c’est au zinc qu’elle renferme qu’est dûe la propriété de jaunir le cuivre, & de faire ce qu’on appelle le laiton, ou le cuivre jaune. Voyez Calamite & Laiton.

La calamine varie pour la couleur, il y en a de blanche, de jaune & de rougeâtre ou brune, suivant qu’elle est plus ou moins mêlée de parties ferrugineuses ou d’ochre.

La blende est aussi une vraie mine de zinc, que l’on peut en tirer par la sublimation, & qui peut être employée à faire du cuivre jaune. Le zinc n’est point seul dans la blende, il s’y trouve aussi des parties ferrugineuses, des parties sulfureuses & arsenicales, & même quelquefois une petite portion d’argent, qu’il est très-difficile d’en tirer. Il y en a plusieurs especes ; 1°. la principale ressemble assez à la galene ou mine de plomb ordinaire ; c’est-là ce qui est cause que les Allemands lui ont donné le nom de blende, qui signifie ce qui aveugle, parce que sa ressemblance avec la mine de plomb, la rend très-propre à tromper les mineurs. 2°. La blende que l’on nomme en allemand horn-blende ou pech-blende, blendée cornée, ou semblable à de la poix. 3°. La blende rouge, elle est d’une couleur plus ou moins vive ; il y en a qui est d’un rouge de rubis, & qui ressemble à la mine d’argent rouge. 4°. Il y a des blendes grises de différentes nuances. Toutes ces blendes sont de vraies mines de zinc, qui contiennent tantôt plus, tantôt moins de ce demi-métal. M. de Justi ajoute à ces substances une nouvelle mine de zinc différente des précédentes, c’est un spath, d’un gris clair, tirant sur le bleuâtre, composé de feuillets oblongs, & assez pesant, qui se trouve à Freyberg en Misnie, & qui lorsqu’on l’expose au feu, donne une sublimation de zinc ; il lui a donné le nom de spath de zinc. Le même auteur observe, avec raison, que M. Wallerius a trop multiplié sans fondement les mines de zinc dans la minéralogie.

Outre cela ; l’on trouve du zinc dans le vitriol blanc qui, quoique rarement, se trouve tout formé par la nature dans les souterrains des mines de Goslar ; il est ou en stalactite, ou en crystaux, ou sous la forme d’un enduit ou d’une efflorescence. Ce vitriol est formé par la combinaison de l’acide vitriolique & du zinc ; il est quelquefois composé de zinc pur, mais souvent il participe du fer, du cuivre, & des autres substances qui sont mêlées avec lui dans la mine. Ce vitriol se fait aussi artificiellement à Goslar, ou au Rammelsberg ; on fait griller la mine de plomb mêlée de mine de zinc qui se rencontre dans ce pays : on y verse ensuite de l’eau, après l’avoir mise dans des auges : on y laisse séjourner cette eau, afin que les parties impures aient le tems de se déposer ; après quoi on décante la dissolution, que l’on met dans des chaudieres de plomb pour la faire évaporer, & on finit ensuite par la faire crystalliser : on fait ensuite calciner, dissoudre, & crystalliser de nouveau ce vitriol blanc : on le met dans des moules triangulaires, & il est alors propre à entrer dans le commerce. La plûpart des auteurs ont fait sur le vitriol blanc, des conjectures aussi peu fondées que sur le zinc même, dont ils ne connoissoient nullement la nature ; pour se convaincre que c’est le zinc qui sert de base à ce vitriol, on n’aura qu’à le dissoudre dans de l’eau : on mettra de l’alkali fixe dans la dissolution, & il se précipitera une substance blanche qui mêlée avec de la poussiere de charbon, & distillée dans une cornue de verre, formera dans le col de la rétorte, un sublimé propre à jaunir le cuivre ; ce qui est le caractere distinctif du zinc. Voyez Vitriol. Ce vitriol contient souvent des particules de fer, de cuivre, de plomb, &c. avec lesquelles il est mêlé dans la mine de Goslar.

Nous avons déja fait remarquer que ce n’est point par la fusion que l’on tire le zinc des substances minérales qui le contiennent, ce n’est qu’accidentellement qu’on l’obtient, la facilité avec laquelle l’action du feu le brûle & le réduit en chaux, fait qu’on ne peut guere le retirer sous la forme qui lui est propre. Près de Goslar, dans les fonderies des mines de Ramelsberg, on traite, comme nous avons dit, un minerai qui contient du plomb, du cuivre, de l’argent, & beaucoup de zinc ; la partie antérieure, l’estomac dont on ferme le fourneau à manche, est fait d’une pierre assez mince : on la mouille afin de la rafraîchir, & pour qu’il s’y attache un enduit qui n’est autre chose qu’une chaux de zinc, que l’on appelle la cadmie des fourneaux. Voyez Cadmie. On met aussi au fond du fourneau, une certaine quantité de poudre de charbon, afin que le zinc que la chaleur fait fondre & sortir de la mine, ait une retraite qui le garantisse de la trop grande violence du feu, qui ne manqueroit point de le calciner & de le dissiper : il s’attache aussi dans la cheminée des fourneaux, une suie ou un enduit qui est très-chargé de zinc, on la détache, & il est propre à faire du cuivre jaune : d’où l’on voit que c’est sous la forme d’un sublimé ou d’une chaux, que l’on obtient la plus grande partie du zinc.

Pour tirer le zinc de la blende, on commencera par la faire griller, jusqu’à ce que tout le soufre que cette mine contient soit dégagé : alors on mélera huit parties de cette blende grillée, avec une partie de poudre de charbon : on mettra ce mélange dans une cornue de terre bien garnie de lut, que l’on exposera à feu nud pendant environ quatre heures ; le zinc se sublimera sous la forme d’une poudre blanche ou grise dans le col de la cornue.

Pour réduire cette chaux, c’est-à-dire pour lui donner la forme métallique, on en mêle quatre parties avec une partie de charbon en poudre : on met le tout dans un creuset frotté avec de la cire, on presse le mélange, on couvre le creuset d’un couvercle que l’on y lute bien exactement afin que rien n’en sorte : on met le creuset au fourneau de verrerie, & aussitôt qu’il est parfaitement rouge, on le vuide, de peur que le zinc réduit, ne vînt à s’allumer si le feu étoit continué trop long-tems. Cette réduction peur encore se faire en mêlant la chaux de zinc, avec du flux noir & un peu de suie, ou bien des os noircis par la calcination ; on mettra le tout dans un creuset fait d’une terre calcaire, & qui ne soit point vernissé ; on couvrira le mélange d’une bonne quantité de charbon en poudre, on adaptera au creuset un couvercle qui le ferme exactement, & l’on observera la même chose que dans l’opération qui précede.

Nous allons maintenant examiner la propriété du zinc ; celle qui le caractérise sur-tout, est de jaunir le cuivre plus ou moins selon la quantité qu’on en fait entrer ; ce n’est que le zinc qui est contenu dans la calamine, qui lui donne cette propriété, ainsi qu’à la cadmie des fourneaux, qui n’est qu’une sublimation ou une suie dans laquelle le zinc abonde ; sur quoi cependant on doit remarquer un phénomene fort singulier, c’est que le laiton ou le cuivre jaune fait avec la calamine, devient très-ductile, aulieu que celui qui est fait avec le zinc seul, est aigre & cassant. M. Zimmerman croit que cette différence vient de ce que dans la calamine le zinc est uni avec une plus grande portion de terre, & de ce que le travail se fait d’une maniere différente ; en effet, lorsqu’on fait du laiton avec de la calamine, la combinaison se fait par la voie de la cémentation, dans des vaisseaux fermés, & au moyen d’un mélange de charbon en poudre, au-lieu que lorsqu’on fait le cuivre jaune avec le zinc tout pur, une portion considérable de ce demi-métal, se brûle & se réduit en chaux. Si l’on combine la chaux de zinc, ou la cadmie, ou le zinc lui-même, de la même maniere que la calamine, on aura aussi un cuivre jaune très-ductile ; cepèndant il faut observer que la calamine exige un feu plus violent, & de plus de durée, pour communiquer sa partie colorante au cuivre, que le zinc seul.

Une partie de zinc alliée avec trois parties de cuivre, forme une composition d’un beau jaune, que l’on appelle tombac ; c’est aussi le zinc qui allié avec le cuivre, forme les alliages que l’on nomme similor, pinchbeck, métal du prince Robert, &c. on peut aussi faire différentes compositions semblables à l’or, en mêlant ensemble quatre, cinq, ou six parties de cuivre jaune, avec une partie de zinc ; ces alliages sont cassants, mais pour y rémédier, on peut joindre un peu de mercure sublimé à la fin de l’opération ; on peut aussi faire entrer un peu d’étain bien pur dans l’alliage. Il faut toujours observer de commencer par faire fondre le cuivre jaune avant que d’y mettre le zinc, lorsqu’on voudra faire ces sortes de compositions.

Le zinc dissout tous les métaux & demi-métaux, à l’exception du bismuth. Il se combine par la fusion avec tous les métaux, mais il les rend aigres & cassants ; il les décompose, il facilite leur fusion & leur calcination, & les volatilise, effet qu’il produit sur l’or même, il augmente la pesanteur spécifique de l’or & de l’argent, du plomb & du cuivre, mais il diminue celle de l’étain, du fer, & du régule d’antimoine ; fondu avec la platine, il devient plus dur. Lorsqu’on voudra unir le zinc avec les métaux imparfaits, il faudra couvrir le mélange qu’on aura mis dans le creuset, avec du verre pilé, ou des cailloux pulvérisés mêlés avec de la potasse, pour prévenir la dissipation ou la calcination : on dit que les Anglois mettent une partie de zinc sur six cens parties d’etain, pour le rendre plus dur & plus sonnant. M. Zimmermann nous apprend que si l’on fait fondre du zinc avec du plomb, & que l’on forme des balles à fusil de cet alliage, on ne pourra jamais tirer juste avec ces balles.

Le zinc s’amalgame avec le mercure, l’amalgame est au commencement assez fluide, mais peu-à-peu il devient plus dur ; mais l’amalgame sera très-fluide si on commence par fondre le zinc avec du plomb, & si ensuite on le triture avec le mercure ; mais le zinc se dégagera sous la forme d’une poudre, si on triture cet amalgame dans l’eau, parce que le plomb a plus d’affinité que lui avec le mercure.

Tous les dissolvans agissent sur le zinc ; cependant l’acide vitriolique très-concentré, ne le dissout point, il faut pour cela qu’il soit affoibli. L’acide nitreux le dissout avec une rapidité étonnante, & par préférence à tous les autres métaux ; dans cette dissolution il se fait une effervescence très-violente. L’acide du sel marin dissout aussi le zinc, si on met cette dissolution concentrée en digestion avec de l’esprit de vin bien rectifié, l’huile du vin se dégagera. L’acide du vinaigre dissout aussi le zinc ; pendant que la dissolution s’opere elle répand une odeur très-agréable, & il se forme un sel astringent. Le zinc se dissout pareillement dans le verjus, dans le jas de citron, & dans les acides tirés des végétaux.

Le zinc est soluble par l’alkali fixe & l’alkali volatil dissout dans l’eau & à l’aide de la chaleur. Un mélange de sel ammoniac, avec de la limaille de zinc humectée d’un peu d’eau, s’échauffe, répand des vapeurs, & finit par s’enflammer.

Le soufre n’agit point sur le zinc, ainsi l’on peut s’en servir pour dégager ce demi-métal des autres substances métalliques avec lesquelles il peut être uni ; le foie de soufre le dissout parfaitement.

Le zinc a la proprieté de précipiter toutes les dissolutions métalliques.

Nous avons déja fait remarquer que le zinc s’enflamme dans le feu, alors il se dissipe sous la forme d’une substance légere & blanche, que l’on nomme laine ou coton philosophique ; cette substance ressemble à ces fils que l’on voit voltiger dans l’air en été, dans les jours sereins. La tuthie, le pompholix, le nihil album, les fleurs de zinc, ne sont que des chaux de zinc à qui on a jugé à propos de donner des dénominations singulieres.

Le zinc a la propriété du phosphore ; si on triture une chaux de zinc, on voit qu’elle répand une lumiere verdâtre ; on trouve à Scharffenberg en Saxe, une blende rouge, qui pareillement triturée est phosphorique, ce qui vient du zinc qu’elle contient.

De toutes les propriétés de cette substance, on doit en conclure que le zinc est un demi-métal, qui contient une terre métallique blanche, & beaucoup de principes inflammables. Quelques auteurs regardent sa terre métallique comme un peu arsenicale ; en effet le zinc a des propriétés qui indiquent assez d’analogie entre lui & l’arsenic : en effet le zinc jetté sur des charbons ardens, répand une odeur pénétrante, qui a quelque rapport avec l’odeur d’ail de l’arsenic ; il répand comme lui une lumiere phosphorique. Le zinc colore le cuivre en jaune, l’arsenic le blanchit ; l’un & l’autre rendent les métaux plus faciles à entrer en fusion, & leur enlevent leur ductilité. M. Zimmermann rapporte une expérience par laquelle il prouve encore plus l’analogie du zinc & de l’arsenic. Il dit que l’on n’a qu’à faire fondre ensemble une partie d’or avec trois partie de zinc, on pulvérisera la composition qui résultera ; on mettra cette poudre dans une cornue bien luttée avec de la chaux vive, on donnera le feu par degrés ; la plus grande partie du zinc se sublimera en chaux, ou sous la forme de fleurs ; mais selon lui la partie arsenicale restera jointe avec l’or, qui aura bien la forme d’une poudre jaune, mais qui n’aura aucune de ses propriétés métalliques. Si on met ce résidu dans un matras, & que l’on verse par dessus six fois autant d’eau forte, il s’excitera une effervescence violente, & il en partira une vapeur qu’il seroit très-dangereux de respirer ; après quoi l’or restera sous la forme d’une poudre grise, effet qui est produit par la substance arsenicale qui est contenue dans le zinc.

La proprieté que le zinc a de colorer le cuivre en jaune, n’a point échappé aux alchimistes, & quelques-uns d’eux n’ont point manqué d’en conclure que c’étoit cette substance qui devoit leur fournir la matiere colorante qu’il faut introduire dans les métaux, pour les convertir en or. (—)

Zinc, (Pharm. & Mat. méd.) des diverses substances appartenant à ce demi-métal (Voyez Zinc Chimie), celles que les pharmacologistes ont adopté sont deux de ces chaux : savoir, le pompholix, nihil album, ou fleurs de zinc, & la tuthie, & sa mine propre ou pierre calaminaire.

Ces matieres sont principalement employées dans quelques préparations officinales destinées à l’usage extérieur, & elles sont employées pour la seule vertu qu’elles possedent : savoir, la vertu dessicative à un degré éminent : c’est à ce titre que le pompholix entre dans l’onguent diapompholigos, la tuthie dans l’onguent de tuthie, la pierre calaminaire dans l’onguent dessicatif, dans l’emplâtre styptique, l’emplâtre manus dei, &c. la tuthie & la pierre calaminaire ensemble, dans l’emplâtre oppodeltock, &c.

La tuthie, ou le pompholix, font la base des collyres dessicatifs, soit liquides, soit sous forme de poudre tant officinaux que magistraux. Ces remedes ne s’emploient point intérieurement. (b)