100%.png

L’Enfer de la Bibliothèque nationale/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bibliothèque des curieux (bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collectionp. 135-163).


200. — Les Immoralités des Prêtres Catholiques, par Emile Alexis. Prix deux francs. En vente, chez les principaux libraires, 1868.

1 volume, in-120 de viii-262 p., br., couv. impr. (Impr. à Bruxelles chez Somer).


201. — Le Carte Parlanti. dialogo di Partenio Etiro, nel quale si tratta del giuoco conmoralità piacevole. Al molto illre et ecemo sigr mio ossmo il sigr Mavritio Tirelli. In Venetia, per Marc Ginammi, MDCL con Licenza de Superiori & privilegio.

1 volume in-8° de 3 ff. n. chif. et 294 p. Reliure ancienne, veau marbré, filets sur les plats, dos orné, tranches jaspées. Cet exemplaire porte un des plus vieux cachets de la Bibliothèque royale : Bibliothécæ Regiæ avec les trois fleurs de lys. (Texte italien). Par Pietro Aretino, dont Partenio Etiro est l’anagramme inventé par les éditeurs après sa mort pour écouler ses ouvrages et particulièrement ses dissertations religieuses.

Les Carte Parlanti est un nouveau titre donné au Ragionamento del Giuoco (v. 19).

Aucune raison de laisser cet ouvrage à l’Enfer. On n’a encore traduit que des passages de ce Dialogue du jeu (Sept petites nouvelles sur les joueurs, par Pierre Arétin. Plaquette éditée par Gay).


202. — Dubbii amorosi, altri dubbii e sonetti lussuriosi, di Pietro Aretino. Nella Stamperia del Forno, alla Corona de’ Cazzi.

1 volume très net in-8° s. d. de 82 pages, sur papier de Hollande (Paris, Grangé, vers 1757). Édition faite aux dépens de Corbie, intendant du duc de Choiseul et de Moette. Texte italien. Reliure ancienne, maroquin rouge, triple filet, dos orné, pièce maroquin vert, tranches dorées, gardes blanches semées d’étoiles d’or. Ravissant exemplaire.

Les Dubbii sont faussement attribués à l’Arétin.

Voir les autres éditions des Doutes amoureux, en français ou en italien, à 92, 155, 203, 204, 205, 206

Pour les Sonnets Luxurieux, voir, avec 203, 204, 205, 206, les nos 67 et 927, ainsi que le Recueil du Cosmopolite : 760, 923, 924.


203. — Dubbii amorosi

Double du 202 mais plus simplement relié en veau marbré vert à l’allemande, filets, dos orné, tranches jaspées bleu.


204. — Dubbj amorosi, altri dubj e sonetti lussuriosi di Pietro Aretino. Edizione piu d’ogni altra corretta. Roma, nella stamperia Vaticana, con privilegio di Sua Santità, 1792.

1 volume pet. in-12 de 78 pages (Paris, Girouard). Texte italien. Reliure basane, dos plat, titre en long, tranches jaspées.

Voir pour les Doutes Amoureux, en français ou italien, les n° 92, 155, 202, 203, 205, 206

Pour les Sonnets Luxurieux, 67, 202, 203, 205, 206, 760, 923, 924, 927


205. — Dubbj amorosi

Double du 204 mais broché, dans sa couverture de papier gris du temps.


206. — Dubbj amorosi

Double des 204 et 205, même état que ce dernier.


207. — Ragionamento | della Nanna, et della Antonia, | fatto in Roma sotto vna | ficaia, composto dal | divino Aretino, per | suo capricio, a | correttione | de i tre stati delle | donne.

À la fin : — Egli si é datto alle stampe, di questo mese di Aprile MDXXXIIII. Nella inclita città di Parigi. Note manuscrite : Vbertinus Mazzola Art. Medicine Doctor. Relié avec le n° 208. — Voir le n° 208.


208. — Dialogo di M. Pietro | Aretino, nel quale la Nan | na, il primo giorno, inse | gna à la Pippa sva fi | gliola a esser | pvttana, | nel secondo gli conta i | tradimenti che fan | no gli hvomini a le | meschine che | gli credano, | nel terzo e vltimo la | Nanna et la Pippa se | dendo nel orto | ascoltano la | comare et la | balia che | ragionano de | la ruffiania. | [À la fin]. Impressa in Turino. P. M. L. MDXXXVI,

1 volume in-8° comprenant les nos 207 et 208. (Venise).

Contenant la 1re et 2e partie de Ragionamenti. La 1re de 198 pp. et 1 f. n. ch., la 2e de 18 cahiers de huit feuillets n. chif. signés A-S, et 1 cahier de 4 ff. signé T ; reliure moderne en maroquin bleu à grain long, plats à compartiments, filets or et encadrement à froid, dos orné, dentelles intérieures, tranches dorées.

Voir le n° 19, pour la notice et les diverses éditions qui se trouvent à l’Enfer.


209-210La Prima parte de Ragiona-menti, di M. Pietro Aretino, co-gnominato il flagello de | Prencipi, il veritiero, e’ | Divi- | no. Divisa in tre Giornate, La | contenenza de le qvali si | porrà ne la facciata | segvente | Veritas odium parit. | MDLXXXIIII.

Ce vol. contient la 1re et la 3e partie d’une des 4 éditions de 1584, portant la mention Stampata nella nobil Citta di Bengodi. La 2e partie forme le n° 211.

Voici le titre de la 3e partie :


Commento | di Ser Agresto | da Ficarvolo sopra | la prima ficata del Padre Si- | ceo Con la Diceria | de Nasi.

2 parties en 1 vol. in-8° s. l. n. d. : 1re partie, 6 ff, n. ch. et 228 pages ; 3e partie, 142 pages de 28 lignes, caractères plus grands. Le Commento di ser Agresto est d’Annibal Caro, le Padre Siceo est Molza (v. 19 et 207).

Rel. en peau vélin. Ex-libris de Huet, évêque d’Avranches, et sur le titre a été collé l’avis : Ne extra hanc Bibliothecam efferatur. Ex obedientiâ.


211. — La Seconda Parte de’ Ragiona | menti, di M. Pietro Aretino, co | gnominato il flagello de | Prencipi, il veritiero, e’l Divi- | no Divisa in tre giornate la | contenenza de le qvali si | porra ne la facciata segvente, | Doppo le quali habbiamo aggiunto il piaceuol | Ragionamento del Zoppino, composto | da questo medesimo autore per | suo piacere |. Veritas odium. parit.

À la fin : Stampata con buona licenza (toltami) nella nobil citta di Bengodi, ne l’Italia altre volte piu felice, il viggesimo primo d’octobre. MDLXXXIV.

In-8° de 4 ff. n. ch. et 401 pages. 2e partie de l’édition contenue dans le vol. 209-210. Voir aussi, pour le Zoppino, le n° 91.

Ex-libris de Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches. Emboîtage vélin ancien à recouvrement.


212-213-214. — La Prima parte | de | Ragionamenti | di | M. Pietro Aretino. | Cognominato il | flagello de Pren-|cipi, il Veritiero, e’l | Divino. | Divisa in tre giornate, | a contenenza de le quali si porra ne | la facciata seguente | Veritas odiuni parit | MDLXXXIIII.

Trois parties reliées en 1 vol. in-8° avec le n° 215.

Le 212, de 5 ff. limin. non chif. et 198 p.

Voici le titre de la seconde partie :


La Seconda parte | de | Ragionamenti di | M. Pietro Aretino, | Cognominato il | flagello de Pren-|cipi, il veritiero e’l | Divino. | Divisa in tre Giornate | La contenenza de le quali si porra ne | la facciata seguente | doppo le quali habbiamo aggiunto il Piacevol | Ragionamento del Zoppino composto da | questo medesimo Autore per | suo piacere Veritas Odium parit.

[À la fin] stampata, con buona licenza (toltami) nella nobil citta di Bengodi, ne l’Italia allte Volte piu felice, il viggesimo d’octobre MDLXXXIV — 3 ff. lim. n. du f. et 339 p.

Voici le titre de la 3e partie. On remarquera la faute Agretso.


Commento | di | ser Agretso | da | Ficarvolo, | sopra la prima ficata | del Padre Siceo | con la Diceria | de Nasi.

118 p. à 29 lignes.

Exempl. d’une des 4 éditions de 1584, Stampata nella nobil Citta di Bengodi. On trouvera à 216-217-218 une contrefaçon faite, en 1649, de cette édition même ; et à 209-210-211 un exemplaire d’une autre des 4 éditions de 1584 (v. 91, 158, 207, 220

Voici le sommaire des 3 parties qui pourra servir pour les autres éditions ou contrefaçons de 1584.


Première partie :

1. — Barbagrigia stampatore a gli amatori del sapere.
2. — Pietro Aretino al suo Monichio.
3. — Comincia la prima parte…, etc.
1. — Vita de le Monache.
2. — Vita de le Maritate.
3. — Vita de le Puttane.

Deuxième partie :

1. — Al gentile et honorato M. Bernardo Valdavra, reale esempio di cortesia, Pietro Aretino.
2. — Ne le quale la Nanna insegna a la Pippa sua figliuole ad esser Puttana.
3. — Ne le quale la Nanna racconta a la Pippa i tradimenti, che fanno gli huomini a le meschine, che gli credono.
4. — Ne le quale la Nanna, e la Pippa, sedendo ne l’horlo asroltano la Comare, e la Balia, le quali ragionano de la Raffianeria.
5. — Al Nobilissimo Leonardo Parpagliono Lucchese, Francesco Coccio.
6. — Seguita Il Piacevol Ragionamento de l’Aretino, Nel quale il Zoppino fatto frate, e Lodovico puttaniere, trattano de la vita, e de la genealogia di tutte le Cortigiane de Roma.

Troisième partie :

1. — L’Herede di Barbagrigia stampatore a gli Amatori delle scienze. S. (12 janvier 1584).
2. — Al S. Molza et M. Annibale Caro, il Barbagrigia, stampatore.
3. — Proemio del Comentatore.
4. — Della Ficheide del Padre Siceo Ficato. Commento di Ser Agresto.
5. — Il Barbagrigia a lettori.
6. — Nasea overo Diceria de Nasi, del medesimo Ser Agresto.
7. — Lettera scritta al Medesimo privato in Francia.

Relié avec le 215.


215. — Dialogo | Della Bella | Creanza delle Donne, Dello Stordito Intronato. | [Avec la belle marque ovale de l’éditeur et la devise : ne queri neque dolor]. In Milano, appresso di Giovann’Antonio de gli Antonij. — MDLVIII. Al Segno del Leone.

1 volume in-8, relié avec les nos 212-213 et 214. Ensemble 3 parties d’un même ouvrage et un autre ouvrage reliés en un vol. veau ancien dos orné, tranches rouges aux armes (recto et verso) du Puy.

43 feuillets, plus un feuillet n. ch. de titre, un feuillet n. ch. à la fin où la marque est répétée. Au bas de la page 43 on lit après Il fine : In Milano Imprimevano i fratelli da Meda. M. D. LVIII.

Puis, il y a des vers sur le verso de la page 43 et sur le recto du feuillet non chiffré de la fin.

La 1re éd. parut en 1539 (Venise, Curzio Nuovo et fratelli, in-8°). Le dialogue avait été écrit en 1538. Il a été attribué au pape Paul V, au pape Pie V, il est, en réalité, d’Alessandro Piccolomini, archevêque de Patras et coadjuteur de Sienne. Il l’écrivit à une époque où il faisait partie, avec quelques jeunes gens, de l’Académie Siennoise des Intronati, ces hébétés réunis par Antonio Vignale auteur de la Cazzaria (v. 565). Piccolomini y était surnommé lo Stordito, c’est-à-dire l’Étourdi Alcide Bonneau dit, en parlant des bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale : « Ils n’ont pas hésité un seul instant à mettre un archevêque dans l’Enfer ; notre prélat pourrait en appeler comme d’abus. » Bonneau ajoute que ce Dialogue de la Bella creanza delle donne est une : « sorte de manuel théorique des élégances féminines ».

Piccolomini a encore écrit la Raffaella. Le Dialogue de la Bella creanza delle donne a été traduit ou plutôt imité en français sous le titre d’Instructions pour les jeunes Dames, par M. D. R. (Lyon, 1573, in-12).


216-217-218. — La Prima | Parte | de Ragionamenti | di | M. Pietro Aretino, | Cognominato il | flagello de Pren-cipi, il Veritiero, el | Divino. | Diuisa in tre Giornate : | La contenenza de le quali si porrà ne la | facciata seguente. | Veritas odium Parit. | MDLXXXIII.

Trois parties en 1 vol. in-8°. Voici le titre de la 2e partie :


La seconda Parte | de’ | Ragionamenti | di M. Pietro Aretino, | Cognominato il | fagello de Pren-|cipi, il veritiero, e’l | Diuino. | Diuisa in tre Giornate. | La contenenza de le quali si porrà ne | la facciata seguente | Doppo le quali habbiamo aggiunto il piaceuol ragio- | namento del Zoppino, composto da questo | medesimo autore per suo | piacere. | Veritas odium Parit.

[À la fin] stampata, con buona licenza (toltami) nella nobil città di Bengodi, ne l’Italia altre volte piu felice, il viggesimo primo d’ottobre. MDLXXXIV

Voici enfin le titre de la 3e partie :


Commento | di | ser Agresto | da Ficarvolo, | sopra la di prima ficata | del | Padre Siceo | Con la Diceria | de Nasi.

Part. I, 198 pp. Part. II, 339 pp. Commento di ser Agresto, 118 pp à 29 lignes.

Contrefaçon faite en 1649 d’une des 4 éditions de 1584, Stampata nella nobil Citta di Bengodi. Cette contrafaçon est, d’ailleurs, une copie exacte de l’édition qu’elle contrefait, mais elle en diffère par l’imposition, la faute Agretso est corrigée et on trouve, à la fin du second tome, la souscription : MeDIcata reLabor, contenant un chronogramme qui donne la date de 1649, et la table des Ragionamenti qui était indiquée au verso du titre général par un titre de deux lignes, est indiquée dans la contrefaçon par un titre de trois lignes.

Vol. rel. en maroquin, rouge à compartiments dorés et à froid, dos orné, dentelle intérieure tête dorée (Niedrée). Sur les deux plats on lit en lettres d’or : Bibliothèque Royale, et au dos : Ragionamenti di P. Aretino. Commento delle Fiche, 1584 (on a vu que cette date était fausse). Sur la feuille de garde l’indication à la plume : Petits pères, indique la provenance conventuelle de cet ouvrage pris certainement pendant la Révolution et relié plus tard. (V. 19, 91, 158, 207, 209, 212, 220).


219. — La | terza et | vltimà parte | de’ Ragiona-menti | del divino Pietro | Aretino, | ne la quale si contengono due ragionamenti, | cio è de le corti, e del giuoco, cosa | morale e bella. | Veritas odium parit, | Apresso Gio. Andrea del Melagrano, 1589,

1 volume in-8°.

(Voir 19, 201, 207, 221).

Ces deux Ragionamenti sont deux ouvrages d’Arétin distincts des fameux Ragionamenti ou Dialogues putanesques qui forment un tout. Le Dialogue des Cours n’a pas encore été traduit et le Dialogue du jeu n’a été traduit qu’en partie.

Médaillon en titre donnant le profil, tourné à droite, de P. Arétin.


220. — Cappricciosi et piaceuoli | Ragionamenti, | di | M. Pietro Aretino. | Il veritiere [sic] e’l diuino, cognominato il flagello de Principi. Nuona Editione, con certe postille, che spianano e dichiarano euidentemente i luoghi & le parole più oscure & più difficili de l’opéra. Stampati in Cosmopoli l’anno 1660 [à la fin on trouve] : La Puttane Errante, overo dialogo di Madalena e Giulia, di M, P. Aretino, cognominoto il flagello de Principi, il viritiro [sic] el divino.

2 parties en 1 volume, petit in-8° de 542 plus les 42 pages de la Puttana (Amsterdam, Elzévier, ou Leyde, Elzévier). Partie I, 174 pages. Partie II, pages 175 à 418 inclusivement.

(Pour les Ragionanienti, voir le n° 19).

Le Zoppino va de la p. 419 à 451 (voir les nos 91, 158, 211, 213, 217), le Commento di ser Agresto va de la page 452 à 541 (voir 210, 214, 218). La Puttana Errante, 38 pages chiffrées séparément (voir 89, 156, 559, 560, 753, 754).

Cette édition contient imprimées des notes marginales, à la vérité peu intéressantes. L’exemplaire de l’Enfer est un exemplaire de la contrefaçon de l’éd. de Cosmopoli. La lettre Z employée dans les notes marginales est très allongée, et à la page 282 il y a une variante à la fin de la note où cette copie ajoute le mot acrescere devant la forza dell’espressione. Reliure ancienne hollandaise de vélin blanc.


221. — Ragionamento nel quale M. Pietro Aretino figura quattro suoi amici, che favellano de le corti del mondo e di quella del cielo.

Au verso de l’avant dernier feuillet : Impresso nel. MDXXXVIII.

In-8° 125 pages et un feuillet blanc au recto.

Reliure ancienne en maroquin rouge aux armes du Roi sur les plats ; filets, dentelles intérieures, dos orné et chiffré, tranches jaspées. Le titre est dans un encadrement gravé en bois qui contient le portrait d’Arétin avec la légende : Diuus P. Aretinus acerrimus virtutum ac vitiorum demonstrator. Cet encadrement et le portrait sont répétés au verso de la feuille qui termine le livre, mais la lettre est différente. (V. 19 et 219).


222. — Ragiona | mento, nel qvale | M. Pietro Aretino figv ra qvattro suoi amici, | che favellano de le corti del | mondo e di quella | del cielo.

1 volume in-8° s. i. (À la fin) impresso nel MDXXXIX, sur papier bleu (carta purpurea), 55 feuillets plus un f. sans texte.

Reliure ancienne, veau écru, dentelle intérieure, dos orné pièce, tranche rouge.

Voir la notice à 19.


223. — Ragionamento, | nel qvale M. Pietro Are-|tino figvra qvatro | suoi amici, che favellano de le | corti del mondo e | di quella del | cielo. M. | DXLI.

1 vol. s. l. in-8, sept cahiers de 8 f. n. ch. dont 1 f. blanc. Emboîtage vélin ancien. Sur le titre, vignette sur bois, reproduction de la médaille au portrait du Fléau des Princes.

(Voir 19 et 219).


224. — Pornodidascalus, seu Colloqvivm muliebre, Petri Aretini, ingeniosissimi et feré incomparabilis vertatum et vitiorum demonstratoris : de astu nefario horrendisqve dolis, qvihus impudicae mulieres juventuti incautae insidiantur, dialogus ex italico in hispanicum sermonem versus a Ferdinando Xuaresio seviliensi. De hispanico in latinum traducebat ut juventus germana pestes illas diabolicas apud exteros, utimam non et intra limites, obvias cavere possit cantius, Caspar Barthius. Addita expugnatio arbis Romae ob exercitu Caroliuqvinti, historia paucis nota et in dialogo memorata ; eodem Italico interprete. Cygneae, typis et sumptibus Melchioris Copneri, anno M.DC.LX.

1 volume pet. in-8° de 155 pages plus 2 f. n. ch. donnant le catalogue des œuvres de Barth. Traduit de l’espagnol (v. 226) en latin par Gaspard Barth.

Reliure ancienne veau fauve, filets, dentelles intérieures, dos orné, tranches dorées. L’huile de l’impression a coulé comme il arrivé pour beaucoup de ces vieilles impressions allemandes et le volume n’est qu’une tache.

V. 19, la notice sur les Ragionamenti.


225. — Histoire des amovrs faintes et dissimvlées de Lais et Lamia, récitées par elles-mesmes, mise en forme de dialogue par P. Aretin. Où sont descouvertes les falaces et communes tromperies dont vsent les mieux affectees Courtisanes de ce temps à l’endroit de leurs amis. Traduite de l’Italien en français et augmentée de la Vieille Courtisane de I. du Bellay. A Paris, pour Anthoine du Brevil, demeurant au marché neuf près la Boucherie M.D.XCV.

1 volume in-16 de 96 p. ancienne reliure maroquin rouge, filets, dentelles int. dos orné, titre en long, tranches dorées.

Traduction française de la 3e Journée de la 1re partie des Ragionamenti (voir à 19, la notice).


226. — Coloquio | de las da|mas | Nueuamen ==  | te impresso. Año de | 1549 [à la fin]… impresso… por Predro de Castro impressor…

1 volume, petit in-4° goth. de Iviij feuillets plus 1 f. n. chif. (où sont des vers), caract. goth., reliure ancienne (xviiie siècle), veau marbré, dos orné pièce, tranches rouges, curieux encadrement au titre, grossièrement gravé sur bois.

Traduction en castillan, par Fernan Xuarès de la 3e Journée de la 1re partie des Ragionamenti. Vol. imprimé à Medina del Campo (voir notice au 19).


227. — Le Poésie di Giorgio Baffo, Patrizio Veneto. — MDCCLXXI.

Double du 160. Broché sans couv.


228. — Les Délices du Cloître, ou La None (sic) éclairée. Avec un Discours préliminaire. MDCCLXI.

1 volume s. l. ni adresse, pet. in-8° de 48 pages, demi-reliure moderne, chagrin poli bleu, à coins, dos janséniste, tranches dorées. (Édit. orig. (?) beaucoup plus rare que celle d’Amsterdam 1774).

Imitation adoucie de Vénus dans le Cloître (voir 674). Satire en prose dialoguée contre les couvents. (Par l’abbé J. Basrin).

Voir La Religieuse en chemise (229, 353).


229. — La Religieuse en Chemise, ou La Nonne éclairée. Avec un discours préliminaire. Prix : 50 centimes, Paris et Londres, chez les marchands de nouveautés, 1860.

1 volume in-16 de 64 pages. Broché. Couverture bleue foncée, imprimée. (Pour le colportage). Saisi en douane. Réimpression du n° 228.

Un autre exemplaire à 353 c. Voir aussi le n° 4 (même observation pour ce dernier, quant à la transformation du titre).


230. — Il Zibaldone, Poemetto Burlesco, in dodici Canti ; del Padre Atanasio da Verrocchio, di… b…i, di li…o [un monogramme composé des lettres I.N.D.S.P.F.A.R.D.]. Nell’ Impero, L’anno che si spera il piu felice, (1805).

1 volume in-12 de 332 pages (Paris, Molini, 1805). Il fut aussi tiré 3 exempl. sur papier bleu et 4 exempl. sur vélin.

Di… B… i di Li…o signifie Di Balacchi di Livorno (par Batacchi, de Livourne).

Poème burlesque et licencieux en douze chants, texte italien. Domenico Batacchi naquit à Livourne, en 1749, et mourut en 1802. On ne sait pas grand chose de sa vie.

Sur le libraire Molini, v. 565.


231-232. — Hipparchia, Histoire galante, traduite du grec, divisée en Trois parties. Avec une Préface très intéressante, ornée de figures en taille-douce. A Lampsaque, l’An de ce monde.

In-16 de 2 ff, n. ch, pour le titre et la clef, xvi et 152 p. On trouve à la suite :


Les Songes du printems par M. Tarben.

In-16 s. l. n, d. de xliv et 68 p, ; deux ouvrages en un vol. reliure ancienne maroquin vert, plats ornés de milieux et d’encadrements obscènes (Amour tirant à la cible dans un clytoris, avec un phallus en guise de flèche, personnages accouplés, phallus et clytoris volants, etc.)

Hipparchia, roman philosophique inspiré par une anecdote scandaleuse de la cour de Versailles (publié en 1748).

Par L. Godard de Beauchamp, est attribué aussi à l’abbé Gérôme Richard (par Barbier). Il est orné de 4 fig. libres en taille douce.

Les Songes du printems (qui se réduisent au premier songe) sont illustrés d’un délicieux frontispice et d’une vignette à mi-page d’Eisen, gravés par Tardieu.

Il y a à l’Enfer, sous les nos 324 et 553, deux autres volumes avec la même reliure.


233. — Histoire du Prince Apprius, etc. extraite des Fastes du Monde, depuis sa Création. Manuscrit trouvé dans la Bibliothèque de Schah-Hussain, roi de Perse, détrôné par Mamouth en 1722. Traduction Françoise, par Messire Esprit, gentilhomme Provençal, servant dans les Troupes de Perse. Imprimé à Constantinople, l’an 1728.

1 vol. in-12 de 74 pages. Titre rouge et noir.

Par Fr. Godard de Beauchamp. Reliure ancienne veau fauve, filets, dos orné pièce ; dent, inter., tranches dorées.

La Clef qui doit se trouver à la fin de cet ouvrage manque ici, mais un possesseur de l’exemplaire a pris soin de donner en marge l’anagramme-clef de chaque nom. Note manuscrite sur la page de titre, en-dessous de Messire Esprit : — (Beauchamp cy-devant secrétre, du Mal de Villeroy).

On a rajouté à ce volume un portrait (tête), formé par des attributs sexuels, de Adriani Imperatoribus Concubinatus, et 6 vignettes découpées et collées sur les pages de garde et la dernière page, représentant des médailles anciennes ou des scènes se rapportant au culte de Priape.

L’Histoire du Prince Apprius (anagramme de Priapus) est une satire violente contre le Régent.

Ajoutons que Beauchamps s’est défendu d’être l’auteur de ce libelle et que Ch. Nodier ne pensait pas que ce fût là une satire contre Philippe d’Orléans.


234. — Histoire du Prince Apprius, Extraite des Fastes du Monde, depuis sa Création. Manuscrit Persan trouvé dans la Bibliothèque de Schah-Hussain, roi de Perse, détrôné par Mamouth, en 1722. Traduction française, par Monsieur Esprit, gentilhomme Provençal, servant dans les Troupes de Perse. — Imprimé à Constantinople. MDCCXXIX.

1 volume in-12 de 2 ff. n. ch. et 108 p. reliure ancienne, veau porphyre, dos orné, pièces, tranches marbrées bleu. Les pages 105-108 contiennent la clef renversée des noms propres.

Voir 233 l’édition de 1728 du même ouvrage,

Par Godard de Beauchamp.


235. — Les Epaves de Charles Baudelaire ; avec une eau-forte frontispice de Félicien Rops. — A Amsterdam, A l’Enseigne du Coq. MDCCCLXVI.

1 volume in-8 de ii et 163 p. broché sans couv. impr. (Bruxelles, Poulet-Malassis). Le frontispice manque. Tiré à 260 exemplaires dont 10 sur Chine, le reste sur Hollande (Ex. n° 77, Hol.) Don.

Contient les pièces condamnées des Fleurs du Mal, et des Galanteries de Baudelaire.

« Le frontispice, dit la Bibliographie Gay (t. III, p. 187), est une gravure à l’eau-forte de Félicien Rops ; c’est l’ignoble rendu burlesque par le grand et spirituel artiste. Quant au volume lui-même, il a trop de marge et de papier blanc. »

Par jugement du tribunal correctionnel de Lille, du 6 mai 1868 (inséré au Moniteur du 19 septembre suivant), les Épaves ont été condamnées à la destruction comme contenant des outrages à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs (Affaire contre Duquesne).


236. — Chansons érotiques.

1 volume in-8° s. l. n. d. de 90 pages. Reliure de plein maroquin à grain long, quadruple filet, dos plat, titre en long, dent. int. tranches dorées, exemplaire factice. Bien que la pagination commence au chiffre 1, ceci n’est qu’une partie détachée d’un volume des œuvres, un tome IV évidemment, car les signatures des cahiers portent, 4-8. 4-9, etc. Don.

Chansons de Béranger.

Voir pour les différentes éditions des chansons licencieuses de Béranger, les nos 237, 238, 239, 240.


237. — Les Gaietés de Béranger, Quarante-quatre chansons érotiques de ce poète, suivies des chansons politiques et satiriques non recueillies dans ses œuvres prétendues complètes. — Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie. MDCCCLXIV.

3 parties en un volume in-18 de iv-198 pages plus un feuillet n. chif. pour la table, broché sans couv. impr. Tirage à 140 ex. papier vergé (Poulet-Malassis). Avec un frontispice de Rops et 11 gravures libres, sur acier, tirées en bistre, 2 pour deux chansons de la première partie : L’Accouchement et Le Tour de ronde, et 9 pour chacune des 9 chansons de la 3e partie.

Les trois parties sont ainsi composées :

Première partie : Chansons érotiques (44 chansons, dont voici les titres) :

La Romance de Mlle Justine. — Le Grand Marcheur. — Le Lavement. — La petite ouvrière. — Les Consolations. — L’Abbesse d’un Couvent comme il y en a peu. — Mme Barbe-bleue, ou l’Ogresse. — Les Culottes. — Ariane et Bacchus. — L’Hermaphrodite. — La relique de Saint-Nicolas. — L’Oratoire d’une dévote. — La nourrice. — Mistigris. — Le petit Bossu. — Recommençons. — Nicette. — La souris. — Les mœurs. — Les deux sœurs, ou le Cas de conscience. — Turlututu. — L’accouchement. — Le Tour de Ronde. — Le petit ciseau. — Plainte portée à la Cour de Justice, contre un homme sans honneur, par une femme délicate et passionnée. — L’anneau de mariage. — Les J’ai. — Sermon d’un Carme. — Les Picards. — Sans dessus dessous, ou toutes ces Dames. — L’incrédulité des femmes. — La Boiteuse. — La Marraine. — L’Anti-Philosophe. — Pierrot Belle-queue. — Les Cœurs volants. — L’Actrice de l’Opéra. — Les Archers de l’Amour. — Sermon d’un Curé Janséniste. — La grande Rieuse, ou la Fille inviolable. — Un mot de plus, ou le Séducteur indécent. — Le Lit. — Le Libertin au Régime. — Amphigouri.

Deuxième partie : Chansons Politiques et Satiriques (27 chansons).

Troisième Partie : Appendice contenant les neuf chansons suivantes, déjà publiées dans les Œuvres complètes :

Le Sénateur. — Le grenier. — Ma grand’mère. — La Vivandière. — Les Clefs du Paradis. — La Marquise de Prétintailles. — Le pèlerinage de Lisette. — Le vieux célibataire. — La Bacchante.

Voir les n°, 236, 238, 239, 240.


238. — Les Gaietés de Béranger

Double du 237, mais imprimé sur vergé de Hollande avec le frontispice sur Chine volant (Ex. n° 145), sans les gravures. Don.


239. — Œuvres complètes de P.-J. de Béranger. Tome V. Supplément. Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 1834.

1 volume in-8° de 179 pages demi-reliure veau gris, dos orné, pièces oranges, tranches jaspées. (Imprimerie de Petit, rue Saint-Denis, 150.) Chansons érotiques de Béranger. La suite de 7 figures de Tony Johannot, gravées sur acier spécialement pour ce supplément et tirées sur Chine manque.

En 1834, l’éd. Perrotin donna à Paris, une édition complète des œuvres de Déranger en 4 vol. in-18, avec 104 figures, sur chine. À ces quatre volumes, sortant de l’imprimerie Didot, on joignait un cinquième volume, de supplément, qui ne se vendait guère que secrètement et qui contenait toutes les chansons érotiques de notre auteur.

La destruction de ce cinquième volume a été ordonnée pour outrages à la morale publique et religieuse, ainsi qu’aux bonnes mœurs :

1° Par arrêt de la Cour d’assises de la Seine, en date du 24 octobre 1834 (affaire jugée à huis-clos), condamnant J.-B. Constant Chantepie, père, imprimeur à Paris, et Chantepie, fils, également imprimeur, chacun à un mois de prison et 500 francs d’amende, pour distribution et mise en vente dudit supplément (Moniteur du 30 déc. 1834) ;

2° Par arrêt de la même Cour, en date du 9 août 1842 (affaire contre Régnier-Becker. Moniteur du 15 décembre 1843).

Contient toutes les chansons érotiques reproduites dans la première partie des « Gaietés » (voir 237), plus 4 chansons politiques publiées également dans les « Gaietés ».

Voir les nos 236, 237, 238, 240.


240. — Œuvres complètes de P.-J. de Beranger. Tome V…

Double du 239, sur grand papier, broché sans couv. impr. La suite de gravures manque comme au précédent.


241. — [Numéro supprimé.]

Œuvres satiriques de P. Corneille Blessebois. A Leyde, 1676.

Passé à la Réserve. Vitrine 38.


242 à 246. — Le Décaméron de Jean Boccace. Tome Premier [Deuxième, Troisième, Quatrième, Cinquième]. Londres, 1757-1761.

5 volumes in-8° de vii et 320-292-203-280 et 269 pages. Reliure ancienne, veau marbré vert à l’allemande, triples filets, dos orné, pièces, tranches dorées. Exemplaire sur Hollande. L’exemplaire suivant (247 à 251) est à grandes marges.

Les gravures libres, qui manquent dans deux autres exemplaires de la Réserve, ne sont au complet dans aucun des deux exemplaires de l’Enfer.

Note au crayon sur la page de garde du volume I :

« Les estampes galantes des pages 76 et 142 ont été enlevées. »

Le feuillet suivant porte, recto et verso, cette note manuscrite à l’encre, calligraphiée, écriture du xviiie siècle :


Avertissement.

« La Traduction françoise du Décaméron de Bocace, que présente cette Édition, et qui est la plus estimée, a été faite sur le texte Italien par Anthoine Le Maçon, du Dauphiné, Trésorier de l’Extraordinaire des guerres. Il l’entreprit en 1545, à la sollicitation de la Reine Margueritte de Navarre, sœur de François Premier. Et pour le récompenser de son travail, cette Princesse l’attacha à son service en qualité de son Secrétaire particulier.

« Elle est ornée de 116 figures gravées sur les dessins de Gravelot, et placées tant au frontispice qu’en tête de chaque journée et de chaque nouvelle. L’on y a ajouté les doubles figures, au nombre de 21, mises aux endroits du Texte auxquels ont rapport les sujets qu’elles représentent. »

« Le sujet des gravures est indiqué à l’encre de la même écriture que la note précédente, sur la page de papier de soie qui se trouve en regard. Contrairement à ce qu’indique la note, toutes les gravures ne sont pas de Gravelot. Quelques-unes sont signées : Boucher, Eisen, et Cochin. Les gravures libres sont anonymes.

Note au crayon sur la page de garde du tome II :


« Les estampes galantes des pages 76 et 194 ont été enlevées. »


Id. tome III pour celles des pages 124 et 162.

Id. tome IV pour celles des pages 18, 120 et 220.

Id. tome V pour celles des pages 16 et 84.

Au 2e volume, le titre gravé de la Nouvelle Neuvième, page 125, est à l’envers. Dans l’exemplaire suivant, cette faute n’existe pas. Il s’agirait donc de deux tirages différents.

En plus des 116 gravures annoncées dans la note manuscrite du 1er volume, il y a 1 fleuron et 94 culs-de-lampe de Gravelot.

Les gravures libres, d’après la même note, sont au nombre de 21, Les notes manuscrites au crayon, au début de chaque volume, en indiquent 11 d’enlevées. Il en reste 10 dans cet exemplaire.

En voici le détail :

enlevées restant
1er volume 2 1 et 1 frontispice.
2e » 2 4
3e » 2 1
4e » 3 3
5e » 2 0
11 10

Voir le détail des gravures libres restant à l’exemplaire suivant.


247 à 251. — Le Décaméron, de Jean Boccace

Double de l’exemplaire 242 à 246, habillé de maroquin vert olive, triples filets dentelle intérieure. Dos orné pièces rouges. Tirage sur papier à grandes marges. Tranches dorées. Le frontispice galant du tome I est avant toute lettre, du premier tirage par conséquent, ainsi que toutes les estampes, marquées au dos.

13 gravures libres parmi lesquelles les 11 indiquées comme manquant à l’exemplaire précédent.

Il y a également à cet exemplaire des notes au tome I indiquant comme manquante la gravure de la page 226. Au tome II concernant les gravures des pages 14 et 52 et au tome IV concernant celle de la page 68.

On peut donc reconstituer, avec les 2 exemplaires de l’Enfer, la série complète des 21 gravures libres.

Voici le détail de celles qui se trouvent dans cet exemplaire :

Tome I, 2 gravures et 1 frontispice (placé avant le titre).

Tome II 2 gravures.

Tome III, 2 gravures

Tome IV, 4 gravures.

Tome V, 2 gravures.

Soit 13 gravures libres.


252. — Eloge historique de Milord Contenant.

1 volume in-8, s. l. n. d. de 96 pages, avec cinq magnifiques gravures non libres (relié avec le 253). Par Ch. Borde. Voir, à 255, le volume intitulé Parapilla. Outre que l’ordre des pièces n’est pas le même, il y a des pièces qui n’existent pas dans les deux éditions ; c’est pourquoi il sera bon de les consulter toutes les deux.

Dans cet exemplaire-ci l’Éloge… est suivi de :

Lettres de M. B** voyageant en Italie à M. l’abbé de P***. — Hymne aux Tétons. — Le Capucin Colin-Maillard. — La Dévotion Espagnole. — La Justification équivoque. — La Dévotion française. — Autres lettres de M. B** voyageant en Italie à M. de L** T**. — Hymne aux Tétons. — À M. le Comte de ***. Ce premier ouvrage, semble-t-il, aurait dû être relié a la suite du second.

Relié avec le n° suivant, 253.


253. — Parapilla, et autres œuvres libres, galantes et philosophiques, de M. B***. « Ne Ludibria… Hor. » A Florence, chez Alexandre Paperini, imprimeur-libr. MDCCLXXXIII.

1 volume in-8 de xxiv-108 pages plus 2 ff. n. ch. pour la table et 5 planches (non libres). Relié avec le 252. Par Ch. Borde.

Demi-reliure basane verte, dos orné à froid, pièce noire portant : Bordes Œuvres libres. Ex. d’Alfred Bégis saisi à son domicile et déposé à la Bibliothèque en 1866.

Voir les nos, 64 (avec notre notice), 254, 255, 547, 823.


254. — Parapilla, Poème en cinq chants, traduit de l’italien. A Londres, MDCCLXXXII.

1 volume in-12 (Cazin) de 43 pages, avec 5 gravures libres, de toute beauté, non signées. Par Borel, gravées par Elluin). Par Ch. Borde. Reliure ancienne, maroquin rouge, filets, dent. int., dos orné, pièce verte, tranches dorées. Ex. d’Alfred Bégis saisi à son domicile et déposé à la Bibliothèque en 1866.

Voir les nos 64, avec notre notice, 253, 254, 547, 823.


255. — Parapilla, et autres Œuvres libres et galantes de M. B***. Edition considérablement augmentée et faite sur les manuscrits de l’auteur. « Musa vetat mori. « — A Florence, MDCCLXXXIV.

1 volume in-12 de 164 pages avec 1 frontispice (le même, réduit, qu’à 252) (Lyon). Par Ch. Borde.

Suivi de : Poésies Diverses. — Éloge historique de Milord Contenant (voir 252). — Voyage en Italie. — Exemplaire d’Alfred Bégis, saisi à son domicile et déposé à la Bibliothèque en 1866.

Voir les nos 64, avec notre notice sur Parapilla, 253, 254, 547, 823.


256. — Numéro supprimé.

Commento di Ser Agresto

Replacé sur la cote Réserve Ye, 3637.

4 autres exemplaires laissés à l’Enfer aux nos 210, 214, 218, 220, parce qu’ils se trouvent à la suite des « Ragionamenti ».


257. — Aloisiae Sigœae, Toletanae, Satyra Sotadica de arcanis amoris et Veneris. Aloisia hispanice scripsit, latinitate donavit Joannes Meursius. V. C.

3 parties en 1 volume s. l. n. d. in-12 de 5 f. liminaires n. chif., 177, 98, et 155 pp. Texte latin. Reliure ancienne, maroquin rouge, filets, dentelles intérieures, dos orné, tranches dorées.

Voir pour les différentes éditions françaises ou latines les nos 28 (avec notre notice), 67, 108, 118, 143, 257, 258, 259, 260, 261, 262-263, 264, 265-266, 267-268, 269--270, 271, 272-273, 274-275, 276, 277, 278, 279, 280-281, 282-283, 814, 815, 816.


258. — Aloisiae Sigœae, Toletanae Satyra Sotadica de arcanis amoris et Veneris Editio nova Emendatior et auctior, accessit colloquium ante hac non editum Fescennini ex ms. recens reperto. Amstelodami, 1678.

2 parties en 1 volume in-12. de 18 ff. liminaires n. ch., 324 et 161 pp. plus 1 f. n. chf. en vers, reliure ancienne, veau brun, dos orné, tranches jaspées. Texte latin. Édition a Stephano Roger in lucem data.

Voir le détail des éditions diverses latines et françaises au n° 257.


259. — Johannis Meursii, Elegantiae latini sermonis.

2 parties en 1 volume s. l. n. d. ni adresse, in-12, de 152 et 230 pages. Les 3 premiers ff. n. ch., le numérotage commence à la page 7. Reliure ancienne, veau brun, dos orné, tranches jaspées. Texte latin.

Voir 257 pour les différentes éditions et traductions du Meursius.


260. — Joannis Meursii, Elegantiae latini sermonis, seu Aloisia Sigaea, Toletana, de arcanis amoris et veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis Lugduni Batavorum, ex typis Elzeviriannis, cIɔ Iɔɔɔ lvii

Texte latin.

Double du 143. Reliure ancienne maroquin rouge, double filet, dos orné, tranches dorées, avec le frontispice gravé.


261. — Joannis Meursii, Elegantiae latini sermonis, seu Aloisia Sigaea, Toletana, de arcanis amoris et veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis Lugduni Batavorum, ex typis Elzeviriannis, cIɔ Iɔɔɔ lvii

2 volumes. Texte latin.

Double des 143 et 260. Bel exemplaire relié de maroquin ancien vert olive, triple filet, dentelles intérieures, dos orné pièces rouges, tranches dorées, avec le frontispice gravé.


262-263, — Joannis Meursii, Elegantiae latini sermonis, seu Aloisia Sigaea, Toletana, de arcanis amoris et veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis Lugduni Batavorum, ex typis Elzeviriannis, cIɔ Iɔɔɔ lvii.

Texte latin.

Double des 143 et 260 et 261, mais relié en deux volumes, reliure ancienne, veau marbré filets, dos orné, pièces, tranches dorées.


264. — Joannis Meursii

2 tomes en 1 volume, broché. Texte latin.

Manquent les pages de titre et plusieurs autres remplacées par des feuillets blancs.

Double des 143 et 260, 261 et 262-263.


265-266. — Joannis Meursii Elegantiae latini sermonis, seu Aloisia Sigaea, Toletana, de arcanis amoris et veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis. Edilio accuratior, mendis innumeris purgata. Tomvs primus [secundus]. Birminghamiae, ex typis non-nullius, m. dcc. lxx

2 volume in-16 de xxxviij-296, 4 ff. n. ch. et 285 p. brochés, couv. en papier damier rose de l’époque. Le frontispice Judicium veneris est une reproduction retournée et réduite de celui de l’édition Lugd Batavorum ex typis Elzevirianis cIɔ Iɔɔɔ lvii.

Voir 257 pour les diverses éditions du Meursius.


267-268. — Joannis Meursii

Double du 265-266.


269. — Joannis Meursii Elegantiae latini sermonis, seu Aloisia Sigea Toletana, de arcanis amoris et veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis. Lugduni Batavorum, ex typis Elzevirianis, cIɔ Iɔɔɔ lxxiv.

2 parties en 1 volume petit in-8° de xxiv-211 pages et 2 f. n. ch. et 172 pages plus 1 f. n. ch. pour l’index de la 2e partie ; reliure ancienne, maroquin rouge, filets, dent, intérieures, dos orné, pièce, tranches dorées. Avec le frontispice judicium veneris. Le titre est gravé dans un encadrement enguirlandé de roses. Papier de Hollande. Superbe exemplaire. (Edente Meusnier de Querlon). (Paris, Barbou).

Voir 257 pour les diverses éditions du Meursius.


270. — Joannis Meursii

Double du 269, broché, mais l’exemplaire est défectueux. La première partie manque et le brocheur a réuni deux fois la seconde partie.


271. — L’Académie des Dames, ou Les Sept entretiens galants d’Aloisia. A Cologne, J. le Bas, 1691.

1 volume in-12 (traduit du latin par Nicolas [?]) de 234 pages. Reliure ancienne, veau marbré, dos orné, tranches rouges. Les planches ont été enlevées.

Traduction française du Meursius.

Voir 257 pour les diverses éditions du Meursius en latin ou en français.

Condamné sous ce titre (il s’agit naturellement de réimpressions modernes) par arrêt de la Cour royale de Paris le 16 novembre 1832.

2° Par le jugement du Trib. de Marennes, le 20 décembre 1865, condamnant Marie-Jean-Achille Régnault à 100 francs d’amende pour colportage illicite (Journal officiel du 7 mai 1874).


272-273. — Nouvelle traduction du Mursius, connu sous le nom d’Aloïsia ou de L’Académie des Dames, revue, corrigée et augmentée de près de moitié, par la restitution de tout ce qui avait été tronqué dans toutes les édition qui ont paru jusqu’à présent ; et aussi délicatement rendue qu’elle l’avait été mal dans toutes les précédentes : purgée des termes obscènes dont elles fourmilloient, sans cependant avoir énervé en rien la force des pensées. Le tout orné de quantité de jolies figures en taille-douce sur des desseins nouveaux. Divisée en deux parties. Tome premier [second]. — A Cythère, dans l’imprimerie de la volupté, M.DCC.LXXV.

2 volumes in-12 de 4 ff. limin. non chif. pour le titre et l’explication des gravures, xxiij-191 p. et 1 f. de titre, xij-312 pages ; brochés, couv. de papier gris. Onze figures obscènes qui semblent la reproduction retournée et réduite de celles de l’édition suivante, (nos 274-275). Traduction attribuée à l’abbé Terrasson.

Voir pour les diverses éditions du Meursius à 257.


274-275. — Nouvelle Traduction du Mursius, connu sous le nom d’Aloïsia ou de l’Académie des Dames, [etc. comme à l’édition précédente]. Cythère ; imprimerie de la Volupté, MDCCLXXVI.

2 volumes in-8, de viij-191 et 192 p., brochés, couv. de papier gris. C’est la même traduction que l’éd. précédente avec la même lettre de l’abbé de T… à Madame l’abbesse de *** en guise de préface. Cependant ici, les tables sont à la fin de chaque volume, et le premier ne contient pas l’Avis au relieur donnant l’explication des onze planches obscènes. Dans ces planches, il y a des détails qui n’existent pas dans celles de l’éd. précédente (au frontispice, par exemple). Ex. d’Alfred Bégis saisi à son domicile et déposé à la Bibliothèque en 1866.

Voir 257.


276. — Nouvelle Traduction du Mursius

2 tomes en 1 volume.

Double du 274-275, mais relié en un seul vol., veau brun, dos orné pièce, tranche rouge. Ex. d’Alfred Bégis, saisi à son domicile et déposé à la Bibliothèque en 1866.


277. — L’Académie des Dames. A Venise, chez Pierre Aretin.

1 volume in-8 s, d. de 1 f. lim. non chif. pour le titre gravé et de 428 pages (Grenoble, 1680). Reliure moderne, maroquin rouge janséniste, larges dent, intér. tranches dorées, signée L. Fixon, rel.

Superbe exemplaire, lavé et encollé, contenant un titre gravé libre, un frontispice libre et, rejetées à la fin, trente-cinq planches libres en taille-douce qui n’ont point de rapport avec l’ouvrage.

Voir 257.


278. — Le Meursius François, ou l’Académie des Dames, orné de Figures. Tome premier. [Second, troisième]. A Cythère, MDCCCLXXXII.

3 parties en 1 volume in-16 (1882 sic pour 1782), 129, 108 et 96 p. Reliure moderne, maroquin orange, janséniste, larges dent. intér., tranches dorées, signée L. Fixon, rel. Ex. lavé et encollé, avec 1 front, et 13 fig. libres semblable à celles du Meursius de 1782 (2 vol. in-12) mais retournées.

Voir 257.

Toutes ces éditions sous divers titres ne sont que des traductions plus ou moins complètes et fidèles du même ouvrage latin.

Condamnation des réimpressions modernes sous ce titre :

1° Par arrêt de la Cour d’assises de la Seine du 29 déc. 1821 (pas d’insertion au Moniteur), et par arrêt de la même Cour du 10 février 1852.

2° Par jugement du Tribunal correctionnel de la Seine du 6 juin 1822, condamnant Jean-François Leroux, libraire à Paris, à 2 mois de prison et 500 francs d’amende (Moniteur du 7 nov. 1826) ;

3° Par arrêt de la Cour royale de Paris, du 9 août 1822 (pas d’insertion au Moniteur) ;

4° Par jugement du Tribunal correct, de la Seine, du 25 fév. 1825, condamnant Jean-Hemeric Bouvint, fabricant, à un an d’emprisonnement et 3.500 francs d’amende, et André Besson, marchand colporteur, Jean-Pierre Cottenet, imprimeur en taille douce, Jean-Jacques Merlot, peintre, chacun à trois mois de la même peine et 200 francs d’amende, plus l’affichage du jugement à 25 exemplaires aux frais des condamnés (Moniteur, 7 nov. 1826) ;

5° Par arrêt de la Cour d’assises de la Seine, du 9 août 1842, et par jugement du Tribunal correct, de la Seine, en date du 10 février 1852.


279. — Le Meursius François, ou l’Académie des Dames, ornés de figures. Tome premier [deuxième, troisième]. — Londres, 1830.

3 tomes en 1 volume in-6 de 148, 124 et 108 p., cartonné, dos pièce portant : Mélanges. Avec 8 fig. hors texte, gravées sur acier, 3 à chacun des 2 premiers tomes et 2 au dernier.

Voir 257.


280-281. — Le Meursius François, ou Entretiens galans d’Aloysia. Orné de Figures. Tome Premier. [second]. — A Cythère, MDCCLXXXII.

2 volumes in-18 de 277 pages et 210 pages, avec un frontispice et 12 figures libres par Borel, gravées par Eluin, non signées (Paris, caractères de Didot Jeune, Gazin) (V. 257).

Reliure ancienne, veau marbré, filets, dos orné, pièces, tranches dorées,


282-283. — Di Eloisia Sigea, da Toledo Satira Sotadica de’ misteri di venere e d’amore. Nuova traduzione del latino nel volgaro idiomo, corretta e accresciuta di un trattenimento inedito, intitolato : I Fescennini, da M. S. recentemento trovato. Tomo primo [secondo]. — In Fallopoli, del regno di Cunnilingo mentulato, anno II, dalla prima Androginecomachia, l’anno 5779.

2 volumes in-8° de 196 et 338 p., broché, sans couv. imprimée. Frontispice gravé au 1er vol. (1779). Texte italien.

Voir 257.


284-285. — Memoirs of ********** ** ************. Vol. I [II]. — London, Printed for G. Fenton, in the Strand.

2 volumes in-12, 228-252 pages (s. d.), brochés, sans couv. imp. Texte anglais. Mémoires de Fanny Hill, par John Cleland. Cette édition a paru en 1747 ou 1748.

Voir pour les diverses éditions en anglais et les traductions en français ou en allemand, les nos 104, avec notre notice, 110, 127, 286-287, 288-289, 290, 291, 292, 293-294, 748.


286-287. Memoirs of********** ** ************ Vol. I [II]. — London, Printed for G. Fenton in the Strand.

Double du 284-285. Reliure ancienne, basane brune, dos ornés pièces, tranches marbrées.


288-289. — Memoirs of a wornan of pleasure. Vol. I, [II]. — London, Printed for G. Fenton, in the Strand, MDCCXLIX.

2 volumes in-12, 227-255 pages. Reliure ancienne, veau marbré, dos ornés pièces, tranches rouges.

Voir pour les diverses éditions anglaises, et les traductions françaises et allemandes, les nos 104, avec notre notice, français ou en allemand, 110, 127, 284-285, 286-287, 290, 291, 292, 293-294, 748.


290. — La Fille de Joye, Ouvrage quintessencié de l’Anglois. — A Lampsaque, 1751.

1 volume in-8 de 172 pages et 1 f. de titre. Titre rouge et noir, avec une marque formée de lettres entrelacées. Dérelié.

Traduction abrégée des Mémoires de Fanny Hill, de J. Cleland, par Lambert, fils d’un banquier de Paris, d’après la France Littéraire de 1769.

Cette traduction a été aussi attribuée à Fougeret de Montbron.

Voir pour les éditions anglaises, et les traductions, les nos 104, avec notre notice, 110, 127, 284-285, 286-287, 288-289, 291, 292, 293-294, 748.


291. — Nouvelle Traduction de Woman of Pleasur [sic] ou Fille de Joie par M. Cleland, contenant les Mémoires de Mademoiselle Fanny, écrits par elle-même. Avec Figures. Première [Seconde] Partie. — A Londres, chez G. Fenton, dans le Straud. MDCCLXXVI.

2 tomes on 1 volume in-16 (Cazin ?), 119-131 pages, avec 13 gravures libres (5 au 1er tome, 8 au second). Imprimé sur papier bleuté.

Texte français. Reliure ancienne, veau marbré vert, triple filet, dent, intér., dos orné pièce, tranches dorées.

Voir pour les diverses éditions les nos 104, avec notre notice, 110, 127, 284-285, 286-287, 288-289, 290, 292, 293-294, 748.


292. — La Fille de Joie, ou Mémoires de Miss Fanny, écrits par elle-même, — A Paris, chez Madame Gourdan. MDCCLXXXVI.

1 volupie in-8 de 235 pages, avec 34 belles figures libres, numérotées de 1 à 33 (mais il y a une figure 5 bis). Cette édition est la plus belle de toutes les éditions françaises. Le C. d’I*** parle de 35 figures libres. Pourtant cet exemplaire lavé et encollé a l’air bien complet. Reliure moderne, maroquin rouge janséniste, large dent, intér., tranches dorées, signée L. Fixon, rel.

Voir pour les diverses éditions, en anglais ou français, de l’ouvrage de Cleland, les nos 104, avec notre notice, 110, 127, 284-285, 286-287, 288-289, 290-291, 293-294, 748.


293-294. — La Fille de Joie, ou Mémoires de Mademoiselle Fanny, écrits par elle-même. Nouvelle édition, avec Figures. Tome Premier [Second]. — A Londres, 1790.

2 volumes in-16, brochés, couv. rose, 2 f. titre et faux-titre et 143 pp. pour le tome premier. 2 ff. titre et faux-titre et 142 pp. pour le tome second, avec 12 figures libres (6 à chaque volume) contrefaites de celles qui accompagnent la traduction de M.DCC.LXXVI.

Voir les nos 104, (notice), 110, 127, 284-285, 286-287, 288-289, 290-291, 292, 748.