L’Enfer du bibliophile/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Enfer du bibliophile, vue et décrit
Jules Tardieu, éditeur (p. 61-62).

XII

LE FOND DE L’ABÎME


La troupe traversa comme une nuée les quais et le pont des Arts, et s’abattit sur ma maison.

Alors commença un saccage, une dévastation à faire frissonner l’âme de tout collectionneur. Une partie des libraires, dirigée par le démon, pénétra dans mon cabinet, ouvrit violemment mes armoires et jeta par brassée mes livres au reste de la bande, demeuré dans la cour. Les livres tombaient comme pluie et s’écornaient sur les pavés, où les bandits, affolés comme une troupe d’écoliers, les ramassaient, les jetaient dans des paniers, et les empilaient en dansant dessus comme font les vendangeurs dans la cuve.

— Encore ! encore ! criait le démon ; et celui-ci, et celui-là, tous, tous, jusqu’au dernier !

— Et moi aussi ! m’écriai-je en m’élançant vers la fenêtre, mais le démon me retint.

Quand le dernier volume tomba sur le pavé de la cour, je m’évanouis. Par un reste de pitié, les bourreaux me déshabillèrent et me placèrent dans mon lit.