L’Enfer du bibliophile/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Enfer du bibliophile, vue et décrit
Jules Tardieu, éditeur (p. 43-46).

IX

DEUXIÈME CERCLE


Nous traversons le Pont-Neuf. Nous voici rue de la Monnaie. À la première maison de gauche, le démon m’entraîne et me pousse sur l’escalier. Deux étages, et nous entrons dans un salon. Ce salon, je le reconnais, c’est celui de L***, le célèbre relieur, mon ouvrier ordinaire.

À la vue de cette étrange cargaison, les yeux de L*** s’écarquillèrent. Le démon placé derrière moi me souffla ces paroles, que je répétai sans en avoir conscience, comme s’il eût positivement parlé par ma bouche :

— Voici une collection dont il faut me faire un train spécial, ce sont des livres… de très-bons livres… auxquels je tiens beaucoup… des raretés exquises que j’ai toujours recherchées… reliures pleines… doublées de tabis… des dorures, des compartiments, des fleurons, des dentelles… Faites travailler vos ouvriers nuit et jour… je paierai double s’il le faut… et sur livraison.

L***, un peu rassuré par ce dernier mot, voulut entrer dans quelques détails.

— Partons ! me dit le démon en m’entraînant. Voilà qui est convenu. ― N’allons pas manquer la vente.

— Quelle vente ? hasardai-je de lui demander quand nous fûmes dans la rue.

— Eh quoi ! l’avez-vous oublié ? n’est-ce pas aujourd’hui le 10 avril, la septième vacation de la vente de M. X***, à la salle Silvestre ?

— Ô Dieu ! m’écriai-je, c’est pour cette vacation précisément que j’avais fait tant de croix sur mon catalogue ! Et mon catalogue… je ne l’ai pas.

— Où l’as-tu laissé ?

— Sur mon bureau.

Le démon rejeta en arrière son bras, qui s’allongea à perte de vue, et au bout d’une minute me rapporta mon catalogue ouvert à l’endroit marqué.

Nous n’avions pas cessé de marcher. En approchant de la salle Silvestre, je remarquai plusieurs ombres qui s’envolaient au pas de course, les bras légèrement arrondis.

— Pourvu, dis-je, que le numéro 786 n’ait pas déjà été vendu !

— Pressons le pas, me dit le démon.