L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée
Œuvres complètes de VoltaireGarniertome 21 (p. 523).
HISTOIRE DE JENNI
OU
L’ATHÉE ET LE SAGE
PAR M. SHERLOC
TRADUIT PAR M. DE LA CAILLE[1]


(1775)


 523
 
Aventure d’un jeune Anglais nommé Jenni, écrite de la main de doña Las Nalgas 
 524
II. 
Suite des aventures du jeune Anglais Jenni, et de celles de monsieur son père, docteur en théologie, membre du parlement et de la Société royale 
 526
III. 
Précis de la controverse des Mais, entre M. Freind et don Inigo y Medroso y Comodios y Papalamiendo, bachelier de Salamanque 
 529
IV. 
Retour à Londres ; Jenni commence à se corrompre 
 535
V. 
On veut marier Jenni 
 539
VI. 
Aventure épouvantable 
 542
VII. 
Ce qui arriva en Amérique 
 545
VIII. 
Dialogue de Freind et de Birton sur l’athéisme 
 552
IX. 
Sur l’athéisme 
 558
X. 
Sur l’athéisme 
 568
XI. 
De l’athéisme 
 572
XII. 
Retour en Angleterre. Mariage de Jenni 
 575



  1. « Nous n’avons cru devoir faire aucune remarque sur cet ouvrage, par des raisons que devineront sans peine ceux qui connaissent le but que l’auteur avait en l’écrivant. » Ainsi s’exprime Condorcet dans l’édition de Kehl. L’Histoire de Jenni est dirigée contre les doctrines des encyclopédistes, doctrines propres à Condorcet lui-même.