L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée/Chapitre I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

II.  ►


CHAPITRE I.


Vous me demandez, monsieur, quelques détails sur notre ami le respectable Freind, et sur son étrange fils. Le loisir dont je jouis enfin après la retraite de milord Peterborough me permet de vous satisfaire. Vous serez aussi étonné que je l’ai été, et vous partagerez tous mes sentiments.

Vous n’avez guère vu ce jeune et malheureux Jenni, ce fils unique de Freind, que son père mena avec lui en Espagne lorsqu’il était chapelain de notre armée, en 1705. Vous partîtes pour Alep avant que milord assiégeât Barcelone ; mais vous avez raison de me dire que Jenni était de la figure la plus aimable et la plus engageante, et qu’il annonçait du courage et de l’esprit. Rien n’est plus vrai ; on ne pouvait le voir sans l’aimer. Son père l’avait d’abord destiné à l’Église ; mais le jeune homme ayant marqué de la répugnance pour cet état, qui demande tant d’art, de ménagement, et de finesse, ce père sage aurait cru faire un crime et une sottise de forcer la nature.

Jenni n’avait pas encore vingt ans. Il voulut absolument servir en volontaire à l’attaque du Mont-Joui, que nous emportâmes, et où le prince de Hesse fut tué. Notre pauvre Jenni, blessé, fut prisonnier et mené dans la ville. Voici un récit très-fidèle de ce qui lui arriva depuis l’attaque de Mont-Joui jusqu’à la prise de Barcelone. Cette relation est d’une Catalane un peu trop libre et trop naïve ; de tels écrits ne vont point jusqu’au cœur du sage. Je pris cette relation chez elle lorsque j’entrai dans Barcelone à la suite de milord Peterborough. Vous la lirez sans scandale comme un portrait fidèle des mœurs du pays.


AVENTURE D’UN JEUNE ANGLAIS NOMMÉ JENNI,
ÉCRITE DE LA MAIN DE DONA LAS NALGAS.


Lorsqu’on nous dit que les mêmes sauvages qui étaient venus, par l’air, d’une île inconnue nous prendre Gibraltar, venaient assiéger notre belle ville de Barcelone, nous commençâmes par faire des neuvaines à la sainte Vierge de Manrèze[1] : ce qui est assurément la meilleure manière de se défendre.

Ce peuple, qui venait nous attaquer de si loin, s’appelle d’un nom qu’il est difficile de prononcer, car c’est English. Notre révérend père inquisiteur don Jeronimo Bueno Caracucarador prêcha contre ces brigands. Il lança contre eux une excommunication majeure dans Notre-Dame d’Elpino[2]. Il nous assura que les English avaient des queues de singes, des pattes d’ours, et des têtes de perroquets ; qu’à la vérité ils parlaient quelquefois comme les hommes, mais qu’ils sifflaient presque toujours ; que de plus ils étaient notoirement hérétiques ; que la sainte Vierge, qui est très-favorable aux autres pécheurs et pécheresses, ne pardonnait jamais aux hérétiques, et que par conséquent ils seraient tous infailliblement exterminés, surtout s’ils se présentaient devant le Mont-Joui. À peine avait-il fini son sermon que nous apprîmes que le Mont-Joui était pris d’assaut.

Le soir, on nous conta qu’à cet assaut nous avions blessé un jeune English, et qu’il était entre nos mains. On cria dans toute la ville : vittoria, vittoria, et on fit des illuminations.

La dona Boca Vermeja, qui avait l’honneur d’être maîtresse du révérend père inquisiteur, eut une extrême envie de voir comment un animal english et hérétique était fait. C’était mon intime amie : j’étais aussi curieuse qu’elle. Mais il fallut attendre qu’il fût guéri de sa blessure ; ce qui ne tarda pas.

Nous sûmes bientôt après qu’il devait prendre les bains chez mon cousin germain Elvob, le baigneur, qui est, comme on sait, le meilleur chirurgien de la ville. L’impatience de voir ce monstre redoubla dans mon amie Boca Vermeja. Nous n’eûmes point de cesse, point de repos, nous n’en donnâmes point à mon cousin le baigneur, jusqu’à ce qu’il nous eût cachées dans une petite garde-robe, derrière une jalousie par laquelle on voyait la baignoire. Nous y entrâmes sur la pointe du pied, sans faire aucun bruit, sans parler, sans oser respirer, précisément dans le temps que l’English sortait de l’eau. Son visage n’était pas tourné vers nous ; il ôta un petit bonnet sous lequel étaient renoués ses cheveux blonds, qui descendirent en grosses boucles sur la plus belle chute de reins que j’aie vue de ma vie ; ses bras, ses cuisses, ses jambes, me parurent d’un charnu, d’un fini, d’une élégance qui approche, à mon gré, l’Apollon du Belvédère de Rome, dont la copie est chez mon oncle le sculpteur.

Dona Boca Vermeja était extasiée de surprise et d’enchantement. J’étais saisie comme elle ; je ne pus m’empêcher de dire : Oh che hermoso muchacho[3] ! Ces paroles, qui m’échappèrent, firent tourner le jeune homme. Ce fut bien pis alors ; nous vîmes le visage d’Adonis sur le corps d’un jeune Hercule[4]. Il s’en fallut peu que dona Boca Vermeja ne tombât à la renverse, et moi aussi. Ses yeux s’allumèrent et se couvrirent d’une légère rosée, à travers laquelle on entrevoyait des traits de flamme. Je ne sais ce qui arriva aux miens.

Quand elle fut revenue à elle : « Saint Jacques, me dit-elle, et sainte Vierge ! est-ce ainsi que sont faits les hérétiques ? Eh ! qu’on nous a trompées ! »

Nous sortîmes le plus tard que nous pûmes. Boca Vermeja fut bientôt éprise du plus violent amour pour le monstre hérétique. Elle est plus belle que moi, je l’avoue ; et j’avoue aussi que je me sentis doublement jalouse. Je lui représentai qu’elle se damnait en trahissant le révérend père inquisiteur don Jeronimo Bueno Caracucarador pour un English. « Ah ! ma chère Las Nalgas, me dit-elle (car Las Nalgas est mon nom), je trahirais Melchisedech pour ce beau jeune homme. » Elle n’y manqua pas, et, puisqu’il faut tout dire, je donnai secrètement plus de la dîme des offrandes.

Un des familiers de l’Inquisition, qui entendait quatre messes par jour pour obtenir de Notre-Dame de Manrèze la destruction des English, fut instruit de nos actes de dévotion. Le révérend P. don Caracucarador nous donna le fouet à toutes deux. Il fit saisir notre cher English par vingt-quatre alguazils de la sainte Hermandad. Jenni en tua cinq, et fut pris par les dix-neuf qui restaient. On le fit reposer dans un caveau bien frais. Il fut destiné à être brûlé le dimanche suivant en cérémonie, orné d’un grand san-benito et d’un bonnet en pain de sucre, en l’honneur de notre Sauveur et de la vierge Marie sa mère. Don Caracucarador prépara un beau sermon ; mais il ne put le prononcer, car le dimanche même la ville fut prise à quatre heures du matin.

Ici finit le récit de dona Las Nalgas. C’était une femme qui ne manquait pas d’un certain esprit que les Espagnols appellent agudezza.

  1. Manrèze est une ville à onze lieues de Barcelone.
  2. Titre de la cathédrale de Barcelone.
  3. « Oh ! quel beau garçon ! »
  4. Voyez la note 2 de la page 372.