100 percent.svg

L’Illusion/Hôpital

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Œuvres de Jean LahorAlphonse Lemerre, éditeurL’Illusion (p. 264).




HOPITAL


 
Des enfants qui souffraient parce qu’ils étaient nés ;
Des femmes qui mouraient pour les avoir fait naître ;
Des hommes qui hurlaient ainsi que des damnés,
Et demandaient la mort, et ne voulaient plus être ;

Un enfant qui râlait et se tordait hagard,
De l’écume à la bouche, avec des cris de bête ;
Des vieillards dont les yeux n’avaient plus de regard,
Et dont tremblaient les mains, les jambes et la tête.

— Quand je sortis de là, j’allai je ne sais où ;
Je marchai, le cerveau malade, à l’aventure ;
Je regardai sans voir, comme ferait un fou,
Le ciel, les arbres verts, bercés dans le murmure

D’un matin de printemps, et restai tout le jour
Le front baissé, cherchant à comprendre où nous sommes,
Haïssant le soleil et maudissant l’amour,
Oubliant tout, hormis la misère des hommes.