L’Oiseau moqueur

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’OISEAU MOQUEUR

Cet oiseau est le plus remarquable chanteur du monde des bois en Amérique. Il est aussi bon musicien que le rossignol de notre Europe, mais il possède en outre le don curieux de contrefaire le chant des autres oiseaux ; on dirait qu’il les imite en raillant leur allure, d’où lui est venu son nom. Le moqueur chante avec goût, avec art ; il a l’habitude de préluder, en s’élevant les ailes étendues, puis il retombe la tête en bas, au point d’où il est parti ; il recommence alternativement ce mouvement, tout en lançant ses notes pures, et c’est ce qui a permis à quelques observateurs de dire qu’il mêlait la danse à ses chants. Quelquefois, lorsqu’il fait entendre des roulements légers, il s’élance dans l’espace et tourbillonne avec grâce, en décrivant une multitude de cercles qui se croisent. Tantôt il accompagne ses cadences brillantes d’un fort battement d’ailes ; tantôt, au contraire, il fait entendre ses arpèges en se livrant à des bonds multipliés.

Le plumage de ce rossignol d’Amérique ne répond nullement à son chant ; les couleurs en sont ternes, sans éclat et sans variété. Le dessous du corps est blanc, les ailes et la queue sont d’un brun foncé. Le moqueur a sur la tête une sorte de couronne blanche, qui se prolonge au-dessus de ses yeux, comme pour former des sourcils, qui donnent à sa physionomie un aspect bizarre.

La Nature - 1873 - L’Oiseau moqueur - p073.png
L’oiseau moqueur.

L’oiseau moqueur se rencontre abondamment à la Caroline, à la Jamaïque et à la Nouvelle-Espagne. Les cerises et les baies de cornouiller sont ses aliments favoris. Il dévore quelquefois des insectes. Ce curieux habitant des bois aime la liberté : la captivité le tue ; il est très-rare qu’on ait pu l’élever en cage.