La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/En revenant du bal

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


En revenant du bal


Allons, petiot’, faut s’en aller !
Les violons ont pardu parole,
Et su’ la plac’ de l’assemblée
V’là la nuit grand’ qui dégringole.

I’ faut profiter d’la nuit grande !
Dounn’ moué ton bras et partons vite
Pour êt’ pus longtemps dans la lande
Avant d’ gangner chacun nout’ gîte.

Prenons les sent’s oùsqu’y a pas d’place
À pouvouèr teni’ côte-à-côte ;
De c’tt’ affér’-là, pour que l’on passe,
I’ faurra s’sarrer l’un cont’ l’autre.


Viens par ici ; des bouffées d’brise
Pass’nt dans les broussaill’s déjà hautes,
Et ça sent bon dans la land’ grise…
Ah ! coumme t’es belle à c’souèr, petiote !

Ah ! coumm’ t’es belle ! Et qu’tes yeux brillent !
Ta main ! Coumme alle est p’tiote et blanche !
On dirait eun’ main d’petit’fille
Que j’sens qui s’agrippe à ma manche !

Tes ch’veux, c’est eun’ soué souple et fine,
Eun’ vrai’ caress’ quand qu’on les touche,
Et ta bouche est fraîch’ coumm’ deux guignes,
Que j’présume ét’ si douc’s, si douces !
 
Mais j’cause-t-y point pour ne ren dire,
Pasqu’après tout c’tte bouchett’ rouse
Et ces deux yeux jolis qu’ m’attirent,
C’est fait pour d’aut’s qu’un pas gran’ chouse ?

J’sais ben qu’tu tomb’ras en d’aut’s pattes,
— Ça, c’est fatal, — un jour ou l’aut’e,
Ma pauv’ mignonn’, ma bell’ tit’ chatte
Mais ton pèr’ veut : c’est pas d’ta faute.


Aussi, à c’tt’heure oùsqu’on s’promène
Ren qu’tous les deux, j’me d’mande à cause
Que j’m’ai’ mis à causer d’ma peine
Quand ton amour réclame aut’ chose !

Viens par ici ! Gn’a eun’ cachette,
Un p’tit nid que les grands g’nêts dorent.
Faut pus songer qu’gna des loués bêtes
Et des parents pus bêt’s encore !