La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Les Petits Chats

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les Petits Chats


       Hier, la chatt’ gris’ dans un p’quit coin
       D’nout’ guernier, su’ eun’ botte de foin,
       Alle avait am’né troués p’quits chats ;
       Coumm’ j’pouvais pas nourri’ tout ça,
       J’les ai pris d’eun’ pougné’ tertous
En leu-z-y attachant eun’ grouss’ piarre au cou.

       Pis j’m’ai mis en rout’ pour l’étang ;
       Eun’ foués là, j’les ai foutus d’dans ;
       Ça a fait : ppllouff !… L’ieau a grouillé,
       Et pis pus ren !… Ils ’tin néyés…
       Et j’sé r’parti, chantant coumm’ ça :
« C’est la pauv’ chatt’ gris’ qu’a pardu ses chats. »

       En m’en allant, j’ai rencontré
       Eun’ fill’ qu’était en train d’pleurer,

       Tout’ peineuse et toute en haillons,
       Et qui portait deux baluchons.
       L’un en main : c’était queuqu’s habits ;
L’autr’, c’était son vent’e oùsqu’était son p’quit !

       Et j’y ai dit : « Fill’, c’est pas tout ça ;
       Quand t’auras ton drôl’ su’ les bras,
       Coumment don’ qu’tu f’ras pour l’él’ver,
       Toué qu’as seul’ment pas d’quoué bouffer ?
       Et, quand mêm’ que tu l’élèv’rais,
En t’saignant des quat’vein’s… et pis après ?

       Enfant d’peineuse, i’ s’rait peineux ;
       Et quoiqu’i fasse i’ s’rait des ceux
       Qui sont contribuab’s et soldats…
       Et, — par la tête ou par les bras
       Ou par… n’importe ben par où ! —
I’ s’rait eun outil des ceux qu’a des sous.

       Et p’t-êt qu’un jour, lassé d’subi’
       La vie et ses tristes fourbis,
       I’ s’en irait se j’ter à l’ieau
       Ou s’foutrait eun’ balle dans la pieau,

       Ou dans un bois i’ s’accroch’trait
Ou dans un « cintième » i’ s’asphysquerait.

       Pisqu’tu peux l’empêcher d’souffri,
       Ton pequiot qu’est tout prêt à v’ni,
       Fill’, pourqoué don’ qu’tu n’le f’rais pas ?
       Tu voués : l’étang est à deux pas.
       Eh ! bien, sitout qu’ton p’quiot vienra,
Pauv’ fill’, envoueill’-le r’trouver mes p’tits chats !… »