La Chanson de Roland/Joseph Bédier/La Chanson de Roland/Bilingue/101-150

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

◄  laisses 51 à 100. Parallèle.
Laisses 101 à 150
laisses 151 à 200.  ►


CI

E Otes fiet un paien, Estorgans,
Sur sun escut en la pene devant,
Que tut li trenchet le vermeill e le blanc ;
1300De sun osberc li ad rumput les pans,
El cors li met sun bon espiet trechant,
Que mort l’abat de sun cheval curant.
Après li dist : « Ja n’i avrez guarant ! »

CI

Et Oton frappe un païen, Estorgans, sur son écu, dans la panne, par devant, en telle guise qu’il déchire les quartiers de vermeil et de blanc ; il a rompu les pans de son haubert, il lui met au corps son épieu qui bien tranche et l’abat mort de son cheval rapide. Puis il lui dit : « Cherchez qui vous sauve ! »

CII

E Berenger, il fiert Astramariz.
1305L’escut li freinst, l’osberc li descumfist,
Sun fort escut par mi le cors li mist,
Que mort l’abat entre mil Sarrazins.
Des .XII. pers li .X. en sunt ocis ;
Ne mès que dous n’en i ad remés vifs :
1310 Ço est Chernubles e li quens Margariz.

CII

Et Bérengier frappe Astramariz. Il lui brise l’écu, lui défait le haubert, à travers le corps lui plonge son fort épieu ; entre mille Sarrasins il l’abat mort. Des douze pairs en voilà dix de tués ; il n’en reste que deux vivants : c’est Chernuble et c’est le comte Margariz.

CIII

Margariz est mult vaillant chevalers,
E bels e forz e isnels e legers.
Le cheval brochet, vait ferir Oliver.
L’escut li freint suz la bucle d’or mer,
1315Lez le costet li conduist sun espiet.
Deus le guarit, qu’el cors ne l’ad tuchet.
La hanste fruisset, mie n’en abatiet.
Ultre s’en vait, qu’il n’i ad desturber ;
Sunet sun gresle pur les soens ralier.

CIII

Margariz est chevalier très vaillant, et beau, et fort, et agile, et léger. Il éperonne, va frapper Olivier. Il lui brise son écu sous la boucle d’or pur. Au long des côtes il a conduit son épieu. Dieu garde Olivier : son corps n’a pas été touché. La hampe se brise, il n’est pas renversé. Margariz passe outre, sans encombre ; il sonne sa trompe pour rallier les siens.

CIV

1320La bataille est merveilleuse e cumune.
Li quens Rollant mie ne s’asoüret,
Fiert de l’espiet tant cume hanste li duret ;
A .XV. cols l’ad fraite e perdue ;
Trait Durendal, sa bone espee, nue,
1325Sun cheval brochet, si vait ferir Chernuble.
L’elme li freint u li carbuncle luisent.
Trenchet le cors e la cheveleüre,
Si li trenchat les oilz e la faiture,

Le blanc osberc, dunt la maile est menue,
1330E tut le cors tresqu’en la furcheüre.
Enz en la sele, ki est a or batue,
El cheval est l’espee aresteüe ;
Trenchet l’eschine, hunc n’i out quis jointure,
Tut abat mort el pred sur l’erbe drue.
1335Après li dist : « Culvert, mar i moüstes !
De Mahumet ja n’i avrez aiude.
Par tel glutun n’ert bataille oi vencue. »

CIV

La bataille est merveilleuse ; elle tourne à la mêlée. Le comte Roland ne se ménage pas. Il frappe de son épieu tant que dure la hampe ; après quinze coups il l’a brisée et détruite. Il tire Durendal, sa bonne épée, toute nue. Il éperonne, et va frapper Chernuble. Il lui brise le heaume où luisent des escarboucles, tranche la coiffe [?] avec le cuir du crâne, tranche la face entre les yeux, le haubert blanc aux mailles menues et tout le corps jusqu’à l’enfourchure. À travers la selle, qui est incrustée d’or, l’épée atteint le cheval. Il lui tranche l’échine sans chercher le joint, il abat le tout mort dans le pré, sur l’herbe drue. Puis il dit : « Fils de serf, vous vous mîtes en route à la malheure ! Mahomet ne vous donnera pas son aide. Un truand tel que vous ne gagnera point la bataille ! »

CV

Li quens Rollant par mi le champ chevalchet,
Tient Durendal, ki ben trenchet e taillet,
1340Des Sarrazins lur fait mult grant damage.
Ki lui veïst l’un geter mort su l’altre,
Li sanc tuz clers gesir par cele place !
Sanglant en ad e l’osberc e la brace,
Sun bon cheval le col e les espalles,
1345E Oliver de ferir ne se target,
Li .XII. per n’en deivent aveir blasme,
Et li Franceis i fierent e si caplent.
Moerent paien e alquanz en i pasment.
Dist l’arcevesque : « Ben ait nostre barnage ! »
1350Munjoie escriet, ço est l’enseigne Carle. AOI.

CV

Le comte Roland chevauche par le champ. Il tient Durendal, qui bien tranche et bien taille. Des Sarrasins il fait grand carnage. Si vous eussiez vu comme il jette le mort sur le mort, et le sang clair s’étaler par flaques ! Il en a son haubert ensanglanté, et ses deux bras et son bon cheval, de l’encolure jusqu’aux épaules. Et Olivier n’est pas en reste, ni les douze pairs, ni les Français, qui frappent et redoublent. Les païens meurent, d’autres défaillent. L’archevêque dit : « Béni soit notre baronnage ! Montjoie ! » crie-t-il, c’est le cri d’armes de Charles.

CVI

E Oliver chevalchet par l’estor,
Sa hanste est fraite, n’en ad que un trunçun,
E vait ferir un paien, Malun.
L’escut li freint, ki est ad or e a flur,
1355Fors de la teste li met les oilz ansdous,

E la cervele li chet as piez desuz,
Mort le tresturnet od tut .VII. C. des lur ;
Pois ad ocis Turgis e Esturguz :
La hanste briset e esclicet josqu’az poinz.
1360Ço dist Rollant : « Cumpainz, que faites vos ?
En tel bataille n’ai cure de bastun :
Fers e acers i deit aveir valor.
U est vostre espee, ki Halteclere ad num ?
D’or est li helz e de cristal li punz.
1365— Ne la poi traire, » Oliver li respunt,
« Kar de ferir oi jo si grant bosoign ! » AOI.

CVI

Et Olivier chevauche à travers la mêlée. Sa hampe s’est brisée, il n’en a plus qu’un tronçon. Il va frapper un païen, Malon. Il lui brise son écu, couvert d’or et de fleurons, hors de la tête fait sauter ses deux yeux, et la cervelle coule jusqu’à ses pieds. Parmi les autres qui gisent sans nombre, il l’abat mort. Puis il a tué Turgis et Esturgoz. Mais le tronçon éclate et se fend jusqu’à ses poings. Roland lui dit : « Compagnon, que faites-vous ? En une telle bataille je n’ai cure d’un bâton. Il n’y a que le fer qui vaille, et l’acier. Où donc est votre épée, qui a nom Hauteclaire ? La garde en est d’or, le pommeau de cristal. — Je n’ai pu la tirer, » lui répond Olivier, « j’avais tant de besogne ! »

CVII

Danz Oliver trait ad sa bone espee
Que ses cumpainz Rollant li ad tant demandee,
E il li ad cum chevaler mustree.
1370Fiert un paien, Justin de Val Ferree.
Tute la teste li ad par mi sevree,
Trenchet le cors e la bronie safree,
La bone sele, ki a or est gemmee,
E al ceval a l’eschine trenchee :
1375Tut abat mort devant loi en la pree.
Ço dist Rollant : « Vos receif jo frere.
Por itels colps nos eimet li emperere. »
De tutes parz est Munjoe escriee. AOI.

CVII

Mon seigneur Olivier a tiré sa bonne épée, celle qu’a tant réclamée son compagnon Roland, et il lui montre, en vrai chevalier, comme il s’en sert. Il frappe un païen, Justin de Val Ferrée. Il lui fend par le milieu toute la tête et tranche le corps et la brogne safrée, et la bonne selle dont les gemmes sont serties d’or, et à son cheval il a fendu l’échine. Il abat le tout devant lui sur le pré. Roland dit : « […] Si l’empereur nous aime, c’est pour de tels coups ! » De toutes parts « Montjoie ! » retentit.

CVIII

Li quens Gerins set el ceval Sorel
1380E sis cumpainz Gerers en Passecerf.
Laschent lor reisnes, brochent amdui a ait,

E vunt ferir un paien, Timozel,
L’un en l’escut e li altre en l’osberc.
Lur dous espiez enz el cors li unt frait,
1385Mort le tresturnent trés en mi un guaret.
Ne l’oï dire ne jo mie nel sai
Liquels d’els dous en fut li plus isnels.
1388-9Esprieris, icil fut filz […] Burdel […]
1390E l’arcevesque lor ocist Siglorel,
L’encanteür ki ja fut en enfer :
Par artimal l’i cundoist Jupiter.
Ço dist Turpin : « Icist nos ert forsfait. »
Respunt Rollant : « Vencut est le culvert.
1395Oliver, frere, itels colps me sunt bel. »

CVIII

Le comte Gerin monte le cheval Sorel, et son compagnon Gerier, Passecerf. Ils lâchent les rênes, donnent tous deux de l’éperon et vont frapper un païen, Timozel, l’un sur l’écu, l’autre sur le haubert. Les deux épieux se brisent dans le corps. Ils le jettent mort à la renverse dans un guéret. Lequel des deux fut le plus vite ? Je ne l’ai pas ouï dire et je ne sais […] Et l’archevêque leur a tué Siglorel, l’enchanteur, celui qui déjà était descendu en enfer : par sortilège, Jupiter l’y avait conduit. Turpin dit : « Celui-là nous était une proie marquée ! » Roland répond : « Il est vaincu, le fils de serf. Olivier, frère, voilà les coups que j’aime ! »

CIX

La bataille est aduree endementres.
Franc e paien merveilus colps i rendent.
Fierent li un, li altre se defendent.
Tant’ hanste i ad e fraite e sanglente,
1400Tant gunfanun rumpu e tant’enseigne !
Tant bon Franceis i perdent lor juvente !
Ne reverront lor meres ne lor femmes,
Ne cels de France ki as porz les atendent. AOI.
Karles li magnes en pluret, si se dementet.
1405De ço qui calt ? N’en avrunt sucurance.
Malvais servise le jur li rendit Guenes,
Qu’en Sarraguce sa maisnee alat vendre ;
Puis en perdit e sa vie e ses membres ;
El plait ad Ais en fut juget a pendre,
1410De ses parenz ensembl’ od lui tels trente
Ki de murir nen ourent esperance. AOI.

CIX

La bataille s’est faite plus acharnée. Francs et païens frappent des coups merveilleux. L’un attaque, l’autre se défend. Tant de hampes brisées et sanglantes ! Tant de gonfanons arrachés et tant d’enseignes ! Tant de bons Français qui perdent leur jeune vie ! Ils ne reverront plus leurs mères ni leurs femmes, ni ceux de France qui aux ports les attendent. Charles le Grand en pleure et se lamente ; mais de quoi sert sa plainte ? Ils n’auront pas son secours. Ganelon l’a servi malement, au jour où il s’en fut à Saragosse vendre ses fidèles ; pour l’avoir fait, il perdit la vie et les membres par jugement à Aix, où il fut condamné à être pendu ; avec lui trente de ses parents, qui n’attendaient pas cette mort.

CX

La bataille est merveilluse e pesant.
Mult ben i fiert Oliver e Rollant,
Li arcevesques plus de mil colps i rent,
1415Li .XII. per ne s’en targent nient,
E li Franceis i fierent cumunement.
Moerent paien a millers e a cent :
Ki ne s’en fuit de mort n’i ad guarent ;
Voillet o nun, tut i laisset sun tens.
1420Franceis i perdent lor meillors garnemenz.
Ne reverrunt lor peres ne lor parenz,
Ne Carlemagne ki as porz les atent.
En France en ad mult merveillus turment :
Orez i ad de tuneire e de vent,
1425Pluies e gresilz desmesureement ;
Chiedent i fuildres e menut e suvent,
E terremoete ço i ad veirement.
De seint Michel del Peril josqu’as Seinz,
Dès Besençun tresqu’al port de Guitsand,
1430N’en ad recet dunt del mur ne cravent.
Cuntre midi tenebres i ad granz.
N’i ad clartet, se li ciels nen i fent.
Hume nel veit ki mult ne s’espaent.
Dient plusor : « Ço est li definement,
1435La fin del secle ki nus est en present. »
Il nel sevent, ne dient veir nient :
Ço est li granz dulors por la mort de Rollant.

CX

La bataille est merveilleuse et pesante. Roland y frappe bien, et Olivier ; et l’archevêque y rend plus de mille coups, et les douze pairs ne sont pas en reste, ni les Français, qui frappent tous ensemble. Par centaines et par milliers, les païens meurent. Qui ne s’enfuit ne trouve nul refuge ; bon gré, mal gré, il y laisse sa vie. Les Français y perdent leurs meilleurs soutiens. Ils ne reverront plus leurs pères ni leurs parents, ni Charlemagne qui les attend aux ports. En France s’élève une tourmente étrange, un orage chargé de tonnerre et de vent, de pluie et de grêle, démesurément. La foudre tombe à coups serrés et pressés, la terre tremble. De Saint-Michel-du-Péril jusqu’aux Saints, de Besançon jusqu’au port de Wissant, il n’y a maison dont un mur ne crève. En plein midi, il y a de grandes ténèbres ; aucune clarté, sauf quand le ciel se fend. Nul ne le voit qui ne s’épouvante. Plusieurs disent : « C’est la consommation des temps, la fin du monde que voilà venue. » Il ne savent pas, il ne disent pas vrai : c’est la grande douleur pour la mort de Roland.

CXI

Franceis i unt ferut de coer e de vigur ;
Paien sunt morz a millers e a fuls :

1440De cent millers n’en poent guarir dous.
Dist l’arcevesques : « Nostre hume sunt mult proz ;
Suz ciel n’ad home plus en ait de meillors.
Il est escrit en la Geste Francor
Que vassals est li nostre empereür. »
1445Vunt par le camp, si requerent les lor,
Plurent des oilz de doel e de tendrur
Por lor parenz par coer e par amor.
Li reis Marsilie od sa grant ost lor surt. AOI.

CXI

Les Français ont frappé de plein cœur, fortement. Les païens sont morts en foule, par milliers. Sur les cent mille, il ne s’en est pas sauvé deux. L’archevêque dit : « Nos hommes sont très preux ; sous le ciel aucun roi n’en a de meilleurs. Il est écrit aux Annales des Francs que […] » Ils vont par le champ et cherchent les leurs ; ils pleurent de deuil et de pitié sur leurs parents, du fond du cœur, en leur amour. Vient contre eux, avec sa grande armée, le roi Marsile.

CXII

Marsilie vient par mi une valee
1450Od sa grant ost que il out asemblee.
.XX. escheles ad li reis anumbrees.
Luisent cil elme as perres d’or gemmees,
E cil escuz e cez bronies sasfrees.
.VII. milie graisles i sunent la menee,
1455Grant est la noise par tute la contree.
Ço dist Rollant : « Oliver, compaign, frere,
Guenes li fels ad nostre mort juree.
La traïsun ne poet estre celee ;
Mult grant venjance en prendrat l’emperere.
1460Bataille avrum e forte e aduree,
Unches mais hom tel ne vit ajustee.
Jo i ferrai de Durendal, m’espee,
E vos, compainz, ferrez de Halteclere.
En tanz lius les avum nos portees !
1465Tantes batailles en avum afinees !
Male chançun n’en deit estre cantee. » AOI.

CXII

Marsile vient le long d’une vallée, avec la grande armée qu’il amassa. Il a formé et compté vingt corps de bataille. Les heaumes aux pierreries serties dans l’or brillent, et les écus, et les brognes safrées. Sept mille clairons sonnent la charge, grand est le bruit par toute la contrée. Roland dit : « Olivier, compagnon, frère, Ganelon le félon a juré notre mort. La trahison ne peut rester cachée ; l’empereur en prendra forte vengeance. Nous aurons une bataille âpre et dure ; jamais homme n’aura vu pareille rencontre. J’y frapperai de Durendal, mon épée, et vous, compagnon, vous frapperez de Hauteclaire. Par tant de terres nous les avons portées ! Nous avons gagné par elles tant de batailles ! Il ne faut pas que l’on chante d’elles une mauvaise chanson.

CXIII

[1628]Marsilies veit de sa gent le martirie,
Si fait suner ses cors e ses buisines,
Puis si chevalchet od sa grant ost banie.
1470 [1631]Devant chevalchet un Sarrazin, Abisme :
Plus fel de lui n’out en sa cumpagnie.
Teches ad males e mult granz felonies ;
Ne creit en Deu, le filz seinte Marie ;
Issi est neirs cume peiz ki est demise ;
1475 [1636]Plus aimet il traïsun e murdrie
Qu’il ne fesist trestut l’or de Galice ;
Unches nuls hom nel vit juer ne rire.
Vasselage ad e mult grant estultie :
Por ço est drud al felun rei Marsilie ;
1480 [1641]Sun dragun portet a qui sa gent s’alient.
Li arcevesque ne l’amerat ja mie ;
Cum il le vit, a ferir le desiret.
Mult quiement le dit a sei meïsme :
« Cel Sarrazin me semblet mult herite ;
1485 [1646]Mielz est mult que jo l’alge ocire.
Unches n’amai cuard ne cuardie. » AOI.

CXIII

Marsile voit le martyre des siens. Il fait sonner ses cors et ses buccines, puis chevauche avec le ban de sa grande armée. En avant, chevauche un Sarrasin, Abisme : il n’y a plus félon dans sa troupe. Il est plein de vices et de grands crimes, il ne croit pas en Dieu, le fils de sainte Marie. Il est aussi noir que poix fondue ; mieux que tout l’or de Galice, il aime le meurtre et la traîtrise. Jamais nul ne le vit jouer ni rire. Mais il est vaillant et très téméraire, et c’est pourquoi il est cher au félon roi Marsile. Il porte son dragon, auquel se rallie la gent sarrasine. L’archevêque ne saurait guère l’aimer ; dès qu’il le voit, il désire le frapper. Tout bas il se dit à lui-même : « Ce Sarrasin me semble fort hérétique. Le mieux, de beaucoup, est que j’aille l’occire : jamais je n’aimai couard ni couardise. »

CXIV

Li arcevesque cumencet la bataille.
Siet el cheval qu’il tolit a Grossaille,
Ço ert uns reis qu’il ocist en Denemarche.
1490 [1651]Li destrers est e curanz e aates,
Piez a copiez e les gambes ad plates,
Curte la quisse e la crupe bien large,
Lungs les costez e l’eschine ad ben halte,

Blanche la cue e la crignete jalne,
1495 [1656]Petites les oreilles, la teste tute falve ;
Beste nen est nule ki encontre lui alge.
Li arcevesque brochet, par tant grant vasselage !
Ne laisserat qu’Abisme nen asaillet.
Vait le ferir en l’escut amiracle :
1500 [1661]Pierres i ad, ametistes e topazes,
Esterminals e carbuncles ki ardent ;
En Val Metas li dunat uns diables,
Si li tramist li amiralz Galafes.
Turpins i fiert, ki nient ne l’esparignet,
1505 [1666]Enprès sun colp ne quid qu’un dener vaillet,
Le cors li trenchet trés l’un costet qu’a l’altre,
Que mort l’abat en une voide place.
Dient Franceis : « Ci ad grant vasselage !
En l’arcevesque est ben la croce salve. »

CXIV

L’archevêque commence la bataille. Il monte le cheval qu’il prit à Grossaille, un roi qu’il avait tué en Danemark. Le destrier est bien allant, rapide ; il a les fers dégagés, les jambes plates, la cuisse courte et la croupe large, les flancs allongés et l’échine bien haute, la queue blanche et le toupet jaune, les oreilles petites, la tête toute fauve ; il n’est nulle bête qui l’égale à la course. L’archevêque éperonne, avec quelle vaillance ! Il attaque Abisme, rien ne l’en détournera. Il va le frapper sur son écu […], que des pierreries chargent, améthystes et topazes […], escarboucles qui flambent : au Val Métas un démon l’avait donné à l’émir Galafe, et l’émir à Abisme. Turpin frappe, il ne le ménage pas ; après qu’il a frappé, l’écu, je crois, ne vaut plus un denier. Il transperce le Sarrasin d’un flanc à l’autre et l’abat mort sur la terre nue. Les Français disent : « Voilà une belle vaillance ! Aux mains de l’archevêque la crosse ne sera pas honnie ! »

CXV

1510 [1467]Franceis veient que paiens i ad tant,
De tutes parz en sunt cuvert li camp.
Suvent regretent Oliver e Rollant,
Les .XII. pers, qu’il lor seient guarant.
E l’arcevesque lur dist de sun semblant :
1515 [1472]« Seignors barons, n’en alez mespensant !
Pur Deu vos pri que ne seiez fuiant,
Que nuls prozdom malvaisement n’en chant.
Asez est mielz que moerium cumbatant.
Pramis nus est fin prendrum a itant,
1520 [1477]Ultre cest jurn ne serum plus vivant ;
Mais d’une chose vos soi jo ben guarant :
Seint pareïs vos est abandunant ;

As Innocenz vos en serez seant. »
A icest mot si s’esbaldissent Franc
1525 [1482]Cel nen i ad Munjoie ne demant. AOI.

CXV

Les Français voient que les païens sont tant : les champs en sont couverts de toutes parts. Souvent ils appellent Olivier et Roland et les douze pairs, pour qu’ils les défendent. Et l’archevêque leur dit sa pensée : « Seigneurs barons, ne songez à rien qui soit mal. Je vous en prie par Dieu, ne fuyez pas, afin que nul vaillant ne chante de vous une mauvaise chanson. Bien mieux vaut que nous mourions en combattant. Bientôt, nous en avons la promesse, nous viendrons à notre fin ; nous ne vivrons pas au-delà de ce jour ; mais il est une chose dont je vous suis bon garant : le saint paradis vous est grand ouvert, vous y serez assis près des Innocents. » À ces paroles les Francs sont remplis de tant de réconfort qu’il n’en est pas un qui ne crie « Montjoie ! »

CXVI

Un Sarrazin i out de Sarraguce,
De la citet l’une meitet est sue :
Ço est Climborins, ki pas ne fut produme.
Fiance prist de Guenelun le cunte,
1530 [1487]Par amistiet l’en baisat en la buche,
Si l’en dunat sun helme e s’escarbuncle.
Tere Major, ço dit, metrat a hunte,
A l’emperere si toldrat la curone.
Siet el ceval qu’il cleimet Barbamusche,
1535 [1492]Plus est isnels qu’esprever ne arunde.
Brochet le bien, le frein li abandunet,
Si vait ferir Engeler de Guascoigne.
Nel poet guarir sun escut ne sa bronie :
De sun espiet el cors li met la mure,
1540 [1497]Empeint le ben, tut le fer li mist ultre,
Pleine sa hanste el camp mort le tresturnet.
Après escriet : « Cist sunt bon a cunfundre !
Ferez, paien, pur la presse derumpre ! »
Dient Franceis : « Deus, quel doel de prodome ! » AOI.

CXVI

Un Sarrasin était là, de Saragosse — une moitié de la cité est à lui, — Climborin, qui point n’est prudhomme. C’est lui qui, ayant reçu le serment du comte Ganelon, par amitié l’avait baisé sur la bouche et lui avait donné son heaume et son escarboucle. Il honnira, dit-il, la Terre des Aïeux ; à l’empereur il enlèvera sa couronne. Il monte le cheval qu’il appelle Barbamousche, lequel est plus rapide qu’épervier ou hirondelle. Il l’éperonne bien, lui abandonne le frein et va frapper Engelier de Gascogne. Ni l’écu ni la brogne ne le peuvent garantir. Le païen lui plonge au corps la pointe de son épieu ; il appuie, tout le fer traverse d’outre en outre ; à pleine hampe, dans le champ, il l’abat à la renverse, puis s’écrie : « Cette engeance est bonne à détruire ! Frappez, païens, pour rompre la presse ! » Les Français disent : « Dieu ! quel preux nous perdons ! »

CXVII

1545 [1502]Li quens Rollant en apelet Oliver :
« Sire cumpainz, ja est morz Engeler ;
Nus n’avium plus vaillant chevaler. »
Respont li quens : « Deus le me doinst venger ! »

Sun cheval brochet des esperuns d’or mier,
1550 [1507]Tient Halteclere, sanglent en est l’acer,
Par grant vertut vait ferir le paien.
Brandist sun colp e li Sarrazins chiet ;
L’anme de lui en portent aversers.
Puis ad ocis le duc Alphaïen ;
1555 [1512]Escababi i ad le chef trenchet ;
.VII. Arrabiz i ad deschevalcet :
Cil ne sunt proz ja mais pur guerreier.
Ço dist Rollant : « Mis cumpainz est irez !
Encontre mei fait asez a preiser.
1560 [1517]Pur itels colps nos ad Charles plus cher. »
A voiz escriet : « Ferez i, chevaler ! » AOI.

CXVII

Le comte Roland appelle Olivier : « Seigneur compagnon, voilà Engelier mort, nous n’avions pas un chevalier plus vaillant. » Le comte répond : « Que Dieu me donne de le venger ! » Il broche son cheval de ses éperons d’or pur. Il dresse Hauteclaire, l’acier en est sanglant ; de toute sa force il va frapper le païen. Il secoue la lame dans la plaie et le Sarrasin choit ; les démons emportent son âme. Puis il tue le duc Alphaïen, tranche à Escababi la tête et désarçonne sept Arabes : ceux-là désormais ne vaudront plus guère en bataille. Roland dit : « Mon compagnon se fâche ! Auprès de moi il vaut bien son prix. Pour de tels coups Charles nous chérit mieux. » Très haut il crie : « Frappez, chevaliers ! »

CXVIII

D’altre part est un paien, Valdabrun :
Celoi levat le rei Marsiliun.
Sire est par mer de .IIII. C. drodmunz ;
1565 [1522]N’i ad eschipre quis cleimt se par loi nun.
 Jerusalem prist ja par traïsun,
Si violat le temple Salomon,
Le patriarche ocist devant les funz.
Cil ot fiance del cunte Guenelon :
1570 [1527]Il li dunat s’espee e mil manguns.
Siet el cheval qu’il cleimet Gramimund,
Plus est isnels que nen est uns falcuns.
Brochet le bien des aguz esperuns,
Si vait ferir li riche duc Sansun.
1575 [1532]L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
El cors li met les pans del gunfanun,

Pleine sa hanste l’abat mort des arçuns.....
« Ferez, paien, car trés ben les veintrum ! »
Dient Franceis : « Deus, quel doel de baron ! » AOI.

CXVIII

D’autre part voici un païen, Valdabron : il avait armé chevalier [ ? ] le roi Marsile. Il est seigneur sur mer de quatre cents dromonts ; pas un marinier qui ne se réclame de lui. Il avait pris Jérusalem par traîtrise, et violé le temple de Salomon, et devant les fonts tué le patriarche. C’est lui qui, ayant reçu le serment du comte Ganelon, lui avait donné son épée et mille mangons. Il monte le cheval qu’il appelle Gramimond : un faucon est moins rapide. Il l’éperonne bien des éperons aigus et va frapper Samson, le riche duc. Il lui brise l’écu, lui rompt le haubert, lui met au corps les pans de son enseigne, à pleine hampe le désarçonne et l’abat mort… Frappez, païens, car nous les vaincrons très bien ! » Les Français disent : « Dieu ! quel deuil d’un tel baron ! »

CXIX

1580 [1537]Li quens Rollant, quant il veit Sansun mort,
Poez saveir que mult grant doel en out.
Sun ceval brochet, si li curt ad esforz.
Tient Durendal, qui plus valt que fin or ;
Vait le ferir li bers, quanque il pout,
1585 [1542]Desur sun elme, ki gemmet fut ad or,
Trenchet la teste e la bronie e le cors,
La bone sele, ki est gemmet ad or,
E al cheval parfundement le dos ;
Ambure ocit, ki quel blasme ne quil lot.
1590 [1547]Dient paien : « Cist colp nus est mult fort ! »
Respont Rollant : « Ne pois amer les voz ;
Devers vos est li orguilz e li torz. » AOI.

CXIX

Le comte Roland, quand il voit Samson mort, sachez qu’il en eut une très grande douleur. Il pique son cheval, court sus au païen à toute force. Il tient Durendal, qui vaut mieux que l’or pur. Il va, le preux, et le frappe tant qu’il peut sur son heaume dont les pierreries sont serties d’or. Il fend la tête, et la brogne, et le tronc, et la bonne selle gemmée, et au cheval il fend l’échine profondément ; et, le blâme, le loue qui voudra ! les tue tous deux. Les païens disent : « Ce coup nous est cruel ! » Roland répond : « Je ne puis aimer les vôtres. L’orgueil est devers vous et le tort. »

CXX

D’affrike i ad un Affrican venut,
Ço est Malquiant, le filz al rei Malcud.
1595 [1552]Si guarnement sunt tut a or batud :
Cuntre le ciel sur tuz les altres luist.
Siet el ceval qu’il cleimet Salt Perdut :
Beste nen est ki poisset curre a lui.
Il vait ferir Anseïs en l’escut :
1600 [1557]Tut li trenchat le vermeill e l’azur ;
De sun osberc li ad les pans rumput,

El cors li met e le fer e le fust ;
Morz est li quens, de sun tens n’i ad plus.
Dient Franceis : « Barun, tant mare fus ! »

CXX

Un Africain était là, venu d’Afrique : c’est Malquiant, fils du roi Malcud. Ses armes sont toutes d’or battu ; au soleil sur tous les autres il resplendit. Il monte le cheval qu’il appelle Saut-Perdu : il n’y a bête qui puisse l’égaler à la course. Il va frapper sur l’écu Anseïs : il en tranche les quartiers de vermeil et d’azur. Il lui a rompu les pans de son haubert, il lui enfonce au corps l’épieu, fer et bois. Le comte est mort, son temps est fini. Les Français disent : « Baron, c’est grand’pitié de toi ! »

CXXI

1605 [1562]Par le camp vait Turpin, li arcevesque.
Tel coronet ne chantat unches messe
Ki de sun cors feïst tantes proecces.
Dist al paien : « Deus tut mal te tramette !
Tel as ocis dunt al coer me regrette. »
1610 [1567]Sun bon ceval i ad fait esdemetre,
Si l’ad ferut sur l’escut de Tulette
Que mort l’abat desur l’herbe verte……
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CXXI

Par le champ va Turpin, l’archevêque. Jamais tel tonsuré ne chanta la messe, qui de sa personne ait fait autant d’exploits. Il dit au païen : « Que Dieu t’envoie tous les maux ! Tu en as tué un que mon cœur regrette. » Il lance en avant son bon cheval et frappe le païen sur son écu de Tolède d’un tel coup qu’il l’abat mort sur l’herbe verte…

CXXII

De l’altre part est un paien, Grandonies,
Filz Capuel, le rei de Capadoce.
1615 [1572]Siet el cheval que il cleimet Marmorie,
Plus est isnels que n’est oisel ki volet.
Laschet la resne, des esperuns le brochet,
Si vait ferir Gerin par sa grant force.
L’escut vermeill li freint, de col li portet ;
1620 [1577]Aprof li ad sa bronie desclose,
El cors li met tute l’enseingne bloie,
Que mort l’abat en une halte roche.
Sun cumpaignun Gerers ocit uncore
E Berenger e Guiun de Seint Antonie ;
1625 [1582]Puis vait ferir un riche duc, Austorje.
Ki tint Valence e Envers sur le Rosne.
Il l’abat mort, paien en unt grant joie.
Dient Franceis : « Mult decheent li nostre ! »

CXXII

D’autre part est un païen, Grandoine, fils de Capuel, le roi de Cappadoce. Il monte le cheval qu’il appelle Marmoire, lequel est plus rapide que nul oiseau qui vole. Il lâche la rêne, pique des éperons et va frapper Gerin de toute sa force. Il brise son écu vermeil, le lui fait choir du cou. Après, il lui déclôt sa brogne, lui plonge toute au corps son enseigne bleue et l’abat mort sur une haute roche. Il tue encore Gerier son compagnon, et Bérengier, et Gui de Saint-Antoine, puis va frapper un riche duc, Austorge, qui tenait en sa seigneurie Valence et Envers sur le Rhône. Il l’abat mort ; les païens se réjouissent. Les Français disent : « Quel déclin des nôtres ! »

CXXIII

Li quens Rollant tint s’espee sanglente.
1630 [1587]Ben ad oït que Franceis se dementent ;
Si grant doel ad que par mi quiet fendre ;
Dist al paien : « Deus tut mal te consente !
Tel as ocis que mult cher te quid vendre ! »
Sun ceval brochet, ki [oït del cuntence].
1635 [1592]Ki quel cumpert, venuz en sunt ensemble.

CXXIII

Le comte Roland tient son épée sanglante. Il a bien entendu que les Français se découragent. Il en a si grand deuil qu’il croit que son cœur va se fendre. Il dit au païen : « Que Dieu t’octroie tous les maux ! Tu en as tué un que je compte te vendre très cher ! » Il éperonne son cheval […] Lequel vaincra ? Les voilà aux prises.

CXXIV

Grandonie fut e prozdom e vaillant
E vertuus e vassal cumbatant.
En mi sa veie ad encuntret Rollant.
Enceis nel vit, sil recunut veirement
1640 [1597]Al fier visage e al cors qu’il out gent
E al reguart e al contenement :
Ne poet muer qu’il ne s’en espaent.
Fuïr s’en voel, mais ne li valt nient :
Li quens le fiert tant vertuusement
1645 [1602]Tresqu’al nasel tut le elme li fent,
Trenchet le nés e la buche e les denz.
Trestut le cors e l’osberc jazerenc,
De l’oree sele lé dous alves d’argent
E al ceval le dos parfundement ;
1650 [1607]Ambure ocist seinz nul recoevrement,
E cil d’Espaigne s’en cleiment tuit dolent.
[1609]Dient Franceis : « Ben fiert nostre guarent ! »

CXXIV

Grandoine était preux et vaillant, puissant et hardi au combat. Au travers de sa voie, il a rencontré Roland. Jamais il ne l’a vu : il le reconnaît pourtant, à son fier visage, à son beau corps à son regard, à son allure : il a peur, il ne peut s’en défendre. Il veut fuir, mais vainement. Le comte le frappe d’un coup si merveilleux qu’il lui fend tout le heaume jusqu’au nasal, lui tranche le nez et la bouche et les dents, et tout le tronc, et le haubert aux bonnes mailles, et le pommeau et le troussequin d’argent de sa selle dorée, et profondément le dos de son cheval. Point de remède, il les a tués tous deux, et ceux d’Espagne gémissent tous. Les Français disent : « Notre garant frappe bien ! »

CXXV

[1610]La bataille est merveilluse e hastive.
Franceis i ferent par vigur e par ire,

1655 [1612]Trenchent cez poinz, cez costez, cez eschines,
Cez vestemenz entresque as chars vives.
Sur l’erbe verte li cler sancs s’en afilet.....
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
« Tere Major, Mahummet te maldie !
1660 [1617]Sur tute gent est la tue hardie. »
Cel nen i ad ki ne criet : « Marsilie !
Cevalche, rei ! Bosuign avum d’aïe ! »

CXXV

La bataille est merveilleuse ; elle se fait plus précipitée. Les Français y frappent avec vigueur et rage. Ils tranchent les poings, les flancs, les échines, transpercent les vêtements jusqu’aux chairs vives, et le sang coule en filets clairs sur l’herbe verte […] « Terre des Aïeux, Mahomet te maudisse ! Sur tous les peuples ton peuple est hardi ! » Pas un Sarrasin qui ne crie : « Marsile ! Chevauche, roi ! Nous avons besoin d’aide ! »

CXXVI

La bataille est e merveillose e grant.
Franceis i ferent des espiez brunisant.
1665 [1622]La veïssez si grant dulor de gent,
Tant hume mort e nasfret e sanglent !
L’un gist sur l’altre e envers e adenz.
Li Sarrazin nel poent susfrir tant :
Voelent u nun, si guerpissent le camp.
1670 [1627]Par vive force les encacerent Franc. AOI.

CXXVI

La bataille est merveilleuse et grande. Les Français y frappent des épieux brunis. Si vous eussiez vu tant de souffrance, tant d’hommes morts, blessés, ensanglantés ! Ils gisent l’un sur l’autre, face au ciel, face contre terre. Les Sarrasins ne peuvent l’endurer davantage : bon gré, mal gré ils vident le champ. Et les Francs, de vive force, leur ont donné la chasse.

CXXVII

Li quens Rollant apelet Oliver :
« Sire cumpaign, sel volez otrier,
Li arcevesque est mult bon chevaler,
N’en ad meillor en tere ne suz cel ;
1675Ben set ferir e de lance e d’espiet. »
Respunt li quens : « Kar li aluns aider ! »
A icest mot l’unt Francs recumencet.
Dur sunt li colps e li caples est grefs ;
Mult grant dulor i ad de chrestiens.
1680Ki puis veïst Rollant e Oliver
De lur espees e ferir e capler !

Li arcevesque i fiert de sun espiet.
Cels qu’il unt mort, ben les poet hom preiser,
Il est escrit es cartres e es brefs,
1685Ço dit la Geste, plus de .IIII. milliers.
As quatre turs lor est avenut ben ;
Li quint après lor est pesant e gref.
Tuz sunt ocis cist Franceis chevalers,
Ne mès seisante, que Deus i ad esparniez :
1690Einz que il moergent se vendrunt mult cher. AOI.

CXXVII

Le comte Roland appelle Olivier : « Seigneur compagnon, avouez-le, l’archevêque est très bon chevalier ; il n’y a meilleur sous le ciel ; il sait bien frapper de la lance et de l’épieu. » Le comte répond : « Donc, allons lui aider ! » À ces mots les Francs ont recommencé. Durs sont les coups, lourde est la mêlée. Les chrétiens sont en grande détresse. Il eût fait beau voir Roland et Olivier frapper, tailler de l’épée ! L’archevêque frappe de son épieu. De ceux qu’ils ont tués, on peut estimer le nombre ; il est écrit, dit la Geste, dans les chartres et les brefs : ils en tuèrent plus de quatre milliers. Aux quatre premiers assauts, ils ont bien tenu coup ; le cinquième leur pesa lourdement. Ils sont tous tués, les chevaliers français, hormis soixante que Dieu a épargnés. Avant qu’ils meurent, ils se vendront très cher.

CXXVIII

Li quens Rollant des soens i veit grant perte.
Sun cumpaignun Oliver en apelet :
« Bel sire, chers cumpainz, pur Deu, que vos en haitet ?
Tanz bons vassals veez gesir par tere !
1695Pleindre poüms France dulce, la bele.
De tels barons cum or remeint deserte !
E ! reis, amis, que vos ici nen estes ?
Oliver, frere, cum le purrum nus faire ?
Cumfaitement li manderum nuveles ? »
1700Dist Oliver : « Jo nel sai cument quere.
Mielz voeill murir que hunte nus seit retraite. » AOI.

CXXVIII

Le comte Roland voit le grand massacre des siens. Il appelle Olivier, son compagnon : « Beau seigneur, cher compagnon, par Dieu ! que vous en semble ? Voyez tant de vaillants qui gisent là contre terre ! Nous avons bien sujet de plaindre douce France, la belle ! Vidée de tels barons, comme elle reste déserte ! Ah ! roi, ami, que n’êtes-vous ici ? Olivier, frère, comment pourrons-nous faire ? Comment lui manderons-nous des nouvelles ? » Olivier dit : « Comment ? Je ne sais pas. On en pourrait parler à notre honte, et j’aime mieux mourir ! »

CXXIX

Ço dist Rollant : « Cornerai l’olifant,
Si l’orrat Carles, ki est as porz passant.
Jo vos plevis ja returnerunt Franc. »
1705Dist Oliver : « Vergoigne sereit grant
E repruver a trestuz voz parenz ;
Iceste hunte dureit al lur vivant !
Quant jel vos dis, n’en feïstes nient ;

Mais nel ferez par le men loement.
1710Se vos cornez, n’er mie hardement.
Ja avez vos ambsdous les braz sanglanz ! »
Respont li quens : « Colps i ai fait mult genz ! » AOI.

CXXIX

Roland dit : « Je sonnerai l’olifant. Charles l’entendra, qui passe les ports. Je vous le jure, les Francs reviendront. » Olivier dit : « Ce serait pour tous vos parents un grand déshonneur et un opprobre et cette honte serait sur eux toute leur vie ! Quand je vous demandais de le faire, vous n’en fîtes rien. Faites-le maintenant : ce ne sera plus par mon conseil. Sonner votre cor, ce ne serait pas d’un vaillant ! Mais comme vos deux bras sont sanglants ! » Le comte répond : « J’ai frappé de beaux coups. »

CXXX

Ço dit Rollant : « Forz est nostre bataille ;
Jo cornerai, si l’orrat li reis Karles. »
1715Dist Oliver : « Ne sereit vasselage !
Quant jel vos dis, cumpainz, vos ne deignastes.
S’i fust li reis, n’i oüsum damage.
Cil ki la sunt n’en deivent aveir blasme. »
Dist Oliver : « Par ceste meie barbe,
1720Se puis veeir ma gente sorur Alde,
Ne jerreiez ja mais entre sa brace ! » AOI.

CXXX

Roland dit : « Notre bataille est dure. Je sonnerai mon cor, le roi Charles l’entendra. » Olivier dit : « Ce ne serait pas d’un preux ! Quand je vous disais de le faire, compagnon, vous n’avez pas daigné. Si le roi avait été avec nous, nous n’eussions rien souffert. Ceux qui gisent là ne méritent aucun blâme. Par cette mienne barbe, si je puis revoir ma gente sœur Aude, vous ne coucherez jamais entre ses bras ! »

CXXXI

Ço dist Rollant : « Por quei me portez ire ? »
E il respont : « Cumpainz, vos le feïstes,
Kar vasselage par sens nen est folie ;
1725Mielz valt mesure que ne fait estultie.
Franceis sunt morz par vostre legerie.
Jamais Karlon de nus n’avrat servise.
Sem creïsez, venuz i fust mi sire ;
Ceste bataille oüsum [faite u prise]
1730U pris u mort i fust li reis Marsilie.
Vostre proecce, Rollant, mar la veïmes !
Karles li Magnes de nos n’avrat aïe.
N’ert mais tel home dès qu’a Deu juïse.
Vos i murrez e France en ert hunie.

1735Oi nus defalt la leial cumpaignie :
Einz le vespre mult ert gref la departie. » AOI.

CXXXI

Roland dit : « Pourquoi, contre moi, de la colère ? » Et Olivier répond : « Compagnon, c’est votre faute, car vaillance sensée et folie sont deux choses, et mesure vaut mieux qu’outrecuidance. Si nos Français sont morts, c’est par votre légèreté. Jamais plus nous ne ferons le service de Charles. Si vous m’aviez cru, mon seigneur serait revenu ; cette bataille, nous l’aurions gagnée ; le roi Marsile eût été tué ou pris. Votre prouesse, Roland, c’est à la malheure que nous l’avons vue. Charles le Grand — jamais il n’y aura un tel homme jusqu’au dernier jugement ! — ne recevra plus notre aide. Vous allez mourir et France en sera honnie. Aujourd’hui prend fin notre loyal compagnonnage ; avant ce soir nous nous séparerons, et ce sera dur. »

CXXXII

Li arcevesques les ot cuntrarïer,
Le cheval brochet des esperuns d’or mer,
Vint tresqu’a els, sis prist a castïer :
1740« Sire Rollant, e vos, sire Oliver,
Pur Deu vos pri, ne vos cuntralïez !
Ja li corners ne nos avreit mester,
Mais nepurquant si est il asez melz :
Venget li reis, si nus purrat venger ;
1745Ja cil d’Espaigne ne s’en deivent turner liez.
Nostre Franceis i descendrunt a pied,
Truverunt nos e morz e detrenchez,
Leverunt nos en bieres sur sumers,
Si nus plurrunt de doel e de pitet,
1750Enfuerunt nos en aitres de musters ;
N’en mangerunt ne lu ne porc ne chen. »
Respunt Rollant : « Sire, mult dites bien. » AOI.

CXXXII

L’archevêque les entend qui se querellent. Il éperonne de ses éperons d’or pur, vient jusqu’à eux, et les reprend tous deux : « Sire Roland, et vous, sire Olivier, je vous en prie de par Dieu, ne vous querellez point ! Sonner du cor ne vous sauverait plus. Et pourtant, sonnez, ce sera bien mieux. Vienne le roi, il pourra nous venger : il ne faut pas que ceux d’Espagne s’en retournent joyeux. Nos Français descendront ici de cheval ; ils nous trouveront tués ou démembrés ; ils nous mettront en bière, nous emporteront sur des bêtes de somme et nous pleureront, pleins de douleur et de pitié. Ils nous enterreront en des aîtres d’églises ; nous ne serons pas mangés par les loups, les porcs et les chiens. » Roland répond : « Seigneur, vous avez bien dit. »

CXXXIII

Rollant ad mis l’olifan a sa buche,
Empeint le ben, par grant vertut le sunet.
1755Halt sunt li pui e la voiz est mult lunge,
Granz .XXX. liwes l’oïrent il respundre.
Karles l’oït e ses cumpaignes tutes.
Ço dit li reis : « Bataille funt nostre hume ! »
E Guenelun li respundit encuntre :
1760« S’altre le desist, ja semblast grant mençunge ! » AOI.

CXXXIII

Roland a mis l’olifant à ses lèvres. Il l’embouche bien, sonne à pleine force. Hauts sont les monts, et longue la voix du cor : à trente grandes lieues on l’entend qui se prolonge. Charles l’entend et l’entendent tous ses corps de troupe. Le roi dit : « Nos hommes livrent bataille ! » Et Ganelon lui répond à l’encontre : « Qu’un autre l’eût dit, certes on y verrait un grand mensonge. »

CXXXIV

Li quens Rollant, par peine e par ahans,
Par grant dulor sunet sun olifan.
Par mi la buche en salt fors li cler sancs.
De sun cervel le temple en est rumpant.
1765Del corn qu’il tient l’oïe en est mult grant :
Karles l’entent, ki est as porz passant.
Naimes li duc l’oïd, si l’escultent li Franc.
Ce dist li reis : « Jo oi le corn Rollant !
Unc nel sunast, se ne fust cumbatant. »
1770Guenes respunt : « De bataille est nient !
Ja estes veilz e fluriz e blancs ;
Par tels paroles vus resemblez enfant.
Asez savez le grant orgoill Rollant ;
Ço est merveille que Deus le soefret tant.
1775Ja prist il Noples seinz le vostre comant ;
Fors s’en eissirent li Sarrazins dedenz,
Sis cumbatirent al bon vassal Rollant,
Puis od les ewes lavat les prez del sanc ;
Pur cel le fist ne fust […]arissant.
1780Pur un sul levre vait tute jur cornant.
Devant ses pers vait il ore gabant.
Suz cel n’ad gent ki l’osast querre en champ.
Car chevalcez ! Pur qu’alez arestant ?
Tere Major mult est loinz ça devant. » AOI.

CXXXIV

Le comte Roland, à grand effort, à grand ahan, très douloureusement sonne son olifant. Par sa bouche le sang jaillit clair. Sa tempe se rompt. La voix de son cor se répand au loin. Charles l’entend, au passage des ports. Le duc Naimes écoute, les Francs écoutent. Le roi dit : « C’est le cor de Roland ! Il n’en sonnerait pas s’il ne livrait une bataille ! » Ganelon répond : « Il n’y a pas de bataille ! Vous êtes vieux, votre chef est blanc et fleuri ; par de telles paroles vous semblez un enfant. Vous connaissez bien le grand orgueil de Roland : c’est merveille que Dieu si longtemps l’endure. N’a-t-il pas été jusqu’à prendre Noples sans votre ordre ? Les Sarrasins firent une sortie et combattirent le bon vassal Roland ; pour effacer les traces (?), il inonda les prés ensanglantés. Pour un seul lièvre, il va tout un jour sonnant du cor. Aujourd’hui, c’est quelque jeu qu’il fait devant ses pairs. Qui donc sous le ciel oserait lui offrir la bataille ? Chevauchez donc ! Pourquoi vous arrêter ? La Terre des Aïeux est encore loin devant nous. »

CXXXV

1785Li quens Rollant ad la buche sanglente.
De sun cervel rumput en est li temples.
L’olifan sunet a dulor e a peine.

Karles l’oït e ses Franceis l’entendent.
Ço dist li reis : « Cel corn ad lunge aleine ! »
1790Respont dux Neimes : « Baron i fait la peine !
Bataille i ad, par le men escientre.
Cil l’at traït ki vos en roevet feindre.
Adubez vos, si criez vostre enseigne,
Si sucurez vostre maisnee gente :
1795Asez oez que Rollant se dementet ! »

CXXXV

Le comte Roland a la bouche sanglante. Sa tempe s’est rompue. Il sonne l’olifant douloureusement, avec angoisse. Charles l’entend, et ses Français l’entendent. Le roi dit : « Ce cor a longue haleine ! » Le duc Naimes répond : « C’est qu’un vaillant y prend peine. Il livre bataille, j’en suis sûr. Celui-là même l’a trahi qui maintenant vous demande de faillir à votre tâche. Armez-vous, criez votre cri d’armes et secourez votre belle mesnie. Vous l’entendez assez : c’est Roland qui désespère.

CXXXVI

Li empereres ad fait suner ses corns.
Franceis descendent, si adubent lor cors
D’osbercs e de helmes e d’espees a or.
Escuz unt genz e espiez granz e forz,
1800E gunfanuns blancs e vermeilz e blois.
Es destrers muntent tuit li barun de l’ost,
Brochent ad ait tant cum durent li port.
N’i ad celoi a l’altre ne parolt :
« Se veïssum Rollant einz qu’il fust mort,
1805Ensembl’ od lui i durriums granz colps. »
De ço qui calt ? car demuret i unt trop.

CXXXVI

L’empereur a fait sonner ses cors. Les Français mettent pied à terre et s’arment de hauberts, de heaumes et d’épées parées d’or. Ils ont des écus bien ouvrés, et des épieux forts et grands, et des gonfanons blancs, vermeils et bleus. Tous les barons de l’armée montent sur les destriers. Ils donnent de l’éperon tant que durent les défilés. Pas un qui ne dise à l’autre : « Si nous revoyions Roland encore vivant, avec lui nous frapperions de grands coups ! » À quoi bon les paroles ? Ils ont trop tardé.

CXXXVII

Esclargiz est li vespres e li jurz.
Cuntre le soleil reluisent cil adub,
Osbercs e helmes i getent grant flabur,
1810E cil escuz, ki ben sunt peinz a flurs,
E cil espiez, cil oret gunfanun.
Li empereres cevalchet par irur
E li Franceis dolenz e curoçus ;

N’i ad celoi ki durement ne plurt,
1815E de Rollant sunt en grant poür.
Li reis fait prendre le cunte Guenelun,
Sil cumandat as cous de sa maisun.
Tut li plus maistre en apelet, Besgun :
« Ben le me guarde, si cume tel felon !
1820De ma maisnee ad faite traïsun. »
Cil le receit, s’i met .C. cumpaignons
De la quisine des mielz e des peiurs.
Icil li peilent la barbe e les gernuns,
Cascun le fiert .IIII. colps de son puign,
1825Ben le batirent a fuz e a bastuns
E si li metent el col un caeignun,
Si l’encaeinent altresi cum un urs ;
Sur un sumer l’unt mis a deshonor.
Tant le guardent quel rendent a Charlun.

CXXXVII

Le jour avance, la vêprée brille. Contre le soleil resplendissent les armures. Hauberts et heaumes flamboient, et les écus où sont peintes des fleurs, et les épieux et les gonfanons dorés. L’empereur chevauche plein de colère, et les Français marris et courroucés. Pas un qui ne pleure douloureusement ; pour Roland, tous sont transis d’angoisse. Le roi a fait saisir le comte Ganelon. Il l’a remis aux cuisiniers de sa maison. Il appelle Besgon, leur chef : « Garde-le moi bien, comme on doit faire d’un félon pareil : il a livré ma mesnie par traîtrise. » Besgon le reçoit en sa garde, et met après lui cent garçons de la cuisine, des meilleurs et des pires. Ils lui arrachent les poils de la barbe et des moustaches, le frappent chacun par quatre fois du poing, le battent à coups de bûches et de bâtons et lui mettent au cou une chaîne comme à un ours. Honteusement ils le hissent sur une bête de somme. Ainsi le gardent-ils jusqu’au jour de le rendre à Charles.

CXXXVIII

1830Halt sunt li pui e tenebrus e grant, AOI.
Li val parfunt e les ewes curant.
Sunent cil graisle e derere e devant
E tuit rachatent encuntre l’olifant.
Li empereres chevalchet ireement
1835E li Franceis curuçus e dolent ;
N’i ad celoi n’i plurt e se dement,
E prient Deu qu’il guarisset Rollant
Josque il vengent el camp cumunement :
Ensembl’ od lui i ferrunt veirement.
1840De ço qui calt ? car ne lur valt nient.
Demurent trop, n’i poedent estre a tens. AOI.

CXXXVIII

Hauts sont les monts, et ténébreux et grands, les vaux profonds, les eaux violentes. À l’arrière, à l’avant, les clairons sonnent et tous ensemble répondent (?) à l’olifant. L’empereur chevauche irrité, et les Français courroucés et marris. Pas un qui ne pleure et ne se lamente. Ils prient Dieu qu’il préserve Roland jusqu’à ce qu’ils parviennent au champ de bataille, tous ensemble : alors, tous avec lui, ils frapperont. À quoi bon les prières ? Elles ne leur servent de rien. Ils ont tardé, ils ne peuvent arriver à temps.

CXXXIX

Par grant irur chevalchet li reis Charles ;
Desur sa brunie li gist sa blanche barbe.
Puignent ad ait tuit li barun de France ;
1845N’i ad icel ne demeint irance
Que il ne sunt a Rollant le cataigne,
Ki se cumbat as Sarrazins d’Espaigne,
Si est blecet, ne quit qu’anme i remaigne.
Deus ! quels seisante humes i ad en sa cumpaigne !
1850Unches meillurs n’en out reis ne cataignes. AOI.

CXXXIX

Plein de courroux, le roi Charles chevauche. Sur sa brogne s’étale sa barbe blanche. Tous les barons de France donnent fortement de l’éperon. Pas un qui ne se lamente de n’être pas avec Roland le capitaine, quand il combat les Sarrasins d’Espagne. Il est dans une telle détresse qu’il n’y survivra pas, je crois. Dieu ! quels barons, les soixante qui restent en sa compagnie ! Jamais roi ni capitaine n’en eut de meilleurs.

CXL

Rollant reguardet es munz e es lariz ;
De cels de France i veit tanz morz gesir,
E il les pluret cum chevaler gentill :
« Seignors barons, de vos ait Deus mercit !
1855Tutes voz anmes otreit il pareïs !
En seintes flurs il les facet gesir !
Meillors vassals de vos unkes ne vi.
Si lungement tuz tens m’avez servit,
A oes Carlon si granz païs cunquis !
1860Li empereres tant mare vos nurrit !
Tere de France, mult estes dulz païs,
Oi desertet [a tant rubostl exill].
Barons franceis, pur mei vos vei murir :
Jo ne vos pois tenser ne guarantir ;
1865Aït vos Deus, ki unkes ne mentit !
Oliver frere, vos ne dei jo faillir.
De doel murra, s’altre ne m’i ocit.
Sire cumpainz, alum i referir ! »

CXL

Roland regarde par les monts, par les landes. De ceux de France, il en voit tant qui gisent morts, et il les pleure en gentil chevalier : « Seigneurs barons, que Dieu vous fasse merci ! Qu’il octroie à toutes vos âmes le paradis ! Qu’il les couche parmi les saintes fleurs ! Jamais je ne vis vassaux meilleurs que vous. Vous avez si longuement, sans répit, fait mon service, conquis pour Charles de si grands pays ! L’empereur vous a nourris pour son malheur. Terre de France, vous êtes un doux pays ; en ce jour le pire fléau (?) vous a désolée ! Barons français, je vous vois mourir pour moi, et je ne puis vous défendre ni vous sauver : que Dieu vous aide, qui jamais ne mentit ! Olivier frère, je ne dois pas vous faillir. Je mourrai de douleur, si rien d’autre ne me tue. Sire compagnon, remettons-nous à frapper ! »

CXLI

Li quens Rollant el champ est repairet.
1870Tient Durendal, cume vassal i fiert.
Faldrun de Pui i ad par mi trenchet,
E .XXIIII. de tuz les melz preisez :
Jamais n’iert home plus se voeillet venger.
Si cum li cerfs s’en vait devant les chiens,
1875Devant Rollant si s’en fuient paiens.
Dist l’arcevesque : « Asez le faites ben !
Itel valor deit aveir chevaler
Ki armes portet e en bon cheval set :
En bataille deit estre forz e fiers,
1880U altrement ne valt .IIII. deners,
Einz deit monie estre en un de cez mustiers,
Si prierat tuz jurz por noz peccez. »
Respunt Rollant : « Ferez, nes esparignez ! »
A icest mot l’unt Francs recumencet.
1885Mult grant damage i out de chrestiens.

CXLI

Le comte Roland est retourné à la bataille. Il tient Durendal, il frappe en vaillant. Il a taillé en pièces Faldrun de Pui et vingt-quatre autres, des mieux prisés. Jamais homme ne désirera tant se venger. Comme le cerf fuit devant les chiens, ainsi devant Roland les païens fuient. L’archevêque dit : « Voilà qui est bien ! Un chevalier doit se montrer ainsi, qui porte de bonnes armes et monte un bon cheval ; ou autrement, il ne vaut pas quatre deniers : qu’il se fasse plutôt moine dans un moutier et qu’il y prie chaque jour pour nos péchés ! » Roland répond : « Frappez, ne les épargnez pas ! » À ces mots les Francs recommencent. Les chrétiens y souffrirent grandement.

CXLII

Home ki ço set que ja n’avrat prisun
En tel bataill fait grant defension :
Pur ço sunt Francs si fiers cume leuns.
As vus Marsilie en guise de barun.
1890Siet el cheval qu’il apelet Gaignun,
Brochet le ben, si vait ferir Bevon :
Icil ert sire de Belne e de Digun.
L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
Que mort l’abat seinz altre descunfisun,
1895Puis ad ocis Yvoeries e Ivon,

Ensembl’ od els Gerard de Russillun.
Li quens Rollant ne li est guaires loign ;
Dist al paien : « Damnesdeus mal te duinst !
A si grant tort m’ociz mes cumpaignuns !
1900Colp en avras einz que nos departum.
E de m’espee enquoi savras le nom. »
Vait le ferir en guise de baron.
Trenchet li ad li quens le destre poign,
Puis prent la teste de Jurfaleu le blund ;
1905Icil ert filz al rei Marsiliun.
Paien escrient : « Aïe nos, Mahum !
Li nostre deu, vengez nos de Carlun !
En ceste tere nus ad mis tels feluns
Ja pur murir le camp ne guerpirunt. »
1910Dist l’un a l’altre : « E ! car nos en fuiums ! »
A icest mot tels .C. milie s’en vunt,
Ki ques rapelt, ja n’en returnerunt. AOI.

CXLII

Quand on sait qu’il ne sera pas fait de prisonniers, on se défend fortement dans une telle bataille. C’est pourquoi les Francs se font hardis comme des lions. Voici que vient contre eux, en vrai baron, Marsile. Il monte le cheval qu’il appelle Gaignon. Il l’éperonne bien et va frapper Bevon : celui-là était sire de Dijon et de Beaune ; il brise son écu, rompt son haubert et, sans lui faire d’autre mal, l’abat mort. Puis il tue Ivon et Ivoire ; avec eux Gérard de Roussillon. Le comte Roland n’est guère loin. Il dit au païen : « Dieu te maudisse ! À si grand tort tu m’occis mes compagnons ! Tu le paieras avant que nous nous séparions et tu vas apprendre le nom de mon épée. » En vrai baron, il va le frapper : il lui tranche le poing droit. Puis il prend la tête à Jurfaleu le Blond : celui-là était fils du roi Marsile. Les païens s’écrient : « Aide-nous, Mahomet ! Vous, nos dieux, vengez-nous de Charles ! En cette terre il nous a mis de tels félons que, dussent-ils mourir, ils ne videront pas le champ. » L’un dit à l’autre : « Or donc fuyons ! » Et cent mille s’en vont : les rappelle qui veut, ils ne reviendront pas.

CXLIII

De ço qui calt ? Se fuït s’en est Marsilies,
Remés i est sis uncles, Marganices,
1915Ki tint Kartagene [al frere Garmalie]
E Ethiope, une tere maldite.
La neire gent en ad en sa baillie ;
Granz unt les nés e lees les oreilles,
E sunt ensemble plus de cinquante milie.
1920Icil chevalchent fierement e a ire,
Puis escrient l’enseigne paenime.
Ço dist Rollant : « Ci recevrums matyrie,
E or sai ben n’avons guaires a vivre ;
Mais tut seit fel cher ne se vende primes !

1925Ferez, seignurs, des espees furbies,
Si calengez e voz morz e voz vies,
Que dulce France par nus ne seit hunie !
Quant en cest camp vendrat Carles, mi sire,
De Sarrazins verrat tel discipline
1930Cuntre un des noz en truverat morz .XV.,
Ne lesserat que nos ne beneïsse. » AOI.

CXLIII

De quoi sert leur déroute ? Si Marsile s’est enfui, son oncle est resté, Marganice, qui tient Carthage […] et l’Éthiopie, une terre maudite : il a en sa seigneurie l’engeance des Noirs. Leurs nez sont grands, leurs oreilles larges ; ils sont là plus de cinquante mille ensemble. Ils lancent leurs chevaux hardiment, avec fureur, puis crient le cri d’armes des païens. Alors Roland dit : « Ici nous recevrons le martyre, et je sais bien maintenant que nous n’avons plus guère à vivre. Mais honte à qui d’abord ne se sera vendu cher ! Frappez, seigneurs, des épées fourbies, et disputez et vos morts et vos vies, afin que douce France ne soit pas honnie par nous ! Quand en ce champ viendra Charles, mon seigneur, et qu’il verra quelle justice nous aurons faite des Sarrasins, et que, pour un des nôtres, il en trouvera quinze de morts, il ne laissera pas, certes, de nous bénir. »

CXLIV

Quan Rollant veit la contredite gent
Ki plus sunt neirs que nen est arrement
Ne n’unt de blanc ne mais que sul les denz,
1935Ço dist li quens : « Or sai jo veirement
Que hoi murrum par le mien escient.
Ferez, Franceis, car jol vos recumenz ! »
Dist Oliver : « Dehet ait li plus lenz ! »
A icest mot Franceis se fierent enz.

CXLIV

Quand Roland voit la gent maudite, qui est plus noire que l’encre et qui n’a rien de blanc que les dents, il dit : « Je le sais maintenant en vérité, c’est aujourd’hui que nous mourrons. Frappez, Français, car je recommence ! » Olivier dit : « Honni soit le plus lent ! » À ces mots les Français foncent dans leur masse.

CXLV

1940Quant paien virent que Franceis i out poi,
Entr’els en unt e orgoil e cunfort.
Dist l’un a l’altre : « L’empereor ad tort. »
Li Marganices sist sur un ceval sor,
Brochet le ben des esperuns a or,
1945Fiert Oliver derere en mi le dos.
Le blanc osberc li ad descust el cors,
Par mi le piz sun espiet li mist fors,
E dit après : « Un col avez pris fort !
Carles li Magnes mar vos laissat as porz !
1950Tort nos ad fait, nen est dreiz qu’il s’en lot,
Kar de vos sul ai ben venget les noz. »

CXLV

Quand les païens voient que les Français sont peu, ils s’enorgueillissent entre eux et se réconfortent. Ils se disent l’un à l’autre : « C’est que le tort est devers l’empereur ! » Le Marganice monte un cheval saure. Il l’éperonne fortement des éperons dorés, frappe Olivier par derrière en plein dos […], l’épieu traverse la poitrine et ressort. Puis il dit : « Vous avez pris un rude coup ! Charles, le roi Magne, vous laissa aux ports pour votre malheur. S’il nous a fait du mal, il n’a pas sujet de s’en louer : car, rien que sur vous, j’ai bien vengé les nôtres. »

CXLVI

Oliver sent que a mort est ferut.
Tient Halteclere, dunt li acer fut bruns,
Fiert Marganices sur l’elme a or, agut,
1955E flurs e cristaus en acraventet jus ;
Trenchet la teste d’ici qu’as denz menuz,
Brandist sun colp, si l’ad mort abatut,
E dist après : « Paien, mal aies tu !
Iço ne di que Karles n’i ait perdut.
1960Ne a muiler ne a dame qu’aies veüd
N’en vanteras el regne dunt tu fus
Vaillant a un dener que m’i aies tolut,
Ne fait damage ne de mei ne d’altrui. »
Après escriet Rollant qu’il li aiut. AOI.

CXLVI

Olivier sent qu’il est frappé à mort. Il tient Hauteclaire, dont l’acier est bruni. Il frappe Marganice sur le heaume aigu, tout doré. Il en fait sauter par terre les fleurons et les cristaux, lui fend la tête jusqu’aux dents de devant. Il secoue sa lame dans la plaie et l’abat mort. Il dit ensuite : « Païen, maudit sois-tu ! Je ne dis pas que Charles n’ait rien perdu ; du moins, tu n’iras pas, au royaume dont tu fus, te vanter à aucune femme, à aucune dame, de m’avoir pris un denier vaillant ni d’avoir fait tort soit à moi, soit à personne au monde. » Puis il appelle Roland pour qu’il l’aide.

CXLVII

1965Oliver sent qu’il est a mort nasfret.
De lui venger ja mais ne li ert sez.
En la grant presse or i fiert cume ber,
Trenchet cez hanstes e cez escuz buclers
E piez e poinz e seles e costez.
1970Ki lui veïst Sarrazins desmembrer,
Un mort sur altre geter,
De bon vassal li poüst remembrer.
L’enseigne Carle n’i volt mie ublier,
« Munjoie ! » escriet e haltement e cler,
1975Rollant apelet, sun ami e sun per :
« Sire cumpaign, a mei car vus justez !
A grant dulor ermes hoi desevrez. » AOI.

CXLVII

Olivier sent qu’il est blessé a mort. Jamais il ne se vengera tout son saoûl. Au plus épais de la masse, il frappe en vrai baron. Il taille en pièces épieux et boucliers, les pieds et les poings, les selles, les échines. Qui l’aurait vu démembrer les païens, jeter le mort sur le mort, pourrait se souvenir d’un bon chevalier. L’enseigne de Charles, il n’a garde de l’oublier : « Montjoie ! » crie-t-il, haut et clair. Il appelle Roland, son pair et ami : « Sire compagnon, venez vers moi, tout près ; à grande douleur, en ce jour, nous serons séparés. »

CXLVIII

Rollant reguardet Oliver al visage :
Teint fut e pers, desculuret e pale.
1980 Li sancs tuz clers par mi le cors li raiet,
Encuntre tere en cheent les esclaces.
« Deus ! » dist li quens, « or ne sai jo que face.
Sire cumpainz, mar fut vostre barnage !
Jamais n’iert hume ki tun cors cuntrevaillet.
1985E ! France dulce, cun hoi remendras guaste
De bons vassals, cunfundue e chaiete !
Li emperere en avrat grant damage. »
A icest mot sur sun cheval se pasmet. AOI.

CXLVIII

Roland regarde Olivier au visage : il le voit terni, blêmi, tout pâle, décoloré. Son sang coule clair au long de son corps ; sur la terre tombent les caillots. « Dieu ! » dit le comte, « je ne sais plus quoi faire. Sire compagnon, c’est grand’pitié de votre vaillance ! Jamais nul ne te vaudra. Ah ! France douce, comme tu resteras aujourd’hui dépeuplée de bons vassaux, humiliée et déchue ! L’empereur en aura grand dommage. » À ces mots, sur son cheval il se pâme.

CXLIX

As vus Rollant sur sun cheval pasmet
1990E Oliver ki est a mort naffret.
Tant ad seinet li oil li sunt trublet.
Ne loinz ne près ne poet vedeir si cler
Que reconoistre poisset nuls hom mortel.
Sun cumpaignun, cum il l’at encuntret,
1995Sil fiert amunt sur l’elme a or gemet,
Tut li detrenchet d’ici qu’al nasel ;
Mais en la teste ne l’ad mie adeset.
A icel colp l’ad Rollant reguardet,
Si li demandet dulcement e suef :
2000« Sire cumpain, faites le vos de gred ?
Ja est ço Rollant, ki tant vos soelt amer !
Par nule guise ne m’aviez desfiet ! »
Dist Oliver : « Or vos oi jo parler.
Jo ne vos vei, veied vus Damnedeu !

2005Ferut vos ai, car le me pardunez ! »
Rollant respunt : « Jo n’ai nient de mel.
Jol vos parduins ici e devant Deu. »
A icel mot l’un a l’altre ad clinet.
Par tel amur as les vus desevred.

CXLIX

Voilà sur son cheval Roland pâmé, et Olivier qui est blessé à mort. Il a tant saigné, ses yeux se sont troublés : il n’y voit plus assez clair pour reconnaître, loin ou près, homme qui vive. Comme il aborde son compagnon, il le frappe sur son heaume couvert d’or et de gemmes, qu’il fend tout jusqu’au nasal : mais il n’a pas atteint la tête. À ce coup Roland l’a regardé et lui demande doucement, par amour : « Sire compagnon, le faites-vous de votre gré ? C’est moi, Roland, celui qui vous aime tant ! Vous ne m’aviez porté aucun défi ! » Olivier dit : « Maintenant j’entends votre voix. Je ne vous vois pas : veuille le seigneur Dieu vous voir ! Je vous ai frappé, pardonnez-le moi. » Roland répond : « Je n’ai eu aucun mal. Je vous pardonne, ici et devant Dieu. » À ces mots l’un vers l’autre ils s’inclinèrent. C’est ainsi, à grand amour, qu’ils se sont séparés.

CL

2010Oliver sent que la mort mult l’angoisset.
Ansdous les oilz en la teste li turnent,
L’oïe pert e la veüe tute ;
Descent a piet, a la tere se culchet,
Durement en halt si recleimet sa culpe,
2015Cuntre le ciel ambesdous ses mains juintes,
Si priet Deu que pareïs li dunget
E beneïst Karlun e France dulce,
Sun cumpaignun Rollant sur tuz humes.
Falt li le coer, le helme li embrunchet,
2020Trestut le cors a la tere li justet.
Morz est li quens, que plus ne se demuret.
Rollant li ber le pluret, sil duluset ;
Jamais en tere n’orrez plus dolent hume.

CL

Olivier sent que la mort l’angoisse. Les deux yeux lui virent dans la tête, il perd l’ouïe et tout à fait la vue. Il descend à pied, se couche contre terre. À haute voix il dit sa coulpe, les deux mains jointes et levées vers le ciel, et prie Dieu qu’il lui donne le paradis et qu’il bénisse Charles et douce France et, par-dessus tous les hommes, Roland, son compagnon. Le cœur lui manque, son heaume retombe, tout son corps s’affaisse contre terre. Le comte est mort, il n’a pas fait plus longue demeure ; le preux Roland le pleure et gémit. Jamais vous n’entendrez sur terre un homme plus douloureux.


◄  laisses 51 à 100. Présentation bilingue laisses 151 à 200.  ►