La Chanson française du XVe au XXe siècle/Chanson chantée au ballet du Triomphe de Pallas

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Cette Anne si belle.

La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre (p. 96).


CHANSON CHANTÉE AU BALLET
DU TRIOMPHE DE PALLAS[1]

1615


Cette Anne si belle,
Qu’on vante si fort,
Pourquoi ne vient-elle ?
Vraiment elle a tort.

Son Louis soupire
Après ses appas ;
Que veut-elle dire
De ne venir pas ?

S’il ne la possède
Il s’en va mourir ;
Donnons-y remède,
Allons la querir.

Assemblons, Marie,
Ses yeux à vos yeux :
Notre bergerie
N’en vaudra que mieux.

Hâtons le voyage ;
Le siècle doré
En ce mariage
Nous est assuré.


Malherbe.


CETTE ANNE SI BELLE…

Paroles de Malherbe.

Musique de Guédron (1615).



\relative c'' {
  \clef treble
  \key c \major
  \time 3/4
  \tempo "Sans traîner."
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \autoBeamOff
c2 g4 | a g2 | e d4
e4. (f8) g4 | g fis2 | g2 r4 \bar ":|."
d'2 e4 | c2 d4 | b a2
b2 c4 | c d2 | c r4 \bar ":|."
}

\addlyrics {
Cette Ann -- e si bel -- le,
Qu’on van -- te si fort,
Pour -- quoi ne vient- el -- "le ?"
Vrai -- ment elle a tort.
}

\layout {
  indent = #0
  line-width = #120
  \context {
    \Score
    \remove "Bar_number_engraver"
  }
}



  1. À l’occasion du mariage de Louis XIII avec Anne d’Autriche. — Voir la musique au supplément.