La Cité de Carcassonne/éd. 1888/Église Saint-Nazaire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie des imprimeries réunies (p. 77-81).


ÉGLISE DE SAINT-NAZAIRE.
ANCIENNE CATHÉDRALE.

Cette église se compose d’une nef dont la construction remonte à la fin du xie siècle ou au commencement du xiie, et d’un transept avec abside et chapelles, datant du commencement du xive siècle.

Nous n’entreprendrons pas une discussion sur les édifices qui ont pu précéder l’église que nous voyons aujourd’hui, et dont les parties les plus anciennes ne remontent pas au delà de l’année 1090. Nous n’essayerons pas davantage de pénétrer les motifs qui firent reconstruire le sanctuaire, le transept et les chapelles au commencement du xive siècle, les documents historiques faisant absolument défaut. Mais, ce qui est certain, c’est que ces constructions du xive siècle ont été relevées sur les fondations romanes retrouvées partout, et notamment dans la crypte du xie siècle que nous avons découverte sous le sanctuaire, en 1857, et qui fut alors déblayée. Seules, les voûtes de cette crypte avaient été détruites pour abaisser le sol de ce sanctuaire au xive siècle. Elles ont été remplacées par un plafond de pierre qui laisse apercevoir les anciennes piles et les murs percés de petites baies.

La nef romane présente une disposition qui a été adoptée assez fréquemment dans les églises provençales et du bas Languedoc. La voûte centrale, en berceau avec arcs-doubleaux, est contre-butée par les voûtes également en berceau, couvrant les collatéraux très-étroits. Cette nef n’est donc éclairée que par les fenêtres des murs latéraux. Une porte plein cintre, datant du commencement du xiie siècle, s’ouvre dans le bas-côté nord ; car autrefois la façade occidentale de la nef, ainsi que nous l’avons dit précédemment, était voisine des remparts et contribuait à leur défense. Sa base était seulement percée d’une très-petite porte qui s’ouvrait dans un couloir dont on aperçoit les amorces.

Vers 1260 fut accolée au flanc sud du transept roman, une chapelle dont le sol est au niveau du pavé de l’ancien cloître, c’est-à-dire à 2 mètres environ au-dessous du sol de l’église. Cette chapelle renferme le tombeau de l’évêque Radulphe, dont l’inscription donne la date de 1266, comme étant celle de la mort du prélat. C’est sur les instances de cet évêque que les habitants des faubourgs de la cité, proscrits à la suite du siège entrepris par le vicomte Raymond de Trincavel, furent autorisés à rebâtir leur ville de l’autre côté de l’Aude. Ce tombeau est un monument fort intéressant, bien que la figure du personnage, traitée en bas-relief, soit médiocre ; le simulacre du sarcophage qui la porte donne une série de figurines d’une conservation parfaite, représentant les chanoines de la cathédrale dans leur costume de chœur. Ce soubassement est intact, car le sol de la chapelle ayant été relevé au niveau de celui du transept, les parties inférieures du monument sont restées enterrées pendant des siècles et ont été ainsi préservées des mutilations. Le chœur, le transept et les chapelles ont été élevés sous l’épiscopat de Pierre de Roquefort, de 1300 à 1320. Le plan roman a été suivi dans la construction de cette partie de l’église, et c’est pourquoi les deux bras de ce transept présentent une disposition originale qui appartient seulement à quelques édifices de l’école romane du Midi, antérieure au xiiie siècle.

En effet, sur chacun de ces bras de la croix s’ouvrent trois chapelles orientées, séparées seulement par des claires-voies au-dessus d’une arcature de soubassement aveugle. Quatre des piliers qui forment la séparation de ces chapelles sont cylindriques comme pour rappeler ceux de la nef du xiie siècle.

L’évêque Pierre de Roquefort sembla vouloir faire de sa cathédrale de Saint-Nazaire, si modeste comme étendue, un chef-d’œuvre d’élégance et de richesse. Contrairement à ce que nous voyons à Narbonne, où la sculpture fait complètement défaut, l’ornementation est prodiguée dans l’église de Saint-Nazaire. Les verrières, immenses et nombreuses (car ce chevet et ce transept semblent une véritable lanterne), sont de la plus grande magnificence comme composition et couleur. Le sanctuaire, dont les piliers sont décorés des statues des Apôtres, était entièrement peint. Les deux chapelles latérales de l’extrémité de la nef, au nord et au sud, ne furent probablement élevées qu’après la mort de Pierre de Roquefort, car elles ne se relient point au transept comme construction, et, dans l’une d’elles, celle du nord, est placé, non pas après coup, le tombeau de cet évêque, l’un des plus gracieux monuments du xive siècle que nous connaissions.

Les grands vents du sud-est et de l’ouest qui règnent à Carcassonne avaient fait ouvrir la porte principale sur le flanc nord de la nef romane ; une autre porte est percée dans le pignon du bras de croix nord ; et dans l’angle de ce bras de croix est un joli escalier en forme de tourelle saillante. Des deux côtés du sanctuaire, entre les contre-forts, sont disposés deux petits sacraires qui ne s’élèvent que jusqu’au-dessous de l’appui des fenêtres. Ces sacraires sont munis d’armoires doubles, fortement ferrées et prises aux dépens de l’épaisseur des murs. Ils servaient de trésors, car il était l’usage de placer, des deux côtés du maître autel des églises abbatiales ou cathédrales, des armoires destinées à renfermer les vases sacrés, les reliquaires et tous les objets précieux.

Outre les tombeaux des évêques Radulphe et Pierre de Roquefort on voit, sur les parois du sanctuaire, côté de l’évangile, un beau tombeau en albâtre d’un évêque dont la statue est couchée sur un sarcophage et que l’on dit être Simon Vigor, archevêque de Narbonne, mort à Carcassonne en 1575. Ce tombeau et la statue datant du xive siècle ne peuvent, par conséquent, être attribués à ce prélat. Nous signalerons une autre erreur. On a placé dans l’église de Saint-Nazaire une dalle funéraire que l’on donne comme ayant appartenu au tombeau du fameux Simon de Montfort. D’abord le tombeau de Simon de Montfort fut élevé près de Montfort-l’Amaury, dans l’église de l’abbaye des Hautes-Bruyères, et, s’il y eut jamais à Carcassonne un monument dressé à sa mémoire, après la levée du siége de Toulouse, ce ne pourrait être une dalle funéraire. Puis la gravure de cette dalle, l’inscription, sont tracées par un faussaire ignorant et inhabile. Toutefois, cette dalle ayant été retrouvée, dit-on, sans qu’on ait su exactement où et comment, et donnée à l’église de Saint-Nazaire, nous n’avons pas cru devoir la rejeter.

On voit, incrusté dans la muraille de la chapelle de droite, un fragment d’un bas-relief d’un intérêt plus sérieux en ce qu’il présente l’attaque d’une place forte. Ce fragment, quoique d’un travail très-grossier, date de la première moitié du xiiie siècle. L’assaillant essaye de forcer les lices d’une ville entourée de murailles, et les assiégés font jouer un mangonneau. On a cru voir dans ce bas-relief une représentation de la mort de Simon de Montfort, tué devant les murs de Toulouse par la pierre d’un engin servi par des femmes, sur la place de Saint-Sernin. L’hypothèse n’a rien d’invraisemblable, ce bas-relief datant de l’époque de ce siège, et des anges enlevant dans les airs l’âme d’un personnage, sous la forme humaine, qui peut bien être celle de Simon de Montfort.

Parmi les plus belles verrières qui décorent les fenêtres de la cathédrale de Saint-Nazaire, il faut citer celle de la première chapelle près du sanctuaire, côté de l’épître, et qui représente le Christ en croix, avec la tentation d’Adam, des prophètes tenant des phylactères sur lesquels sont écrites les prophéties relatives à la venue et à la mort du Messie. Ce vitrail, comme entente de l’harmonie des tons, est un des plus remarquables du xive siècle. Toutes les autres verrières à sujets légendaires datent de cette époque. Mais dans le sanctuaire, il existe deux fenêtres garnies, au xvie siècle, de vitraux d’une grande valeur qui appartiennent à la belle école toulousaine de la Renaissance. Les grisailles sont modernes et ont été fabriquées à l’aide des fragments anciens qui existaient encore. Les vitraux des deux roses et des deux chapelles de la nef sont anciens et ont été simplement restaurés avec le plus grand soin.

La sacristie, jointe à la chapelle de l’évêque Radulphe, a été construite en même temps que cette chapelle, puis réparée au xve siècle.