100%.svg

La Contenance de la table

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


La Contenance de la table
Texte en moyen français
XIVe ou XVe siècle

La Contenance de la table1.jpg



Se tu veulz estre bien courtois,
Gardes ces reigles en francois.

Assès souvent tes ongles roingne,
Longs ongles font venir la roingne.

De tes ongles oste l’ordure,
Les avoir ors est grant laidure.

Lave tes mains devant disner
Et aussy quant vouldras soupper.

Aincois fais benedicite
Que prennes ta necessité.

Seoir te peulz sans contredit
Au lieu ou l’oste ce te dit.

Du pain, du vin tu dois peu prendre
S’autre vïande doibs actendre.

Le morsel mis hors de ta bouche
A ton vaissel plus ne le touche.

Ton morsel ne touche a saliere,
Car ce n’est pas belle maniere.

Boy sobrement a toute feste,
A ce que n’affolles ta teste.

Entre boire et ton vin tenir
Ne veulles long plait maintenir.

Se tu fais souppes en ton verre,
Boy le vin ou le gette a terre.

Ne boy pas la bouche baveuse,
Car la costume en est honteuse.

Se tu te veulx faire valoir,
Sobre parler tu dois avoir.

Il est conseillé en la Bible
Entre les gens estre paisible.

Ne parles point la bouche pleine,
Car c’est laide chose et vileine.

Après moustre toy liez tous diz ;
Ne habunde trop en vain dits.

S’on oste le plat devant toy,
N’en faiz compte et t’en tais coy.

De ta touaille ne faiz corde,
Honnesteté ne s’y accorde.

En plain disner ou en la fin,
N’efforce l’oste de son vin.

Et ne rempliz pas si ta pance
Qu’en toy n’ait belle contenance.

Ne faiz pas ton morsel conduire
A ton coustel qui te peult nuyre.

S’entour toy a de gens grans roucte,
Garde que ton ventre ne roupte.

Regarde a la table et escoute,
Et ne te tiens pas sur ton coulte.

Ne touche ton nez a main nue
Dont ta vïande est tenue.

Ne torche de nappe tes dens
Et si ne la més point dedens.

Ne offre a nully, se tu es saige,
Le demourant de ton potaige.

Tiens devant toy le tablier net ;
En ung vaissel ton relief met.

Tiens toy nettement et regarde
Comment a toy chacun prent garde.

Ne mouche hault ton nez a table,
Car c’est ung fait peu aggreable.

Ne frotte tes mains ne tes bras,
L’un a l’autre, ne a tes draps.

Oultre la table ne crache point ;
Je te diz que c’est ung lait point.

Ne furge tes dens de la pointe
De ton coustel, je le t’apointe.

Se on met lettres en ta main,
Mès les tantost dedens ton sein.

Garde toy bien de conseiller
A table, ne de sommeiller.

Se tu es servy de froumage,
Si en prens pou, non a oultraige.

Et se tue es servy de nois,
N’en mengeüe que deux ou troys.

S’on sert de fruit devant lever,
N’en mengeue point sans le laver.

Quant ta bouche tu laveras,
Ou bacin point ne cracheras.

Quant tu rendras grace a Dieu,
Sy te tiens en ton propre lieu.

N’oublie pas les trespassez
Qui de ce monde sont passez.

A ton hoste dois mercy rendre,
De t’en aler dois congié prendre.

Se on te fait après graces,
Soit en hanap, ou verre, ou tasses,

Laisse premier boire ton hoste
Et boy après quant on lui oste.

Après peulx dire a haulte voix :
A Dieu vous commans, je m’en vois.

Qui a ces ditz bien pensera,
A table plus saige en sera.

De seoir a table n’est digne
Qui d’aucun bien ne porte signe.