La Figure de proue/À Djidjelli

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Fasquelle (p. 216).

À Djidjelli

À Djidjelli, nous ouvrions nos yeux heureux
Sur cette allée au clair de lune où les platanes
Avaient leur ombre exacte et noire devant eux.
Et, sentant rire en nous nos âmes de sultanes
D’Occident, dans la nuit illuminée où tout
Se taisait jusqu’au bruit même de la mer proche,
Nous étions sans désir d’ailleurs et sans reproche…
— Un peu de nuit, un peu de joie. Et c’était tout.