La Figure de proue/Coquelicots

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Fasquelle (p. 68).

Coquelicots

Seule, je parcourais la colline punique
Et féroce, où guettaient encore des échos,
M’épouvantant de voir, le long des champs tragiques,
        Ces mares de coquelicots.

De si vastes, profonds, écarlates espaces,
        Nul n’en a jamais vu. Par places,
C’était, dans l’herbe haute où je me promenais,
Comme si, largement, les ruines saignaient…

        — Serait-ce que la Souvenance
À travers cette terre où plus rien n’est vivant,
Incita le hasard vagabond et le vent
À ces semailles-ci qui demandent vengeance ?