La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle/Planche 63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Geology and Mineralogy considered with reference to Natural Theology, plate 63.png


Planche 63, t. I, p. 442[1].


Fig. 1. Pandanus moderne, de l’Amérique méridionale, d’une hauteur de 20 pieds, avec ses fruits. (Mirbel.)
Fig. 2. Fruit fossile du Podocarya, de Poolite inférieure près de Charmouth, comté de Dorset. Une grande partie de la surface est recouverte d’unépicarpeétoilé. Lessommetsde plusieursgraines apparaissent dans les endroits (e) où l’épicarpe manque. (Figure originale.)
Fig. 3. Revers de la fig. 2, montrant les graines placées dans les cellules simples (b) autour de la circonférence du fruit. Ces graines sont fixées sur un amas de pédoncules composés de longues fibres qui se terminent au réceptacle (r) ; la surface du réceptacle est garnie de petits disques sur lesquels les pédoncules prennent leur origine. (Figure originale.)
Fig. 4. Base du même fruit montrant la section transversale du réceptacle (r), et les sommets de plusieurs cellules avortées sur le côté gauche du réceptacle. (Figure originale.)
Fig. 5. Graine isolée de Podocarya convertie en carbonate de chaux. Grand. nat. (Figure originale.)
Fig. 6. La même graine grossie.
Fig. 7. Section transversale d’une graine grossie. On voit, près du centre f deux croissans d’une couleur plus sombre que les autres parties. Voyez fig. 8 et le milieu de la fig. 10. (Original.)
Fig. 8. Portion amplifiée de la fig. 3, montrant un stigmate desséché au centre de chaque tubercule hexagonal. Au dessous de ces tubercules il y a une section longitudinale des cellules simples (b), chacune contenant une graine (f) ; et en avant de ces cellules se voient les bases creuses d’autres cellules (e, e) dont les graines ont été enlevées. (Figure originale.)
Fig. 9. Autre portion amplifiée montrant les sommets de plusieurs graines (e) dont l’épicarpe a été enlevé. (Figure originale.)
Fig. 10. Autre portion amplifiée montrant, en abc, les mêmes parties que dans la fig. 8, mais plus distinctement, et en d la portion supérieure des pédicelles fibreux en même temps que les bases des cellules, c. (Figure originale.)
Fig. 11. Sommet d’un des drupes ou groupes de cellules, dans lesquelles se divise le fruit du Pandanus moderne, montrant une disposition hexagonale dans les tubercules, dont chacun offre à son centre des restes de stigmate comme dans le Podocarya. Voyez fig. 16, 17. (Original.)
Fig. 12. Extérieur d’un péricarpe simple du Pandanus odoratissimus. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)
Fig. 13. Section d’un drupe de Pandanus odoratissimus. La cellule centrale contenant une graine est placée entre deux cellules avortées. Au sommet de ce drupe (a) se trouve un stigmate flétri. — Roxborough, Coromandel, pl. 96.
Fig. 14 et 15. Section d’un drupe du Pandanus odoratissimus, montrant les graines dans les cellules fertiles d’une noix très dure. Au dessous de cette noii est une masse defibres rigides comme il y en a autour des graines du Podocarya. (Jacquin.)
Fig. 16. Sommet du tubercule hexagonal du sommet d’une cellule du Pandanus humilis, avec un stigmate desséchéau centre. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)
Fig. 17. Vue latérale d’un autre tubercule de la même espèce. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)



  1. Explication des lettres de renvoi.

    a tubercules étoiles dont chacun couvre le sommet d’une graine simple.

    b section des cellules qui renferment les graines.

    c bases des cellules d’où sont tombées les graines.

    d pédicelles fibreux entre la graine et le réceptacle.

    e pointes des graines non couvertes.

    f section transversale des graines.