La Grande Révolution/IV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

P.-V. Stock (p. 21-25).

IV

LE PEUPLE AVANT LA RÉVOLUTION


Il serait inutile de s’arrêter ici pour décrire longuement l’existence des paysans dans les campagnes et des classes pauvres dans les villes, à la veille de 1789. Tous les historiens de la grande Révolution ont consacré des pages très éloquentes à ce sujet. Le peuple gémissait sous le fardeau des impôts prélevés par l’État, des redevances payées au seigneur, des dîmes perçues par le clergé, ainsi que des corvées imposées par tous les trois. Des populations entières étaient réduites à la mendicité et parcouraient les routes au nombre de cinq, dix, vingt mille hommes, femmes et enfants dans chaque province : onze cent mille mendiants sont constatés officiellement en 1777. Dans les villages, la famine était passée à l’état chronique ; elle revenait à de courts intervalles, elle décimait des provinces entières. Les paysans fuyaient alors en masse leurs provinces, dans l’espoir, bientôt trompé, de trouver de meilleures conditions ailleurs. En même temps, dans les villes, la multitude des pauvres grandissait d’année en année. Continuellement on y voyait le pain manquer : et comme les municipalités se trouvaient incapables d’approvisionner les marchés, les émeutes de la faim, toujours suivies de tueries, devenaient un trait permanent dans la vie du royaume.

D’autre part, on avait cette aristocratie raffinée du dix-huitième siècle, dépensant en un luxe effréné, absurde, des fortunes colossales — des centaines de mille et des millions de francs de revenu par an. Devant la vie qu’ils menaient, un Taine peut aujourd’hui s’extasier parce qu’il ne la connaît que de loin, à cent ans de distance, par les livres ; mais en réalité elle cachait, sous des extérieurs réglés par le maître de danse et derrière une dissipation tapageuse, la sensualité la plus crue, l’absence de tout intérêt, de toute pensée et même de simples sentiments humains. Par conséquent, l’ennui grattait à chaque instant aux portes de ces riches, et ils essayaient contre lui, vainement, bien entendu, tous les moyens, jusqu’aux plus futiles, jusqu’aux plus enfantins. On a bien vu, d’ailleurs, ce que valait cette aristocratie lorsque la Révolution éclata, et que les aristocrates, peu soucieux de défendre « leur » roi et « leur » reine, s’empressèrent d’émigrer et d’appeler à leur secours l’invasion étrangère, afin de les protéger contre le peuple révolté. On a pu juger de leur valeur et de leur «noblesse» de caractère dans les colonies d’émigrés qui se formaient à Coblentz, à Bruxelles, à Mitau…

Ces extrêmes de luxe et de misère, si fréquents au dix-huitième siècle, ont été admirablement décrits par chacun des historiens de la Grande Révolution. Mais il faut y ajouter un trait, dont l’importance ressort surtout quand on étudie les conditions actuelles des paysans en Russie, à la veille de la grande Révolution russe.

La misère de la grande masse des paysans français était assurément affreuse. Elle avait été en s’aggravant, sans cesse, depuis le règne de Louis XIV, à mesure que les dépenses de l’État grandissaient, et que le luxe des seigneurs se raffinait, prenant ce caractère d’extravagance dont nous parlent si bien certains mémoires de l’époque. Ce qui contribuait surtout à rendre insupportables les exactions des seigneurs, c’est qu’une grande partie de la noblesse, ruinée, en réalité, mais cachant sa pauvreté sous des apparences de luxe, s’acharnait à arracher aux paysans le plus de revenus possible, exigeant d’eux jusqu’aux moindres paiements et redevances en nature établis autrefois par la coutume, et les traitant, par l’intermédiaire d’intendants, avec toute la rigueur de simples brocanteurs. L’appauvrissement de la noblesse avait fait des nobles, dans leurs rapports avec leurs ex-serfs, des bourgeois avides d’argent, mais incapables de trouver d’autres sources de revenu que dans l’exploitation des anciens privilèges, restes de l’époque féodale. C’est pourquoi l’on trouve, dans un certain nombre de documents, des traces incontestables d’une recrudescence des exactions des seigneurs, durant les quinze années du règne de Louis XVI qui précédèrent 1789.

Mais si les historiens de la grande Révolution ont raison de dessiner des tableaux très sombres de la condition des paysans, il serait faux de conclure que les autres historiens (comme Tocqueville, par exemple), qui parlent d’amélioration des conditions dans les campagnes, dans ces mêmes années précédant la Révolution, ne soient pas dans le vrai. Le fait est qu’un double phénomène s’accomplissait alors dans les villages : l’appauvrissement en masse des paysans et l’amélioration du sort de quelques-uns d’entre eux. On le voit très bien aujourd’hui, en Russie, depuis l’abolition du servage.

La masse des paysans s’appauvrissait. D’année en année, leur existence devenait de plus en plus incertaine ; la moindre sécheresse engendrait la disette et la famine. Mais une classe nouvelle, de paysans un peu plus aisés et ambitieux, se constituait en même temps — surtout là où la décomposition des fortunes nobiliaires s’était accomplie plus rapidement. Le bourgeois du village, le campagnard embourgeoisé faisait son apparition, et c’est lui qui, aux approches de la Révolution, fut le premier à parler contre les droits féodaux et à en demander l’abolition. Ce fut lui qui, pendant les quatre ou cinq années que dura la Révolution, exigea avec ténacité l’abolition des droits féodaux sans rachat, — c’est-à-dire la confiscation des biens et le morcellement des biens confisqués. Ce fut lui, enfin, qui s’acharna le plus, en 1793, contre les « ci-devant », les ex-nobles, les ex-seigneurs.

Pour le moment, aux approches de la Révolution, c’est avec lui, ce paysan, devenu notable dans son village, que l’espoir entra dans les cœurs et que mûrit l’esprit de révolte.

Les traces de ce réveil sont évidentes, car depuis 1786, les révoltes devenaient de plus en plus fréquentes. Et il faut dire que si le désespoir de la misère poussait le peuple à l’émeute, c’était l’espérance d’obtenir quelque soulagement qui le menait à la révolution.

Comme toutes les révolutions, celle de 1789 fut amenée par l’espoir d’arriver à certains résultats importants.