100%.png

La Négresse blonde (recueil)/Andromaque

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Négresse blondeA. Messein (p. 91-94).
◄  Iphigénie
Bérénice  ►


ANDROMAQUE


…il n’ira jamais plus loin qu’Andromaque.
Mme de Sévigné.


Ayant mis sa culotte neuve,
ses gants blancs et son frac aussi,
Pyrrhus vient chez madame veuve
Andromaque et lui dit ceci :

— « Madame, je suis ce qu’on nomme,
« en tous lieux, un parti charmant :
« poli, rangé, doux, économe,
« sobre, assez bien physiquement ;

« bachelier, très homme du monde,
« en mes propos, toujours décent ;
« ma fortune ? solide et ronde :
« toute immeubles et trois pour cent ;


« on vante mes façons amènes ;
« très propre, jamais un faux-col
« ne me fait plus de trois semaines ;
« pas joueur, et quant à l’alcool,

« je n’aime que la camomille !
« chacun sait (dans le monde entier)
« que je suis de bonne famille
« et de plus roi, de mon métier,

« prince de toutes les Epires,
« ville, champs, banlieue et faubourg :
« eh ! eh ! mon sort n’est pas des pires
« (excusez ce vieux calembourg !)

« Dans ces conditions, madame,
« j’ose demander votre main :
« vous me l’accordez ? Oui ? Bédame !
« sans attendre jusqu’à demain

« et sans chercher plus de mystère,
« voulez-vous accepter mon bras
« et nous trotter chez mon notaire
« pour signer nos petits contrats ?


« Nous serons un couple modèle :
« mais ne me faites pas cocu,
« ou mordieu ! petite infidèle,
« nous saurons vous botter le cul ! »

Alors, roulant des yeux d’hyène,
comme prise d’un vertigo,
« Jour de Dieu », rugit la Troyenne,
« oser me parler conjungo,

« à moi, la veuve inconsolable
« d’Hector ce héros des héros
« près de qui (ce n’est une fable !)
« tous les héros sont des zéros ;

« et qu’un jour, les marchands de cartes,
« nommeront valet de carreau !
« Eh mais ! je crois que tu t’écartes
« du respect ! T’épouser, maraud !

« L’ami, pour couver cette idée,
« c’est-il pas que vous êtes bu ?
« Vous ne m’avez pas regardée ?
« Merdre ! » dirait le père Ubu ! »


« — Ah ! » reprend Pyrrhus en colère,
« oui-da ! la belle, c’est ainsi !
« Vous m’envoyez faire lanlaire,
« carogne, eh bien ! oyez ceci :

« Vous avez un môme, un bel ange,
« que jusqu’ici j’ai supporté,
« bien qu’il piaille, gâte son lange
« et pisse avec fétidité ;

« eh bien ! vous, madame sa mère,
« — écoutez bien encore un coup ! —
« suivez-moi chez monsieur le maire,
« ou, demain, je lui tords le cou !… »

Mais, ici, ma foi, ça s’embrouille
(justement, c’était le plus beau !)
attendez… la dame a la trouille…
et va… consulter un tombeau…

Hermione… Pylade… Oreste…
fureurs… et zut ! achetez sous
l’Odéon pour savoir le reste,
un Racine à trente-cinq sous !…