100%.png

La Négresse blonde (recueil)/Les poissons mélomanes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LES POISSONS MÉLOMANES


car la musique est douce
Fait l’âme harmonieuse et, comme un divin chœur,
Éveille mille voix qui chantent dans le cœur !

V. H.


Musica me juvat ou delectat
(Lhomond, Grammaire latine.)


                        Les pianos
                        des casinos
                        aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer,
car — (tous les érudits le savent, de nos jours)
ils sont muets, c’est vrai, mais ils ne sont pas sourds !
 
                Tout d’abord ils s’étonnent ;
                roulant des yeux peureux :
                — « Peut-être bien qu’il tonne ? »,
                songent-ils à part eux. —


                Mais vite ils se rassurent
                        et voyant que
                nul éclair ne fulgure
                ils battent la mesure
                        avec leur queue !

                Les sardinettes réjouies
                pour ouïr ouvrant leurs ouïes
                        dansent la ronde,
                        toute la nuit.
                        Un grondin gronde :
                — « Allez dormir avec ce bruit
Mais les bars indulgents sourient à cette danse
                        et jugeant que
ce sont jeux innocents ils marquent la cadence
                        avec leur queue !

                        Les pianos
                        des casinos
                        aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer !
                        Sonate en
                        (mi, fa, sol, ré)
                plus d’une jeune raie

                langoureuse voudrait
                être au moment du frai
                car elle se sent l’âme
                pleine d’épithalames !
                        Romance en sol
                        do, mi, fa, sol :
                (la Romance du saule)
                plus d’une jeune sole
                pose pour doña Sol,
                        cependant que
                les maquereaux galants
                et les petits merlans
                doux et dolents
                admirent sa tournure,
                et marquent la mesure
                        avec leur queue ?

                        Les pianos
                        des casinos
                        aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer !
                        Digue don, don !
                        c’est Offenbach !
                        digue dondaine !

                        et non plus Bach !
                        Joyeux, bon prince,
                        levant la pince,
                        le homard pince
                        un rigodon !
                        Digue dondaine !
                        Digue don, don !
mais — horreur ! — n’est-ce pas un air de l’Africaine ?
                saisi d’un tremblement
convulsif le homard songe à l’Américaine
                affreux pressentiment !
                Mais vite il se rassure
                        et jugeant que
les pêcheurs sont couchés ils marquent la mesure
                        avec leur queue

                        Les pianos
                        des casinos
                        aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer !…
                et puis lorsque l’automne
                ferme les casinos
ah ! les pauvres poissons trouvent bien monotones
                les nuits sans pianos…

                et dans leur souvenance
                cherchant un air qui fuit
                ils nagent en cadence
                mais pleins d’ennui !