La Patrie (Sully Prudhomme)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres de Sully Prudhomme, Poésies 1866-1872Alphonse LemerrePoésies 1866-1872 (p. 50).
◄  Homo sum
Un Songe  ►


LA PATRIE


 
Viens, ne marche pas seul dans un jaloux sentier,
Mais suis les grands chemins que l’humanité foule ;
Les hommes ne sont forts, bons et justes, qu’enfouie
Ils s’achèvent ensemble, aucun d’eux n’est entier.

Malgré toi tous les morts t’ont fait leur héritier ;
La patrie a jeté le plus fier dans son moule,
Et son nom fait toujours monter comme une houle
De la poitrine aux yeux l’enthousiasme altier !

Viens, il passe au forum un immense zéphyre ;
Viens, l’héroïsme épars dans l’air qu’on y respire
Secoue utilement les moroses langueurs.

Laisse à travers ton luth souffler le vent des âmes,
Et tes vers flotteront comme des oriflammes
Et comme des tambours sonneront dans les cœurs.