La Princesse de Babylone/Chapitre XV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Princesse de BabyloneGarniertome 21 (p. 406-408).
◄  Chap. XIV.
Chap. XVI.  ►


CHAPITRE XV.

FORMOSANTE, SUIVANT TOUJOURS SON AMANT, MANQUE DE L’ATTEINDRE CHEZ LES BATAVES. ELLE VEUT PASSER, APRÈS LUI, DANS L’ÎLE D’ALBION ; MAIS MALHEUREUSEMENT DES VENTS CONTRAIRES LA RETIENNENT AU PORT.


Amazan arriva chez les Bataves ; son cœur éprouva dans son chagrin une douce satisfaction d’y retrouver quelque faible image du pays des heureux Gangarides ; la liberté, l’égalité, la propreté, l’abondance, la tolérance ; mais les dames du pays étaient si froides qu’aucune ne lui fit d’avances comme on lui en avait fait partout ailleurs ; il n’eut pas la peine de résister. S’il avait voulu attaquer ces dames, il les aurait toutes subjuguées l’une après l’autre, sans être aimé d’aucune ; mais il était bien éloigné de songer à faire des conquêtes.

Formosante fut sur le point de l’attraper chez cette nation insipide : il ne s’en fallut que d’un moment.

Amazan avait entendu parler chez les Bataves avec tant d’éloges d’une certaine île, nommée Albion, qu’il s’était déterminé à s’embarquer, lui et ses licornes, sur un vaisseau qui, par un vent d’orient favorable, l’avait porté en quatre heures au rivage de cette terre plus célèbre que Tyr et que l’île Atlantide.

La belle Formosante, qui l’avait suivi au bord de la Duina, de la Vistule, de l’Elbe, du Véser, arrive enfin aux bouches du Rhin, qui portait alors ses eaux rapides dans la mer Germanique.

Elle apprend que son cher amant a vogué aux côtes d’Albion ; elle croit voir son vaisseau ; elle pousse des cris de joie dont toutes les dames bataves furent surprises, n’imaginant pas qu’un jeune homme pût causer tant de joie ; et à l’égard du phénix, elles n’en firent pas grand cas, parce qu’elles jugèrent que ses plumes ne pourraient probablement se vendre aussi bien que celles des canards et des oisons de leurs marais. La princesse de Babylone loua ou nolisa deux vaisseaux pour la transporter avec tout son monde dans cette bienheureuse île, qui allait posséder l’unique objet de tous ses désirs, l’âme de sa vie, le dieu de son cœur.

Un vent funeste d’occident s’éleva tout à coup dans le moment même où le fidèle et malheureux Amazan mettait pied à terre en Albion : les vaisseaux de la princesse de Babylone ne purent démarrer. Un serrement de cœur, une douleur amère, une mélancolie profonde, saisirent Formosante : elle se mit au lit, dans sa douleur, en attendant que le vent changeât ; mais il souffla huit jours entiers avec une violence désespérante. La princesse, pendant ce siècle de huit jours, se faisait lire par Irla des romans : ce n’est pas que les Bataves en sussent faire ; mais, comme ils étaient les facteurs de l’univers, ils vendaient l’esprit des autres nations ainsi que leurs denrées. La princesse fit acheter chez Marc-Michel Rey[1] tous les contes que l’on avait écrits chez les Ausoniens et chez les Welches[2], et dont le débit était défendu sagement chez ces peuples pour enrichir les Bataves ; elle espérait qu’elle trouverait dans ces histoires quelque aventure qui ressemblerait à la sienne, et qui charmerait sa douleur. Irla lisait, le phénix disait son avis, et la princesse ne trouvait rien dans la Paysanne parvenue, ni dans Tansaï, ni dans le Sofa, ni dans les Quatre Facardins[3], qui eût le moindre rapport à ses aventures ; elle interrompait à tout moment la lecture pour demander de quel côté venait le vent.

  1. Librairie d’Amsterdam.
  2. En Italie et en France.
  3. Dans l’édition de 1768 avec sommaires, au lieu de ces mots : ni dans les Quatre Facardins, on lit : ni dans Candide. Cette variante est-elle un épigramme d’un ennemi de Voltaire ? est-ce une plaisanterie de Voltaire pour donner l’idée qu’il n’était pas l’auteur de la Princesse de Babylone ? Je n’ose prononcer. (B.) — La Paysanne parvenue est du chevalier de Mouhy ; Tansaï et le Sofa sont de Crébillon fils, et Hamilton est auteur des Quatre Facardins.