La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle/V/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  I.
VI  ►

II


L’œuvre de Tolstoï est une des plus touffues qu’on puisse imaginer. Tour à tour romancier, philosophe, moraliste, l’apôtre de Iasnaïa-Poliana touche à tous les sujets. Par ses images, sensations, sentiments, impressions, analyses, il éveille l’idée de l’Infini.

On aperçoit dans l’œuvre de Tolstoï, comme dans un songe, confondus entre eux, sans être rattachés l’un à l’autre d’une manière apparente ni même sortis entièrement de l’informe ou de l’imprécis, les éléments les plus divers : conceptions philosophiques, morale de la pitié, paraboles bibliques et slaves, austérité ascétique, socialisme révolutionnaire, anarchie intellectuelle. L’esprit de Tolstoï fut hanté — de tout temps — de rêveries philosophiques, car l’auteur d’Anna Karénine est un philosophe autant qu’un romancier, c’est-à-dire un homme voué à la recherche de l’éternelle vérité, tout autant qu’un poète et un artiste. II est romancier-philosophe, il est aussi philosophe-prophète, prophète de l’ancienne religion, de la religion des prophètes, et prophète d’une nouvelle religion, la religion de la justice et de la solidarité sociales.

L’étude de la philosophie proprement dite de Tolstoï sortant des cadres de cet ouvrage[1], nous ne nous occuperons ici que de ses romans. Notre tâche est complexe. Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/265 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/266 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/267 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/268 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/269 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/270 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/271 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/272 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/273 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/274 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/275 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/276 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/277 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/278 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/279 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/280 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/281 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/282 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/283 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/284 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/285 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/286 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/287 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/288 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/289 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/290 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/291 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/292 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/293 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/294 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/295 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/296 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/297 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/298 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/299 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/300 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/301 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/302 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/303 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/304 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/305 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/306 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/307 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/308 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/309 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/310 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/311 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/312 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/313 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/314 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/315 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/316 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/317 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/318 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/319 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/320 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/321 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/322 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/323 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/324 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/325 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/326 TOLSTOÏ 301 de La mélodie de la forêt dont parle Richard Wagner l . « ... Celui qui fuit le monde s’abandonne peu à peu à l’im- pression des murmures, alors il distingue les voix d’une variété infinie qui s’élèvent dans la forêt et qui forment la grande, l’unique mélodie de la forêt. Cette mélodie laisse en lui un éternel retentissement, mais la redire est impossible, car l’impression éprouvée est complexe ; elle résulte de la pureté de l’air, des effets de lumière, du calme délicieux, du bruissement des arbres, du chant des oiseaux et de l’état plus ou moins voilé de toutes les sonorités ; l’effet total ne peut être ressenti que dans la forêt. Il y aurait folie à vouloir s’emparer de l’un des gracieux chanteurs et de lui faire rendre la mélodie delà forêt. On obtiendrait ainsi, non pas un fragment de la grande symphonie de la forêt, mais un lambeau privé de signification par son isolement de l’ensemble harmonieux qui a charmé... » Le style de Tolstoï, intraduisible, produit comme toute son œuvre, une impression forte, grave, pessimiste. L’iro- nie en est presque totalement absente. Tolstoï fait rarement sourire le lecteur, mais toujours penser et méditer. Dans mon ouvrage La Philosophie de Tolstoï J’ai constaté que le penseur russe n’était pas pessimiste. Je suis toujours de cet avis relativement à la partie abstraite de son œuvre. Dans ses romans, Tolstoï est pessimiste. Cette contradiction n’est qu’apparente. Toute l’œuvre de Tolstoï, comme sa vie, donne la sensation psychologique d’une antinomie, d’une lutte entre le sens physique, positif et le sens moral, entre l’idéal, produit de larges aspirations et le sens du vide, du néant de la vie. Tolstoï est d’abord fataliste dans ses romans. Dans Guerre et Paix, il fait dormir Koutouzov au conseil de guerre où Ton discute le plan de bataille d’Austerlitz. A la veille de Borodino, Kou- . Lettre sur la musique à Frédéric Villot, 1861. Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/328 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/329 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/330 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/331 Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/332

  1. Voir nos ouvrages : La Philosophie de Tolstoï, Pensées de Tolstoï et Nouvelles Pensées de Tolstoï. (Paris, F. Alcan.)