La Radiologie et la guerre/08

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Félix Alcan (p. 125-139).

VIII

RADIOTHÉRAPIE ET RADIUMTHÉRAPIE

Dans les chapitres qui précèdent, l’importance de la Radiologie a été examinée au point de vue de son utilisation pendant la guerre et de son emploi, en principe analogue, en temps de paix. Mais il existe une autre application des rayons X, dont l’importance est considérable ; c’est le traitement de certaines maladies par les rayons X ou la radiothérapie. À cette méthode de traitement se rattache une méthode analogue utilisant des moyens entièrement différents : le traitement par les rayons des radio-éléments ou radiumthérapie.

Radiothérapie. — Nous avons vu déjà que les rayons X produisent sur l’organisme des effets physiologiques qui peuvent être extrêmement dangereux, mais qui peuvent aussi offrir un moyen de combattre certaines maladies. Parmi celles-ci, on peut signaler diverses maladies de la peau ; ulcères superficiels, taches de lie de vin, etc.

On peut aussi obtenir des succès remarquables dans le traitement de tumeurs malignes profondes, en particulier de sarcomes. Ce résultat est extrêmement important, car on sait quels sont les ravages imputables au cancer, et combien ce fléau est difficile à combattre, malgré les bienfaits de la technique chirurgicale.

La technique de la radiothérapie est quelque peu différente de celle qui convient à la radiologie employée comme méthode d’examen. Pour cette dernière, en effet, une grande puissance d’action n’est pas toujours exigée ; ce n’est qu’exceptionnellement que l’on aura besoin d’une grande intensité de rayonnement, pour obtenir une radiographie instantanée. De plus, le rayonnement utilisé doit avoir un pouvoir pénétrant moyen qui correspond à une tension d’environ 50.000 volts. En radiothérapie, au contraire, il est, en général, nécessaire de faire agir les rayons jusqu’à une certaine profondeur, aussi uniformément que possible, et à cet effet on emploie, de préférence, le rayonnement très pénétrant que l’on peut faire émettre à un tube Coolidge actionné par un appareil intensif, sous une tension qui peut dépasser 100.000 volts.

Si la radiothérapie demande un appareillage puissant, elle exige aussi une compétence toute spéciale. Les rayons y sont employés avec des doses parfois considérables, car il s’agit ici de provoquer leur effet physiologique, au lieu de l’éviter, comme dans le cas d’un examen radiologique. La radiothérapie ne peut donc être pratiquée que par un médecin spécialiste compétent ; elle exige la connaissance approfondie de l’action des rayons sur les tissus, action qui dépend des conditions de l’application, lesquelles sont elles-mêmes très variées.

On peut en conclure que la place de la radiothérapie n’est pas en général indiquée dans les nombreux postes radiologiques normaux faisant partie de l’organisation radiologique d’après guerre, et ne possédant ni la puissance nécessaire ni un personnel suffisamment spécialisé. La radiothérapie se prête plutôt à être centralisée dans quelques services importants munis d’appareils de grande puissance et placés sous la direction de spécialistes éminents. C’est dans ces conditions que la radiothérapie a été pratiquée pendant la guerre, dans les services militaires ; son emploi était réservé aux Centres de Physiothérapie du territoire, où l’on envoyait tous les malades susceptibles d’être soignés par cette méthode, qui s’est montrée, en particulier, très efficace pour le traitement de cicatrices vicieuses, d’adhérences, d’arthrites, de névrites consécutives aux blessures, etc.

Radiumthérapie. — La radiumthérapie est une technique qui a de grandes analogies avec la radiothérapie, sauf que la source des rayons est en ce cas différente. Les rayons utilisés ne proviennent d’aucun appareil ; ils sont émis spontanément par certaines substances nommées radio-éléments qui existent dans la nature, mais qui ne sont connues que depuis peu de temps, car leur extrême dilution dans les minerais qui les contiennent les a fait passer inaperçues jusqu’à leur découverte récente. Le plus important de ces corps nouveaux est le radium, élément découvert en 1898 par Pierre Curie et par moi. Le radium émet des rayons de plusieurs espèces, analogues en tout point à ceux qui sont produits dans une ampoule de Crookes actionnée par un courant de haute tension. En particulier, l’un de ces groupes, les rayons , possèdent les mêmes propriétés que les rayons X, mais peuvent atteindre un pouvoir pénétrant encore plus considérable. Ce sont les rayons du radium qui sont surtout employés pour la radiumthérapie.

La source des rayons étant dans la substance, celle-ci est enfermée dans un tube de verre ou de métal hermétiquement fermé et agit au travers des parois de ce dernier. La puissance du rayonnement du radium étant considérable, quelques centigrammes de ce corps sont capables de produire des effets thérapeutiques importants ; ces quantités peuvent donc être contenues dans des tubes de très petites dimensions que l’on peut placer au voisinage ou au contact des tissus malades ou encore à l’intérieur de ceux-ci. Ce dernier mode d’utilisation est spécial au radium et ne saurait être réalisé avec l’aide des rayons X.

Le radium est fabriqué industriellement, mais en raison de son extrême rareté, son prix est très élevé. D’une tonne de minerai moyen, on n’extrait guère que quelques centigrammes de radium, et chaque milligramme de ce corps coûte environ un millier de francs.

Un autre élément radio-actif ou radio-élément, le mésothorium est également l’objet d’une fabrication industrielle ; ce corps est employé en thérapie de la même manière que le radium, mais son activité s’altère peu à peu, tandis que celle du radium ne subit en plusieurs années qu’une modification inappréciable.

Les maladies traitées par la radiumthérapie sont, en principe les mêmes que celles que l’on traite par les rayons X. Mais la technique employée doit nécessairement être différente, puisque le mode d’émission de rayons n’est pas le même. Le degré d’efficacité relatif des deux méthodes peut également différer suivant les circonstances ; les rayons X conviendront mieux, par exemple, pour irradier une lésion à grande surface, tandis qu’un cancer de l’utérus devra être traité par un tube de radium introduit à l’intérieur de la cavité. Il ne serait guère possible de dire aujourd’hui si qualitativement l’effet des rayons X sur les tissus est tout à fait équivalent à celui des rayons du radium ; ces derniers constituent un rayonnement ultra-pénétrant, à très haute fréquence, dont l’action physiologique pourrait offrir des caractères spéciaux.

Un autre fait important différencie l’emploi du radium de celui des tubes de Crookes. En dehors des rayons , le radium émet encore deux autres espèces de rayons : les rayons et les rayons dont le pouvoir pénétrant, très inférieur à celui des rayons , est cependant suffisant pour qu’ils puissent être utilisés dans certaines conditions. Aussi bien les rayons que les rayons sont une projection de particules animées de très grandes vitesses et portant une charge électrique, positive pour les particules qui ont les dimensions d’atomes, et négative pour les particules qui sont identiques aux électrons (voir p. 7). Les rayons correspondants sont émis aussi dans un tube de Crookes où ils prennent le nom de rayons positifs : atomes chargés positivement, et de rayons cathodiques : électrons lancés par la cathode ; mais ni les uns ni les autres ne peuvent franchir la paroi du tube, de sorte qu’on n’a pu les utiliser pour les besoins de la thérapie.

Le pouvoir pénétrant des rayons du radium, quoique très supérieur à celui des rayons positifs et des rayons cathodiques, est cependant fort limité ; ces rayons peuvent se propager à une distance de quelques centimètres dans l’air à la pression atmosphérique, mais ils ne traversent pas plus d’un dixième de millimètre de substance solide ou liquide, très différents en cela des rayons ou des rayons X qui traversent le corps humain. Néanmoins, l’utilisation des rayons offre un intérêt particulier, parce que ce rayonnement représente environ 90 p. 100 de l’énergie dégagée dans l’émission du radium.

Quand cette substance, au lieu d’être enfermée dans un tube, est collée sur une plaquette, au moyen de très peu de vernis, le rayonnement émis se compose de rayons , de rayons , plus pénétrants que les précédents, et de rayons . L’action superficielle exercée par un appareil à radium de ce genre (« sel collé ») est très intensive et comparable à une cautérisation.

On peut rendre l’action des rayons plus profonde en diffusant dans l’organisme la substance qui les émet ; c’est ce que l’on peut réaliser au moyen d’injections de solutions ou de suspensions fines de sel de radium qui agissent au contact des tissus par les rayons émis partout où se trouve la matière active. Les injections de sel de radium peuvent être remplacées par des injections d’autres radio-éléments dont l’emploi est plus avantageux ; on peut épargner le radium, substance précieuse, en utilisant certaines matières radio-actives que le radium produit constamment et qui peuvent rendre les mêmes services que lui, mais seulement pendant un temps limité. Tel est, par exemple un gaz radio-actif, nommé émanation du radium, qui se forme régulièrement dans le radium et peut en être extrait à intervalles réguliers ; ce gaz se détruit peu à peu, suivant une loi déterminée, en émettant des rayons que l’on peut utiliser si l’émanation a été introduite dans l’organisme, soit mélangée à l’air et aspirée par inhalation, soit dissoute dans l’eau et injectée dans les tissus.

L’action des rayons sous cette forme diffusée peut être très énergique. Dans des expériences faites sur de petits animaux, on atteint facilement des doses mortelles. À dose convenable on obtient des effets thérapeutiques d’un grand intérêt, spécialement caractérisés dans le traitement des arthrites.

L’émanation du radium peut aussi être employée d’une autre manière. Extraite du radium et libérée d’air et de tout gaz étranger, elle occupe un très petit volume. On peut alors, au moyen d’opérations spéciales, la transporter dans des tubes de verre de 10 à 15 millimètres de longueur et d’un ou deux dixièmes de millimètre de diamètre. Chacun de ces petits tubes scellés est introduit dans une gaine de platine mince ayant l’aspect d’une aiguille et pouvant être insérée dans un tissu malade que l’on veut soumettre au rayonnement. L’émanation du radium n’émet pas elle-même de rayons pénétrants capables de traverser la gaine, mais elle donne naissance à un produit qu’on nomme son dépôt actif et qui émet des rayons exactement semblables à ceux qui sont émis par le radium. Cette ressemblance n’a rien qui doive nous surprendre ; en effet, le radium contient toujours l’émanation qu’il produit et le dépôt actif de celle-ci, de sorte que les rayons du radium sont dus en réalité non pas à cet élément lui-même, mais à ses dérivés qui l’accompagnent. Ainsi il est naturel, qu’en séparant ces dérivés, on puisse séparer en même temps le rayonnement et remplacer l’action du radium par celle des produits auxquels il donne naissance.

On peut comprendre, d’après l’exposé qui précède, combien la technique de l’emploi du radium est variée et combien elle offre de possibilités. Le champ d’action se trouve encore accru par l’emploi du mésothorium qui forme également des dérivés avec émission de divers groupes de rayons ; certains de ces dérivés peuvent être séparés comme dans le cas du radium. D’autres radio-éléments encore pourraient être utilisés à leur tour.

Cette technique si riche et si complexe est cependant d’une très grande précision. Les radio-éléments peuvent être doses très exactement. Il est vrai que les pesées ne sont guère en usage dans ce cas ; si la quantité de matière active à déterminer est, en général, bien faible pour le radium, — quelques milligrammes ou centigrammes par exemple, — elle est, pour l’émanation du radium ou son dépôt actif, aussi bien que pour le mésothorium et ses dérivés, inaccessible à la pesée. En revanche, des quantités infinitésimales de radio-éléments peuvent être dosées avec perfection par des méthodes de mesures électrométriques. Il est facile de mesurer, par ce moyen, à 1 p. 100 près un millième de milligramme de radium. L’habitude de mesurer exactement les tubes de radium, de mésothorium ou d’émanation du radium donne une grande sécurité à la radiumthérapie et forme une condition essentielle de son perfectionnement.

Les mesures de radium sont rapportées à un étalon international préparé par moi sous forme d’un tube de verre scellé contenant une quantité pesée (environ 20 milligrammes) de chlorure de radium pur. Par comparaison avec cet étalon principal, on a pu établir des étalons secondaires destinés à des services de vérification centraux dans divers pays. En France, ce service est attaché à l’Institut du Radium, où les quantités de radium, contenues dans les tubes soumis au contrôle, sont déterminées par la mesure de leur rayonnement , comparativement à celui du tube étalon. On mesure de même les tubes de mésothorium, en comparant leur rayonnement à celui d’une quantité connue de radium. C’est encore le même principe qui est appliqué à la mesure de tubes d’émanation, et l’on nomme millicurie la quantité d’émanation dont le rayonnement est égal à celui d’un milligramme de radium élément en équilibre avec les produits de sa transformation.

Organisation centrale. — Afin d’obtenir le maximum de rendement dans l’utilisation médicale des radio-éléments, des instituts spéciaux ont été créés dans différents pays. Ces établissements possèdent des quantités relativement grandes de radium ; certains d’entre eux disposent de plusieurs grammes de la précieuse substance. Celle-ci est employée en partie en tubes scellés ou en sels collés ; mais la plus grande partie est, en général, conservée en solution ; l’émanation qui en est extraite chaque jour est utilisée pour les traitements, soit dans de petits tubes scellés, soit dans d’autres appareils de forme appropriée, nommés applicateurs. Les traitements ont lieu dans un hôpital faisant partie de l’institution. Mais celle-ci délivre aussi à l’extérieur des tubes et appareils à émanation aux médecins qui en font la demande.

On aperçoit immédiatement les avantages d’une organisation semblable. Un Institut central, suffisamment doté, peut réunir des moyens d’action très efficaces. Il peut dans ses services hospitaliers, traiter un grand nombre de malades, sans perte de temps et avec la meilleure utilisation du radium. Il peut centraliser les documents relatifs à ces traitements et en tirer tout le parti possible. Dans ses laboratoires, il peut effectuer toutes les mesures et toutes les études nécessaires pour assurer les progrès de la technique : examens biologiques des tissus malades, mesures de rayonnement, études de dispositifs nouveaux, etc.

L’emploi de l’émanation permet une grande souplesse dans les applications ; les doses sont, variables à volonté, ainsi que les formes des applicateurs ; de plus, on peut à volonté utiliser l’émanation sous forme de dissolution dans l’eau (eau active) ou encore répandue dans l’air (air actif) pour inhalation. Quelle que soit la forme de l’emploi, celui-ci offre une sécurité d’importance fondamentale. La matière précieuse, le radium, n’est pas exposée à une circulation dangereuse, pour les besoins du service ; tout risque porte uniquement sur les appareils à émanation, dont la valeur est réduite, puisque cette matière, de durée limitée, peut en quelque sorte être considérée comme un revenu régulier fourni par le radium, mais différent en cela d’un revenu en espèces que l’accumulation ne peut se poursuivre indéfiniment, et qu’il y a tout intérêt à utiliser aussi complètement que possible l’émanation que l’on extrait jusqu’à son extinction complète.

On voit l’intérêt considérable qui s’attache à la création d’Instituts nationaux qui centralisent d’ordinaire la radiumthérapie et aussi la radiothérapie ou traitement par les rayons X. De pareils Instituts existent dans divers pays ; les plus importants se trouvent en Angleterre et en Amérique. Mais la France, pays de la découverte du radium et de la radiumthérapie, ne possédait avant la guerre aucun Service pour l’application de cette technique. La France où est née l’industrie du radium, ne possédait avant la guerre aucune provision de radium pour les besoins de la santé publique, se bornant à fournir le radium qui approvisionnait les instituts étrangers.

Pendant la guerre il m’a paru opportun de suppléer à cette lacune par la création d’un service d’émanation destiné à subvenir aux besoins des hôpitaux. Ce service a été établi en 1916 à l’Institut du Radium, d’accord avec le Service de Santé militaire. Le radium utilisé était celui que j’avais préparé en commun avec Pierre Curie et qui avait servi avant la guerre pour les recherches scientifiques de notre Laboratoire. Les ampoules d’émanation produites chaque semaine étaient utilisées pour le traitement des blessés et des malades dans des hôpitaux militaires et aussi, dans une certaine mesure, dans les hôpitaux civils.

Ce premier Service national de Radiumthérapie n’a pu être abandonné à la fin de la guerre. Il a, au contraire, pris un développement nouveau, sous la direction de M. le Dr Regaud, directeur du Laboratoire Pasteur de l’Institut de Radium, qui dès son retour des armées y employa toute son activité et toute sa compétence. Ainsi se trouve constituée en germe la Section de Radiumthérapie de l’Institut du Radium. Celle-ci ne peut manquer de se compléter, grâce aux concours généreux qui lui sont acquis dès à présent ainsi qu’à ceux qui lui viendront dans l’avenir.

L’Institut du Radium, créé il y a quelques années par les efforts joints de l’Université de Paris et de l’Institut Pasteur, aura ainsi à assumer une tâche singulièrement plus ample que celle à laquelle il avait été primitivement destiné.

Les résultats obtenus jusqu’ici prouvent combien cette extension est nécessaire. Les progrès de la radiumthérapie s’affirment chaque jour plus sûrs et plus importants. Plusieurs lésions, maladies ou malaises sont traités couramment avec des résultats certains. L’une des plaies les plus terribles de l’humanité, le cancer, cède toujours davantage à la technique de plus en plus perfectionnée des applications du radium venant compléter ou remplacer les ressources de la chirurgie. On peut dire avec certitude que si la victoire n’est pas encore entière, la lutte, néanmoins, se poursuit avec des avantages de plus en plus complets et fréquents ; la guérison est obtenue dans bien des cas, et à défaut de la guérison, une amélioration vient soulager les souffrances et faciliter la vie des malades. La cruelle maladie n’est pas encore réduite à l’impuissance, mais elle est efficacement combattue, et tous les espoirs sont permis.

À l’Institut du Radium incombe la tâche de hâter cette évolution par la constitution d’une section du radiumthérapie modèle, bénéficiant du travail patient de ses Laboratoires, — par des progrès constants de sa technique et de son information biologique, — par son enseignement, de plus en plus adapté aux besoins, destiné à répandre largement les connaissances précises sans lesquelles la pratique de la radiumthérapie n’est qu’une erreur et un danger, — par ses travaux de recherche pure, source de découvertes nouvelles susceptibles de porter de nouveaux fruits. Ainsi l’Institut du Radium aura à remplir un rôle social important, s’ajoutant à sa tâche purement scientifique, pour le plus grand bien de notre pays et de sa capitale.