La Religion dans les limites de la simple raison

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traduction par A. Tremesaygues.
Librairie Félix Alcan.

TABLE DES MATIÈRES


Pages
Avant-Propos 
 i
Préface de la première édition (1793) 
 1
Préface de la deuxième édition (1794) 
 13
PREMIÈRE PARTIE
De la coexistence du mauvais principe avec le bon, ou du mal radical dans la nature humaine 
 17
I. — 
De la disposition originaire au bien dans la nature humaine 
 23
II. — 
Du penchant au mal dans la nature humaine 
 29
III. — 
L’homme est mauvais par nature 
 34
IV. — 
De l’origine du mal dans la nature humaine 
 44
Remarque générale. — Du rétablissement dans la force de la disposition primitive au bien (Des effets de la grâce) 
 51
DEUXIÈME PARTIE
de la lutte du bon principe avec le mauvais pour la domination sur l’homme 
 63
Première section. — Du droit du bon principe à la domination sur l’homme 
 68
а) Idée personnifiée du bon principe 
 68
b) Réalité objective de cette idée 
 70
c) Difficultés soulevées contre la réalité de cette idée et solution de ces difficultés 
 76
Deuxième section. — De la prétention du mauvais principe à la domination sur l’homme et de la lutte des deux principes l’un contre l’autre 
 92
Remarque générale. — (Des miracles) 
 99
TROISIÈME PARTIE
De la victoire du bon principe sur le mauvais et de l’établissement d’un règne de Dieu sur la terre 
 107
Première section. — Représentation philosophique de la victoire du bon principe, grâce à la fondation d’un règne de Dieu sur la terre 
 110
I. — 
De l’état de nature au point de vue moral 
 110
II. — 
L’homme doit sortir de l’état de nature moral pour devenir membre d’une république morale 
 112
III. — 
Le concept d’une république morale est le concept d’un peuple de Dieu gouverné par des lois morales 
 114
IV. — 
L’idée d’un peuple de Dieu ne peut avoir (soumise à l’organisation humaine) son accomplissement que sous la forme d’une église 
 116
V. — 
La constitution d’une Église a toujours à sa base une foi historique (croyance révélée) qu’on peut appeler ecclésiastique et qui trouve en des Livres saints ses meilleurs fondements 
 119
VI. — 
La croyance ecclésiastique a pour interprète suprême la croyance religieuse pure 
 129
VII. — 
La transition graduelle qui fait passer la croyance ecclésiastique à la souveraineté de la croyance religieuse pure est l’approche du règne de Dieu 
 130
Deuxième section. — Représentation historique de la fondation progressive de la domination du bon principe sur la terre 
 148
Remarque générale. — (Des mystères) 
 165
QUATRIÈME PARTIE
Du vrai culte et du faux culte sous l’empire du bon principe, ou de la religion et du sacerdoce 
 179
Première section. — Du culte de Dieu dans une religion en général 
 189
I. — 
La religion chrétienne comme religion naturelle 
 188
II. — 
La religion chrétienne en tant que religion savante 
 196
Deuxième section. — Du faux culte de Dieu dans une religion statutaire 
 203
§ 1. — Du principe subjectif universel de l’illusion religieuse 
 204
§ 2. — Le principe moral de la religion opposé â cette illusion religieuse 
 206
§ 3. — Du sacerdoce en tant que pouvoir consacré au faux culte du bon principe 
 213
§ 4. — Du fil conducteur de la conscience dans le domaine de la foi 
 225
Remarque générale. — (Des moyens de grâce) 
 233