Mozilla.svg

La Vénus des aveugles/Intervalle Crépusculaire

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
La Vénus des AveuglesAlphonse Lemerre, éditeur (p. 151-152).
◄  Pour Une

INTERVALLE CRÉPUSCULAIRE



Tes yeux sous tes cheveux sont comme des poignées
De rayons à travers des toiles d’araignées.

Ton sourire d’été, que l’aube colora,
Est pareil au sourire orgueilleux de Sara.

Mon regard s’hypnotise à cette fauve boucle
Où le divin saphyr épouse l’escarboucle,


Tes parfums indiens, tes onguents et tes fards
Étonnent la candeur simple des nénuphars.

La haine de l’amour et l’amour de la haine
Se partagent mon cœur et mon âme incertaine.

La bienfaisante Mort montre d’un pâle index
La colline lunaire où blondit le silex.

Au lointain s’exaspère et s’exalte un arpège.
Je veux purifier mon âme dans la neige…

Vois, plus belle que le puéril Adonis,
Mourir Adonéa dans un linceul de lys.