La Vallée de la peur/I/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Louis Labat.
Édition Pierre Lafitte (p. 5-18).

PREMIÈRE PARTIE

LE DRAME DE BIRLSTONE



I

L’AVERTISSEMENT.


« J’inclinerais à croire…, dis-je.

— Moi aussi », fit Sherlock Holmes, avec impatience.

Je me considère comme le plus endurant des hommes ; mais cette façon narquoise de m’interrompre me chiffonna, je l’avoue.

« En vérité, Holmes, répliquai-je d’un ton sévère, vous êtes bien agaçant parfois. »

Il ne me répondit pas ; il s’abîmait dans ses pensées. Son déjeuner, posé devant lui, attendait qu’il y touchât. Le front appuyé contre une main, il regardait fixement la feuille de papier qu’il venait de retirer de son enveloppe. Portant l’enveloppe à la lumière, il l’examina sous toutes ses faces.

« C’est l’écriture de Porlock, fit-il rêveur. Je ne puis guère douter que ce ne soit l’écriture de Porlock, bien que je ne l’ai vue que deux fois : il y a là un « y » dont je reconnais l’arabesque. Mais si l’écriture est de Porlock, il s’agit d’une affaire grave. »

Holmes s’adressait moins à moi qu’à lui-même. Cependant ma mauvaise humeur ne tint pas contre l’intérêt qu’éveillaient ses paroles.

« Qui donc est Porlock ? demandai-je.

— Porlock est tout simplement un pseudonyme, Watson, un signe d’identification derrière lequel se dissimule un individu fuyant et fertile en ressources. Cet individu m’avisa, dans une précédente lettre, qu’en réalité il s’appelait différemment, et qu’il me mettait au défi de le dépister entre les millions de gens qui peuplent Londres. Son importance ne tient pas à sa personne, elle lui vient de l’homme considérable auquel il touche de près. Ce qu’est pour le requin le poisson qu’on appelle pilote, ce qu’est le chacal pour le lion, voilà ce qu’est Porlock, insignifiant compagnon d’un être formidable. Que dis-je, formidable ? Sinistre, Watson, éminemment sinistre. Et c’est en quoi il m’intéresse. Vous m’avez entendu parler du professeur Moriarty ?

— Le fameux criminel scientifique, connu de toute la pègre, et… »

J’allais dire : « Et totalement ignoré du public. » Holmes ne me laissa pas achever :

« Hé, là ! Watson, murmura-t-il : doucement, je vous prie ! Vous avez la plaisanterie un peu forte. Je ne vous savais pas ce genre d’humour, dont il sied que je me garde. En traitant Moriarty de criminel, vous le diffamez aux yeux de la loi. Chose merveilleuse. Jamais homme ne sut mieux concevoir un plan, organiser une machination diabolique. Il est le cerveau de tout un monde souterrain, ténébreux ; un pareil esprit eût pu faire ou défaire la destinée des peuples. Mais il encourt si peu le soupçon, il défie si bien la critique, il se conduit et s’efface de telle sorte que ce serait assez des quelques mots que vous venez de prononcer pour qu’il vous traînât devant la cour d’assises et qu’il en obtînt, à titre de dommages-intérêts, un an de vos revenus. N’est-il pas l’auteur célèbre des Dynamiques de l’Astéroïde, ce livre dont on a dit, tant il plane haut dans les régions des pures mathématiques, que la presse scientifique n’a pas un écrivain capable d’en rendre compte ? Est-ce là un homme à traiter comme vous le faites ? Vous joueriez le rôle du médecin qui extravague, et lui du professeur que l’on calomnie : connaissez mieux le génie, Watson. N’empêche que, si je n’ai pas trop à m’occuper de moindres personnages, notre jour viendra.

— Puissé-je vivre assez pour le voir ! m’exclamai-je dévotement. Mais vous parliez de Porlock ?

— Ah ! oui. Porlock, ou le soi-disant Porlock, est un anneau de la chaîne qui va jusqu’à Moriarty. Entre nous, cet anneau, assez éloigné du point d’attache de la chaîne, n’est pas des plus solides. Autant que j’ai pu m’en assurer, il en constitue la seule faiblesse.

— Mais une chaîne n’a jamais que la force de son anneau le plus faible.

— Très juste, Watson, De là l’extrême importance de Porlock. Conduit par de vagues aspirations vers le bien, stimulé de temps en temps par le judicieux envoi d’un billet de dix livres que je trouve moyen de lui faire parvenir, il m’a, une ou deux fois, fourni de ces informations prémonitoires, d’autant plus utiles qu’elles permettent non de châtier le crime, mais d’en prévenir l’accomplissement. Nul doute que la communication que j’ai là ne soit précisément de cette espèce. Il ne s’agirait que d’en trouver le chiffre. »

Tout en parlant, Holmes, du plat de la main, lissait le papier sur son assiette vide. Je me levai, et, me penchant sur lui, je regardai la singulière inscription suivante :

534 C2 13 127 56 31 4 17 21 41 DOUGLAS 109 293 5 37 BIRLSTONE 26 birlstone 9 127 171

« Qu’en pensez-vous Holmes ?

— Qu’il y a là un message chiffré.

— À quoi sert d’envoyer un message chiffré quand on n’en a pas donné le chiffre ?

— À rien… dans le cas présent.

— Pourquoi dites-vous : dans le cas présent ?

— Parce qu’il y a bien des chiffres que je lirais aussi facilement que les signes conventionnels des petites annonces. Ces devinettes naïves amusent l’intelligence sans la fatiguer. Ici, le cas est différent. Les chiffres du message se réfèrent évidemment à certains mots d’une certaine page dans un certain livre. Tant qu’on ne m’aura pas désigné la page et le livre, je suis désarmé.

— Mais que viennent faire, au milieu des chiffres, les mots « Douglas » et « Birlstone » en toutes lettres ?

— Soyez sûr qu’ils ne figurent pas dans la page en question.

— Alors, pourquoi ne pas indiquer le livre ?

— Votre finesse naturelle, mon cher Watson, et ce bon sens avisé qui font le délice de vos amis vous empêcheraient certainement d’enfermer sous une même enveloppe un message chiffré et son chiffre. Que le pli vînt à se perdre, vous seriez perdu. Au contraire, mettez sous deux enveloppes distinctes le chiffre et le message : l’une ou l’autre pourra se tromper d’adresse sans qu’il en résulte rien de fâcheux. Le second courrier doit être distribué ; je m’étonnerais s’il ne nous apportait une lettre explicative, ou, ce qui est probable, le volume auquel nous renvoient les chiffres. »

Holmes calculait juste. Quelques instants plus tard, Billy, le petit domestique, entrait, portant la lettre que nous attendions.

« Même écriture, me fit observer Holmes en ouvrant l’enveloppe. Et, cette fois, la lettre est signée, ajouta-t-il d’une voix triomphante quand il eut déplié le feuille. Allons, tout va bien, Watson ! »

Pourtant, à mesure qu’il lisait, je vis son front se rembrunir.

« Ah, sapristi ! comment aurais-je prévu ça ? Je crains, Watson, que nous n’ayons espéré trop vite. Pourvu qu’il n’arrive à ce Porlock rien de fâcheux ! Voici ce qu’il m’écrit :

« Cher monsieur Holmes,

« Je n’irai pas plus loin dans cette affaire, ça devient dangereux. Il me suspecte. Je vois qu’il me suspecte. Il m’a surpris au moment où, pour vous envoyer la clef du chiffre, je venais d’écrire votre adresse sur cette enveloppe. Je n’ai en que le temps de la faire disparaître. Mais je lisais le soupçon dans ses yeux. Veuillez brûler le message chiffré, qui ne peut plus vous être utile.

« Frédéric Porlock. »


Assis devant le feu, les sourcils froncés, tournant et retournant la lettre entre ses doigts, Holmes demeura un moment absorbé dans une contemplation muette.

« Après tout, il n’y a peut-être rien au fond de cet incident. Rien que le trouble d’une conscience coupable. Se sachant un traître, Porlock aura cru lire son acte d’accusation dans les yeux de l’autre.

— L’autre, c’est, je présume, le professeur Moriarty ?

— En personne. Quand un des gens de la bande dit simplement « Il », vous savez ce que cet « Il » veut dire, et tous s’y reconnaissent.

— Que faire ?

— Hum ! vous m’en demandez beaucoup. On n’a pas contre soi le premier cerveau de l’Europe, et servi par toutes les forces des ténèbres, sans qu’il en puisse résulter mille conséquences. Bref, notre ami Porlock ne se possède plus. Comparez l’écriture de sa lettre avec celle de l’enveloppe, écrite, vous vous en souvenez, avant qu’il se fût laissé surprendre : celle-ci est ferme, nette ; celle-là est à peine lisible.

— Qu’avait-il besoin d’écrire la lettre ? Pourquoi ne s’en tenait-il pas à sa première communication ?

— Parce qu’il craignait que dans ce cas je ne fusse tenté d’aller aux renseignements, ce qui l’exposait à des ennuis.

— En effet », dis-je.

Alors, prenant le message chiffré et le considérant :

« Il est affolant, continuai-je, de songer que cette feuille peut contenir un secret d’importance, et qu’il n’existe pas un moyen humain de le lui arracher. »

Sherlock Holmes avait repoussé son déjeuner toujours intact, pour allumer sa détestable pipe, compagne ordinaire de ses méditations. « Qui sait ? fit-il, se renversant sur son siège et regardant le plafond. Peut-être certains indices auront échappé à votre esprit machiavélique. Examinons le problème à la lumière de la raison ; Cet homme se réfère à un livre : nous avons là un point de départ.

— Assez vague.

— Tâchons de le serrer de près. Plus j’y concentre mon esprit, moins le mystère me semble impénétrable. Quelles indications avons-nous au sujet du livre ?

— Aucune.

— Vous exagérez. Le message, n’est-ce pas, commence par le chiffre 534 ? Nous pouvons, à titre d’hypothèse, admettre que ce 534 désigne la page à laquelle on se réfère. Donc, notre livre est déjà un gros livre : premier point acquis. Et sur la nature de ce livre, quelles autres indications avons-nous ? Le chiffre suivant, c’est un C majuscule accouplé à un 2. Qu’en pensez-vous, Watson ?

— J’en pense que C2 signifie « Chapitre deuxième ».

— Ce n’est guère probable. Vous conviendrez avec moi que, le numéro de la page étant connu, peu importe le numéro du chapitre. Sans compter que si, à la page 534, nous sommes encore au chapitre II, le premier est d’une longueur vraiment intolérable.

— J’y suis : deuxième colonne ! m’écriai-je.

— À la bonne heure, Watson. Vous vous distinguez, ce matin. Ou je me trompe bien, ou il s’agit, en effet, de la deuxième colonne. Nous commençons donc à entrevoir un gros livre imprimé sur deux colonnes, dont chacune est d’une longueur considérable, puisque l’un des mots désignés dans le document porte le numéro 293. Avons-nous atteint la limite de ce que peut suggérer la raison ?

— Je le crains.

— Vous vous faites injure. Encore un éclair, Watson, encore un effort d’imaginative ! Le livre eût été un ouvrage peu courant qu’on n’eût pas manqué de me l’envoyer. Au lieu de cela, Porlock, avant qu’on dérangeât ses projets, ne songeait qu’à m’envoyer sous cette enveloppe la clef du chiffre. Il nous le dit dans sa lettre. Donc, le livre est de ceux qu’il pensait que je trouverais sans peine. Il avait ce livre et supposait que je l’avais aussi. Conclusion : c’est un livre des plus répandus.

— Tout cela me paraît très vraisemblable.

— Ainsi, le champ de nos recherches se réduit à un gros volume imprimé sur deux colonnes et d’un usage courant.

— La Bible ! triomphai-je.

— Bien, Watson ; mais pas tout à fait assez bien. Car il n’y a guère de livre, je suppose, dont les compagnons de Moriarty fassent moins leur livre de chevet. D’ailleurs, les éditions de l’Écriture sont trop nombreuses pour qu’il en existe deux ayant la même pagination. L’ouvrage qui nous occupe est forcément d’un type unique, et Porlock sait que la page 534 de son exemplaire concorde avec la page 534 du mien.

— Je ne vois dans ce cas-là que bien peu de livres.

— En effet. Et c’est ce qui nous sauve. C’est ce qui fait que nous pouvons nous en tenir aux ouvrages d’un type unique et d’un usage très généralisé.

— L’indicateur Bradshaw !

— J’en doute, Watson. Le vocabulaire du Bradshaw est nerveux et concis, mais pauvre. Il ne se prêterait guère à la rédaction d’un message. Éliminons le Bradshaw. Je crains que des raisons analogues ne nous obligent à exclure le dictionnaire. Que nous reste-t-il dès lors ?

— Un almanach.

— À merveille. J’ai idée que vous brûlez, Watson. Examinons les titres de l’almanach Whitaker. Il est d’un usage courant. Il a toute la grosseur voulue. Il est imprimé sur deux colonnes. D’abord réservé dans son vocabulaire, il devient, vers la fin, très verbeux. »

Holmes prit l’ouvrage sur son bureau.

« Voici la page 534, deuxième colonne. Texte compact. Article sur le commerce et les ressources de l’Inde anglaise. Comptez les mots, Watson. Le treizième, c’est « Mahratta » J’avoue ne pas bien augurer de ce début. Le cent vingt-septième mot est « gouvernement ». Celui-là, du moins, peut avoir un sens, quoiqu’il me paraisse n’avoir de rapport ni avec Moriarty ni avec nous-mêmes. Essayons encore. Mais que peut avoir à faire ici le gouvernement de Mahratta ? Hélas ! le mot suivant est « soies de porc ». Nous faisons fausse route, Watson. Je renonce. »

Il parlait d’un ton badin, mais à la façon dont il rapprochait les sourcils je devinais son irritation, sa déconvenue. Incapable de lui venir en aide, je regardais tristement le foyer, quand une soudaine exclamation coupa le silence ; et je vis Holmes courir vers un placard, d’où il rapporta un second volume à couverture jaune.

« C’est votre faute, Watson ! s’écria-t-il. Nous sommes trop pressés de vivre. Nous voulons toujours être en avance sur le temps. Parce que c’est aujourd’hui le 7 janvier, nous avons naturellement consulté le nouvel almanach. Or, c’est très probablement dans celui de l’an passé que Porlock a pris les mots de son message. Et il l’aurait spécifié sans doute s’il avait pu écrire sa lettre d’explication. Voyons ce que va nous dire la page 534. Le treizième mot est « très ». Voilà qui nous promet quelque chose. Le cent vingt-septième est « grave ». « Très grave »

Les yeux d’Holmes brillaient d’excitation ; ses doigts minces, nerveux, se contractaient pendant qu’il comptait les mots.

« Danger… » Ah ! ah ! nous y sommes. Notez cela, Watson. « Très grave danger. – Événement – peut — survenir – très – vite. » Puis nous avons le nom « Douglas ». Puis : « Riche – campagne – actuellement – Birlstone – house – Birlstone – sûreté – urgence – intervenir. » Eh bien, que vous semble de la raison pure et de ses fruits ? Si le boutiquier du coin vendait des couronnes de laurier, j’enverrais Billy nous en acheter une. »

Un papier posé sur le genou, j’avais retranscrit, au fur et à mesure qu’Holmes le déchiffrait, l’étrange message ; et je le relisais avec étonnement.

« Quelle façon gauche et baroque de s’exprimer ! dis-je.

— Au contraire, dit Holmes, cela me paraît fort remarquable. Quand on n’a, pour s’exprimer, que les mots qu’on va chercher dans une colonne d’almanach, on ne peut se flatter de trouver tous ceux qu’on désire. Il faut compter sur l’intelligence de celui à qui l’on s’adresse. Ici, pas d’obscurité ni d’équivoque. Il se trame quelque chose d’horrible contre un certain Douglas, propriétaire campagnard, dont on nous indique la résidence. Porlock est sûr – « sûreté » est ce qu’il a trouvé de plus approchant – que nous devons nous hâter d’intervenir. Et voilà le résultat de notre petit travail, qui est, je puis le dire, un joli morceau d’analyse. »

Holmes, même quand il se lamentait sur un résultat inférieur à ses espérances, éprouvait cette joie impersonnelle de l’artiste qui se sent vraiment faire son œuvre. Il riait encore tout bas de sa réussite quand Billy ouvrit la porte, pour livrer passage à l’inspecteur Mac Donald, de Scotland Yard.

Nous étions alors dans les dernières années du xixe siècle ; il s’en fallait que Mac Donald fût, comme aujourd’hui, une espèce de célébrité nationale. Cependant le jeune détective s’était déjà signalé dans plusieurs affaires, et ses chefs le tenaient en grande estime. À voir sa longue personne osseuse, on y devinait le siège d’une force physique exceptionnelle, tandis que son large crâne, ses yeux brillants, profondément enchâssés derrière ses sourcils touffus, manifestaient l’intelligence la plus vive. C’était un homme renfermé, précis, bougon, et qui parlait avec un fort accent d’Aberdeen. À deux reprises, Holmes avait aidé à son succès, pour le seul plaisir de la difficulté à vaincre. De là, chez l’Écossais, à l’égard de son collègue amateur, une affection et un respect dont il donnait la preuve en venant le consulter chaque fois qu’il se trouvait dans l’embarras. La médiocrité ne voit rien au-dessus d’elle ; en revanche, le talent s’incline tout de suite devant le génie. Et Mac Donald avait, dans sa profession, assez de talent pour ne pas se croire humilié quand il recherchait l’assistance d’un homme que ses dons et son expérience mettaient hors de pair en Europe. Holmes n’avait pas l’amitié facile ; mais il supportait le grand Écossais, et il sourit en l’apercevant.

« Vous courez tôt le gibier, ce matin, monsieur Mac. Bonne chasse ! Eh ! mais, viendriez-vous nous annoncer quelque vilaine nouvelle ? J’en ai peur.

— Dites : « Je l’espère », vous serez plus près de la vérité, je crois, monsieur Holmes, repartit l’inspecteur avec une grimace significative. Rien de tel qu’une petite trotte pour vous réchauffer, le matin. Non, je ne fume pas, merci. Je ne fais que passer, car, vous le savez, les premières heures d’une affaire sont toujours les plus précieuses. Mais… mais… »

L’inspecteur s’était brusquement interrompu ; et il regardait avec stupéfaction sur la table la feuille de papier où j’avais retranscrit l’énigmatique message.

« Douglas ? s’écria-t-il. Birlstone ? Est-il possible ? Et seriez-vous sorcier, monsieur Holmes ? Où diable avez-vous pris ces noms ?

— Ils font partie d’un message chiffré que le docteur Watson et moi venons de tirer au clair. Qu’y a-t-il là qui vous épouvante ? »

L’inspecteur, de plus en plus ébaubi, nous dévisageait tour à tour l’un et l’autre.

« Il y a ceci, répondit-il, que Mr. Douglas, du manoir de Birlstone, vient d’être la victime d’un horrible assassinat. »