La folie érotique/L’excitation sexuelle/Forme obscène

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie J.-B. Baillière et Fils (p. 79-81).

III

forme obscène


L’excitation sexuelle à forme obscène se rencontre chez des sujets dont le langage, l’attitude et les gestes sont constamment lubriques ; mais l’état physique ne répond point à cette excitation purement psysiologique. Ce sont des fanfarons de vice et le plus souvent ils sont absolument impuissants. Ces phénomènes se rencontrent chez les paralytiques généraux, chez certains vieillards et chez un grand nombre d’excités maniaques.

On peut dire d’une manière générale, que chez ces sujets il existe un désaccord entre les centres cérébraux et le centre génito-spinal.

Dans l’ordre naturel des choses, à mesure que les aptitudes sexuelles diminuent et s’éteignent avec l’âge, les désirs correspondants s’émoussent et l’équilibre s’établit entre les deux pôles opposés. C’est la marche de la nature, qui n’offre aucun inconvénient au point de vue de la santé, soit physique soit mentale.

Il en est bien autrement chez ceux qui, malgré l’extinction du pouvoir sexuel conservent les excitations cérébrales qui correspondent à des fonctions disparues. Chez eux, comme le dit J.-J. Rousseau, la volonté parle encore, quand les sens se taisent. Ils s’efforcent souvent de remédier à cet état de choses par des excitants nuisibles et l’équilibre de leur esprit est troublé par des préoccupations insensées et qui ne peuvent jamais aboutir à une satisfaction normale.

Il est cependant des sujets qui, sans être atteints d’impuissance, ont un langage tellement révoltant qu’il ne peut être attribué qu’à un état d’aliénation mentale. On rencontre souvent cette tendance chez les aliénés, et plus spécialement chez les femmes atteintes de folie hystérique, ou de manie puerpérale.