Le Bec en l’air/Danger de la simultanéité du surmenage cérébral et de la passion amoureuse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Danger de la simultanéité du surmenage cérébral et de la passion amoureuse

DANGER DE LA SIMULTANÉITÉ
DU
SURMENAGE CÉRÉBRAL ET DE LA PASSION AMOUREUSE


Une charmante jeune femme, artiste dans un petit music-hall du quartier Saint-François, au Havre, me montrait récemment un poulet d’amour qu’elle venait de recevoir d’un de ses adorateurs.

Ce dernier, — car nécessaires les suivants détails — est un jeune homme de fort bonne famille, mais dans une situation modeste et qui prépare ses examens d’admission dans je ne sais plus quelle carrière.

Ces examens comportent une forte partie géographique et plus spécialement franco-géographique.

Aussi, notre jeune ami passe-t-il des nuits entières à l’étude des départements de notre France adorée, de leurs chefs-lieux et de ceux aussi d’arrondissement et de canton.

Un abrutissement lui vint de cette trop constante application et ses amis eurent, un beau soir, l’idée de le distraire un peu, moyennant une soirée, inaugurée dans les petits concerts dont pullule le Havre et terminée chez des filles du plus facile abord.

Ce fut dans l’une de ces petites boîtes à musique que notre jeune homme remarqua la charmante artiste mentionnée ci-dessus.

Il s’en éprit soudainement.

Rentré chez lui, garçon raisonnable, il essaya d’étouffer l’incendie qui commençait à flamber en son cœur. Inutilement !

Sur son atlas, l’image de la belle s’interposait entre ses regards et la carte de France.

L’étude des Possessions françaises ne lui amena pas davantage l’oubli.

Et, le lendemain soir, il revint à la contemplation de la jolie chanteuse.

C’en était fait !

Toute lutte devenait vaine.

Le pauvre garçon se décida bientôt à déclarer sa flamme, et voici un échantillon de l’étrange billet qu’il écrivit au cours d’une nuit de fièvre, après avoir cherché une dernière et inutile fois l’oubli dans l’étude de la géographie :


« Mademoiselle,

« Depuis que j’ai aperçu vos jolis yeux (Calvados), je ne vis plus et mon rêve serait de vous arracher à la scène inférieure (chef-lieu Rouen) où vous déployez tant de grâce (Alpes- Maritimes), et tant de talent (Doubs) ; malheureusement, je ne possède pas la forte somme (chef-lieu Amiens).

» Consentirez-vous à manger avec moi la soupe et le bœuf (Seine-Inférieure).

» Etc., etc.

» Pour vous, je me sens (Yonne) très capable de commettre un meurtre, mademoiselle (chef-lieu Nancy).

» M’autorisez-vous à vous voir (Doubs) ? Voulez-vous que je vous cause (Charente-Inférieure) ? Et quand (Calvados ?) Etc., etc. »

Quand j’eus terminé la lecture de cette douloureuse missive, je la remis silencieusement à sa piquante destinataire.

— Ça ne vous fait pas rire ? demanda la jolie sans-cœur.

— Fichtre non, car j’estime que ce pauvre garçon est appelé, dans pas bien longtemps, à devenir fou à lier !

Chef-lieu Moulins.