Le Capitaine Aramèle/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éditions Édouard Garand (p. 57-62).

IV


En vérité il le devait à la bravoure, ou mieux à l’amour de Miss Lottie, ce chançard de Sir James Spinnhead, de se trouver encore de ce monde, en ce matin de mai 1765, mercredi le 15, jour qui avait été fixé pour les mémorables fêtes organisées dans le but de célébrer la conquête de la Nouvelle-France. En ce même jour on voulait commémorer la mort des héros français et anglais tombés au champ d’honneur.

Ce matin-là, toute la population de la ville et celle des paroisses environnantes avaient été réveillées par le grondement des canons de la forteresse qui saluaient l’arrivée, en la rade de Québec, de quatre navires de guerre battant le pavillon anglais. Les canons des navires avaient répondu par une salve puissante.

Malheureusement pour les citadins, le jour ne s’était pas levé aussi gaîment et beau qu’on l’avait désiré, le firmament était nuageux et un vent de nord soufflait en tempête. Vers les huit heures des flocons de neige se mirent à tourbillonner au-dessus de la cité, et faire craindre que le mauvais temps ne dérangeât les belles fêtes qu’on avait préparées.

Le désappointement atteignit surtout les jeunes et jolies femmes qui avaient souhaité paraître à la fête en toilettes claires ; elles durent, pour sortir et parcourir les rues de la ville, s’emmitoufler de fourrures comme en plein hiver et perdre, de la sorte, le plaisir d’exhiber leurs toilettes neuves spécialement commandées pour ce grand jour. Quel terrible soufflet pour ces exquises créatures !… Car — disons-le sans esprit de malice et sans calcul d’offense — la femme de ces temps lointains n’était pas autre que celle de nos jours, l’attrait des spectacles et des plaisirs de la foule n’était pour elle que secondaire : dans ces spectacles elle ne trouvait comme première jouissance que celle de montrer telle robe nouvelle, tel chapeau, tels souliers, tels bijoux. Là seulement était tout le véritable plaisir, le plaisir qui enivre, ce plaisir prodigieux, puissant, de récolter des regards d’admiration et des œillades d’envie. De ces plaisirs elle n’en voulait pas manquer, pas un seul, comme ne veut manquer aucun des épis le moissonneur qui, de sa faulx, abat le froment mûr ! Et sans ce plaisir la femme ne trouvait dans la fête nulle valeur et nul prix, c’était une désillusion complète, c’était presque une calamité qui pouvait la frapper mortellement !…

Mais en ce jour de mai 1765 la nature allait, pour la reine de notre monde, se montrer compatissante et tout à fait bonne princesse, et après avoir été si maussade, elle apparut, vers dix heures, brillante et rayonnante. Les nuages d’hiver se dissipèrent sous les vents qui, du nord, avaient tourné du côté de l’ouest, et en peu de temps un flot lumineux de soleil tiède inonda la ville entière. Ce fut un immense cri de reconnaissance qui emplit l’espace, et la foule débordante de joie excessive, se déversa en cohue riante dans la ville en fête.

Pour saluer plus solennellement cette nature admirable et merveilleuse, des musiques militaires éclatèrent de toutes parts dans la haute-ville et la basse. Toute la cité, pavoisée aux couleurs anglaises uniquement, hélas ! mêlait un éclat splendide aux éclats du soleil, comme aux éclats des canons, comme aux éclats des musiques guerrières, comme aux éclats de joie de la population.

De la campagne arrivaient à la file des cabriolets, des calèches, des berlines, toutes espèces de véhicules remplis de campagnards canadiens qui venaient, non pas commémorer la conquête de leur pays par les Anglais, mais pour assister au fameux tournoi des deux champions qui représentaient les deux plus grandes races de l’univers. Car ces campagnards, s’ils étaient des Canadiens, n’en étaient pas moins des Français qui n’oublieraient pas leur ancienne patrie. Ils accouraient donc avec l’espoir d’acclamer la victoire de la France qu’Aramèle était censé tenir en sa main habile.

Ils arrivaient bellement endimanchés. Les femmes surtout portaient leurs plus belles parures des jours anciens, parures qu’on avait tirées précieusement de vieux coffres de chêne. À voir ces femmes ainsi parées on se serait cru sous le régime français, tant elles faisaient ressusciter, ainsi parées, la vieille mode française. Et depuis l’instant où cette foule rustique avait envahi la cité, celle-ci avait repris son air français : c’était encore la citadelle de la Nouvelle-France d’où résonnait le beau et clair verbe de France !

Aramèle exultait. Il se pensait revenu aux temps glorieux de la Nouvelle-France, et sur son toit flottait le grand drapeau des rois de France.

À midi de ce jour, M. DesSerres avait réuni en sa demeure pour un somptueux dîner Aramèle et ses deux enfants adoptifs ; il désirait souhaiter au capitaine la victoire qu’allait lui disputer le célèbre Spinnhead.

Ce tournoi avait été fixé pour deux heures précises, hors les murs de la ville, en cet endroit où s’étaient déjà rencontrées les armées de la France et de l’Angleterre. C’était un vaste plateau non loin des Buttes-à-Neveu, et de ce plateau s’élevait une pente douce qui allait servir d’amphithéâtre à la foule curieuse et impatiente. Dès le midi de ce jour la place avait été envahie.

Sur le plateau on avait dressé un kiosque pour recevoir le gouverneur et sa suite.

Un peu avant deux heures, alors que l’immense pente était bondée de spectateurs difficilement contenus par trois bataillons de la garnison, le cortège vice-royal, précédé de fanfares, fit son apparition.

Murray était monté sur un magnifique cheval bai, richement caparaçonné, et à sa droite caracolait un superbe coursier noir que contenait d’une main sûre le jeune duc de Manchester, cousin du roi et son représentant spécial.

Six grenadiers, hautement panachés, les escortaient immédiatement. Tous les regards s’étaient posés de suite sur le jeune duc, dont la dignité imposait. Thérèse, qui, avec M. DesSerres, se trouvait au premier rang des spectateurs et non loin du kiosque, reconnut avec une émotion intense son protecteur. Et lui la découvrit de suite dans la nombreuse assistance ; il la salua d’une légère inclination de tête et lui sourit longuement. Thérèse pensa s’évanouir de confusion… la première, et parmi tant de jeunes et belles femmes, elle était remarquée du jeune prince. Aussi les dames de l’amphithéâtre et celles de la suite du gouverneur, qui avaient surpris cet échange de courtoisies entre le jeune duc et Thérèse, furent-elles piquées violemment par la jalousie.

Derrière les grenadiers suivaient les officiers de la maison du gouverneur, tous vêtus de riches et brillants uniformes. Puis venaient douze pages à pied portant des fleurs et précédant trois magnifiques carrosses attelés de quatre chevaux blancs chacun.

Dans ces carrosses se trouvaient les dames de la suite du gouverneur. Une escouade de huissiers du Château escortaient les carrosses. Après les carrosses venaient à pied douze valets portant des parasols. Puis c’étaient les marins des navires de guerre suivis d’un détachement de Highlanders et d’une fanfare écossaise. Enfin, fermant la marche du cortège, apparaissaient, montés sur des petits chevaux roux, douze chefs sauvages, fortement peinturés et emplumés et armés en guerre.

Un long murmure d’admiration avait circulé dans la masse des spectateurs, lorsque l’imposant cortège défila le long de la pente et vint s’arrêter sur le plateau et devant l’escalier du kiosque. Cet escalier était tapissé d’un riche tapis d’Orient. À droite et à gauche se placèrent le gouverneur et le jeune duc, puis les grenadiers et les officiers firent double haie au milieu de laquelle s’avancèrent les trois carrosses. Les douze pages montèrent les premiers sur le kiosque et formèrent un cercle autour de fauteuils qui y étaient disposés pour recevoir les dames. Puis les valets suivirent et sur deux rangs et se postèrent le long de l’escalier, les valets tenant leurs parasols ouverts, de sorte que les dames en descendant des carrosses purent gravir l’escalier du kiosque sans être exposées aux rayons brûlants du soleil. Le gouverneur et le jeune duc suivirent les dames, puis vinrent les officiers du gouverneur et ceux des navires de guerre. Entourant le kiosque se tenaient les grenadiers, les huissiers, les marins et les chefs sauvages.

Lorsque tout ce monde fut à sa place, le gouverneur fit un geste de la main, et deux fanfares attaquèrent une marche guerrière. Et cette marche était à peine achevée que de la ville retentit un coup de canon : c’était le signal convenu pour ouvrir le tournoi.

À ce signal, Sir James Spinnhead apparut de derrière un buisson du voisinage, escorté de Sir George Parks et du major Whittle, ses témoins. Le spadassin anglais se présentait avec son sourire ironique aux lèvres et lorgnait effrontément les jolies femmes qui entouraient, sur le kiosque, le gouverneur et le duc de Manchester. Il avançait en cambrant sa belle taille, sa main gantée de blanc et bien posée sur la garde de sa rapière, respirant la confiance, mais peut-être trop arrogant… À l’apparition de Spinnhead une partie de l’amphithéâtre éclata d’applaudissements frénétiques. Spinnhead sourit largement et, enlevant son tricorne, s’inclina cérémonieusement devant les spectateurs.

Puis d’un autre buisson, un peu plus loin, sortit Aramèle suivi de ses seconds, Etienne Lebrand et Léon DesSerres. Aramèle s’avançait, calme et digne, la main posée, lui aussi, sur la poignée de sa rapière. Mais à sa vue nul applaudissement ne retentit : les Canadiens et les Français présents préférèrent s’abstenir.

Le capitaine salua froidement son adversaire qui, à son tour, salua par une brève inclination de tête. Quant aux seconds, ils ne se regardèrent même pas, attendu que Parks et Whittle méprisaient tout à fait ces deux enfants qui accompagnaient Aramèle, et attendu qu’Etienne et Léon n’avaient nulle envie de faire des courtoisies à deux hommes qu’ils reconnaissaient comme des ennemis implacables.

Pendant que les deux adversaires enlevaient leurs habits, une musique de fifres et de tambour retentit. Puis les deux duellistes achevèrent leurs apprêts, et un silence solennel s’établit. Murray leva une main, et tous les regards s’attachèrent avidement sur les deux adversaires qui tombèrent en garde et heurtèrent la lame de leurs rapières. On n’avait entendu qu’un léger bruissement d’acier, et aussitôt après Sir James Spinnhead, en esquissant un large sourire, se dégagea vivement et de sa lame il salua galamment les dames du kiosque.

De longs applaudissements saluèrent ce geste de matamore.

À ce dégagement de Spinnhead, Aramèle s’était contenté d’abaisser sa rapière et, sans bouger d’un pouce, il était demeuré immobile, ses yeux fixés sur son adversaire ; mais non sur le visage souriant et narquois de Spinnhead, mais sur sa main retenant la poignée de sa rapière. Aramèle surveillait cette main et cette lame comme un chat épie chaque mouvement de la souris qu’il guette. Car Aramèle, rien qu’à la façon dont il avait vu Spinnhead tenir son épée et la frotter contre la sienne, avait compris que cet homme, tout fanfaron qu’il se montrait, était un rude jouteur et qu’il n’avait aucunement volé sa renommée de duelliste. Il avait de suite reconnu la force de l’homme à la manière dont il serrait la poignée de sa rapière, c’est-à-dire que ses doigts y touchaient à peine, bien qu’ils parussent s’y presser avec force. Or, Aramèle savait qu’un homme qui tient ainsi une épée est un professionnel, et un professionnel qu’il n’est pas aisé de désarmer. De plus, le capitaine avait remarqué l’extraordinaire souplesse de l’homme, sa taille excessivement flexible et l’élasticité de ses jarrets. Certes Aramèle ne possédait pas moins de souplesse et d’agilité, mais sa taille plus courte, plus ramassée pour ainsi dire, son visage replet et son embonpoint lui donnaient un air de lourdeur qui le désavantageait énormément. Et lorsque les épées s’étaient choquées l’instant d’avant, il avait paru à tout le monde que le geste d’Aramèle avait été un peu plus lent, plus lourd, moins svelte et gracieux qu’avait été celui de Spinnhead. Aussi les paris étaient-ils tous en faveur de Spinnhead, et dès l’instant le pauvre capitaine était condamné.

Et son désavantage devint plus apparent lorsque Spinnhead, ayant salue les dames du kiosque puis la foule des spectateurs, redressa encore sa taille gigantesque, raidit subitement le jarret, jeta un regard perçant et narquois sur Aramèle qui, toujours calme et froid, attendait l’attaque, et bondit soudain la rapière en prime.

On crut voir un tigre qui se détendait et s’élançait dans une ruée formidable, et l’on vit l’épée de Spinnhead flamboyer, puis ruser et fondre en un coup droit terrible et vertigineux contre le capitaine. Ce geste avait été si rapide, il avait été si fulgurant, si menaçant qu’un cri était parti de la foule. Et cette foule, malgré elle, avait fermé les yeux pour ne pas voir cette chose trop horrible : le corps du Français percé d’outre en outre. Mais rien de tel ne se produisit. La foule rouvrit aussitôt les yeux, lorsqu’elle entendit un vif froissement de fer, très rapide, et, un peu ahurie, elle constata qu’Aramèle était toujours debout, face à Spinnhead qui essayait mille feintes plus ou moins savantes, et qui exécutait autour du capitaine une série de sauts prodigieux. Aramèle se tenait sur la défensive, parant chaque coup, déroutant chaque feinte avec une merveilleuse habileté. Cinq minutes se passèrent ainsi sans que l’un ou l’autre des deux adversaires parût avoir l’avantage.

Seulement Spinnhead semblait un peu essoufflé, et l’on put constater que son jeu ralentissait sensiblement, que son sourire ironique s’effaçait peu à peu, que ses lèvres blêmissaient et se serraient sur ses dents. Et dans toute la masse des spectateurs attentifs parut se dégager cette impression qu’Aramèle, après tout, n’était pas le moins habile des deux. Et plus le masque de Spinnhead s’altérait, plus le doute s’établissait dans l’esprit de ceux qui avaient parié en sa faveur.

Mais Spinnhead, lui, que devait-il penser ?

Une chose certaine, il ne connaissait pas Aramèle lorsqu’il avait accepté avec empressement de le désarmer en combat singulier « devant la face du monde entier », comme il avait dit, quand le major Whittle lui en avait fait la proposition. Non… il ne connaissait pas la valeur d’Aramèle à l’escrime, il commençait seulement de la connaître, mais peut-être trop tard ! Et le capitaine se battait sans ostentation, méthodiquement, froidement, tout comme s’il se fût trouvé en sa salle d’armes donnant une leçon, c’est-à-dire qu’il veillait à ne pas commettre la moindre faute.

Après quelques passes plus lentes, Spinnhead dégagea soudain sa lame, recula de deux pas, puis exécuta un saut en avant, et durant quelques instants il manœuvra en une séries de feintes si vives qu’on ne distinguait plus la lame de sa rapière. Puis, comme un ressort longtemps tendu qui se relâche, il se fendit à fond et porta un coup effrayant à l’abdomen d’Aramèle. Un choc formidable d’acier fit tressaillir toute l’immense foule… la rapière d’Aramèle avait rencontré celle de Spinnhead. De suite il s’était produit dans l’assistance comme une immense détente ; et ceux qui avaient quelques notions de l’escrime se doutaient que Spinnhead venait de mettre en jeu une de ces bottes savantes impossibles à déjouer et toujours mortelles. Et pourtant Aramèle avait bloqué la botte. Spinnhead, le premier, en était demeuré tout étourdi, après s’être rejeté en arrière pour ressaisir l’haleine qui lui manquait. Mais il ne fut pas longtemps au repos ; la traîtresse botte avait allumé la colère d’Aramèle.

— Ah ! ah ! s’était-il dit, monsieur l’Anglais en veut des bottes secrètes ? Eh bien ! je vais lui en faire voir quelques-unes qui ne manqueront pas de l’intéresser !

Et le capitaine s’était de suite élancé à l’attaque. Son tour était venu. L’occasion s’offrait et il la prenait. C’est de cette minute seulement, pour dire vrai, que le combat devint intéressant. L’épée qu’on voyait, à présent, voltiger vive et rapide comme un éclair, ce n’était plus celle de Spinnhead, mais la rapière d’Aramèle. Spinnhead était forcé à la parade, mais sa parade était bien moins habile que son attaque. Et pour être juste, il ne parait pas, selon les lois de l’escrime, il esquivait ou essayait d’esquiver les coups du capitaine par des sauts à gauche ou à droite. Puis il reculait, et, toujours audacieux, il fonçait en avant pour reprendre l’offensive ; mais il trouvait toujours devant lui la rapière menaçante du Français, prête à le frapper à mort. Et Spinnhead suait à grosses gouttes, on l’entendait hoqueter, et sans cesse la rapière d’Arabèle, sans perdre rien de sa vigueur ni de sa rapidité, semblait chercher obstinément un point pour frapper à coup sûr.

Et soudain un grincement d’acier se produisit, une longue exclamation de stupeur partit de toute la foule des spectateurs on venait de voir une lame brillante voler dans l’espace, puis retomber à vingt pieds des combattants : Spinnhead était désarmé !

Aramèle, aussitôt, avait fait trois pas en arrière, il avait planté la pointe de sa lame en terre, et, comme toujours, il était demeuré calme et froid comme si rien d’important n’était survenu.

Et toute l’assistance était demeurée silencieuse, médusée, laissant ses regards hébétés errer de Spinnhead au capitaine.

Spinnhead était livide.

Whittle cria :

— C’est un accident… le combat va reprendre !

Léon DesSerres répliqua :

— Votre homme est désarmé, et la victoire est à nous !

— Il n’a pas été désarmé, riposta aigrement Parks, c’est un accident !

Un murmure menaçant s’éleva dans la foule, un murmure qui semblait prendre parti pour Spinnhead et ses témoins.

Alors on vit le jeune duc de Manchester se lever, s’avancer au bord du kiosque et prononcer d’une voix nette et impérative :

— Messieurs, Sir James est bel et bien désarmé. Toutefois, il a un droit de revanche, si l’adversaire y consent.

Le jeune duc en même temps arrêta son regard sur Thérèse, qui lui exprima un sourire de reconnaissance.

La victoire appartenait donc au capitaine français.

Les murmures avaient cessé.

Le gouverneur se leva à son tour et demanda au capitaine :

— Eh bien ! monsieur, êtes-vous disposé à donner à Sir James sa revanche ?

Pour toute réponse Aramèle se tourna vers Spinnhead et dit seulement :

— Monsieur, reprenez votre épée !

Parks avait ramassé la rapière qu’il tendit au bretteur. Celui-ci l’accepta non sans esquisser un sourire de joie malicieuse.

La foule salua par des applaudissements la magnanimité du capitaine Français, dont on reconnaissait maintenant l’habileté extraordinaire. Mais cela n’empêchait pas la grande majorité des assistants de penser que Spinnhead avait été désarmé par pur accident. Mais ceux-là allaient bientôt être fixés à jamais.

Les épées venaient de s’engager à nouveau.

Spinnhead, reposé, avait repris de suite l’offensive. Mais il ne put la conserver : Aramèle, après avoir paré les deux ou trois premières attaques, reprit l’offensive par une feinte habile, et alors la foule vit une chose merveilleuse et terrible à la fois.

Aramèle venait de crier de sa voix claironnante :

— Pour la France !

Il avait subitement élevé son épée, il s’était tout à fait découvert et avait laissé libre chemin à la rapière de Spinnhead, et la chose était si inconcevable qu’on pensa que le capitaine était devenu soudainement fou. Qu’importe ! si Aramèle vraiment avait perdu la tête, Spinnhead conservait bien solidement la sienne, et profitant de la belle opportunité, il lança la pointe de sa lame avec la rapidité de la foudre Mais elle n’alla pas loin : comme un éclair également la rapière d’Aramèle descendit, ou mieux elle fendit l’air, ce fut une zébrure magique, imperceptible presque : puis l’on perçut dans le profonde silence qui planait sur ces lieux un rapide bruissement, et ce bruissement, tout faible qu’il fut, ressembla à l’ouïe des mortels qui l’entendaient comme un coup de tonnerre. Un cri d’homme, un cri strident qui glaça les sangs de tout le monde, déchira l’espace silencieux, et à la seconde même l’on vit, avec un frémissement d’étonnement et d’effroi, Spinnhead s’abattre lourdement en échappant pour la seconde fois son épée, puis on le vit s’agiter sur le sol une seconde ou deux, étendre les bras, raidir les jambes et demeurer immobile, tandis que de sa poitrine un filet de sang s’écoulait…

Il avait été atteint au cœur par la rapière d’Aramèle.

Une clameur terrible secoua toute l’assistance. On crut saisir comme des cris de colère et de vengeance contre le capitaine français, quelques coups de pistolet éclatèrent et des balles sifflèrent aux oreilles d’Aramèle qui, lentement, remettait sa rapière au fourreau.

Le duc de Manchester bondit à l’avant du kiosque, et faisant un geste aux soldats de la garnison, il clama d’une voix de tonnerre :

— Feu sans pitié sur cette foule si un coup de pistolet retentit encore !… Un silence effrayant s’établit pour un moment. Puis une pluie de fleurs vint tomber aux pieds d’Aramèle, et cette fois un tonnerre d’applaudissements éclatait de toutes parts. Mais Aramèle n’était plus en vue : il venait de s’éclipser dans les buissons voisins suivi de ses seconds ainsi que de M. DesSerres et de Thérèse.

La France demeurait victorieuse…

Ce même soir, alors qu’on fêtait la belle victoire au logis d’Aramèle, celui-ci disait à ses amis qui l’écoutaient avec ravissement :

— Je vous l’ai dit et redit : la France n’est jamais vaincue !

Fin de la troisième partie